Archives par mot-clé : architecture

Bordeaux néoclassique // Dimanche 21 octobre 2018 à 15h

Visite programmée dans le cadre des Journées Nationales de l’Architecture !

L’art néoclassique se situe dans un mouvement de retour à l’Antiquité, initié dans les années 1750 par les écrits des archéologues et amateurs d’art dont le théoricien Johann Joachim Winckelmann, fervent représentant de ce mouvement. Les artistes prônaient un retour aux sources de l’art, qu’ils plaçaient dans les époques antiques grecques et romaines.

Le mouvement succède au classicisme (fin du XVIe – début du XVIIe siècle), dont il est l’héritier, et à l’architecture baroque (aussi nommée classique française – XVIIe siècle) et le rococo (XVIIIe siècle), qui trouvent également un écho à Bordeaux, ville dont l’architecture et la sculpture ont toujours suivi les tendances. La volonté de ses adeptes est d’avoir recours à des formes plus grecques qu’italiennes et de se démarquer de l’architecture des rois de France, en particulier Louis XIV et Louis XV.

Parfois implanté directement à la place d’œuvres classico-baroques, comme la Fontaine des Trois-Grâces sur la place de la Bourse, l’art néo-classique s’illustre aussi sur les façades des hôtels particuliers, notamment Cours du Chapeau-Rouge et sur les allées de Tourny, et trouve à Bordeaux sa plus belle expression dans l’œuvre de Victor Louis, le Grand Théâtre, et dans la place des Quinconces.

La visite sera l’occasion de découvrir ou redécouvrir ses sculptures et bâtiments, leur histoire et avec elle, celle de Bordeaux.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

  Dimanche 21 octobre 2018, de 15h à 16h30

Lieu de rendez-vous : Devant la Fontaine des Trois Grâces, place de la Bourse, 33000 Bordeaux

Intervenante : Marietta Dromain, docteure en archéologie

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations en ligne ici

COMPLET / Bordeaux révolutionnaire // Dimanche 28 octobre 2018 à 15h

La Révolution française, grande date dans l’esprit des citoyens français, est porteuse d’idées et de valeurs nouvelles.

Cette dernière ne s’est pas déclenchée de manière aussi brusque qu’on pourrait le croire et nous nous intéresserons aux changements qu’elle a induit à Bordeaux à partir des années 1780 jusqu’à la fin de la Révolution, estimée à l’arrivée au pouvoir de Napoléon Bonaparte.

Comment ces nouvelles idées ont-elles été accueillies à Bordeaux ? Quels symboles de cette Révolution nous reste-t-il ?

En effet, ces événements cachent aussi des décisions visant une recherche de changements parfois radicaux et marquent la fin de la prospérité et de l’expansion urbaine de Bordeaux. La nationalisation des biens du clergé a par exemple entraîné la destruction de nombreux édifices, mais aussi la construction de nouveaux bâtiments afin de les remplacer.

Quelles sont alors les monuments ou quartiers de Bordeaux que l’on doit à la Révolution française ?

À Bordeaux, les acteurs politiques les plus célèbres de la Révolution sont bien sûr les Girondins, mais sont-ils les seuls Bordelais à avoir joué un rôle dans cette période de l’Histoire ?

Notre parcours en ville nous permettra d’aller à la rencontre de personnages et de lieux clés de la Révolution afin de répondre à ces questions.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

  Dimanche 28 octobre 2018 , de 15h à 16h30

Lieu de rendez-vous : Devant le monument aux Girondins (côté Garonne), Place des Quinconces, 33000 Bordeaux

Intervenante : Elody Poisson, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations en ligne ici

Bacalan – Bassin à flots : La création contemporaine // Samedi 1er et Dimanche 2 décembre 2018 à 15h

Visites organisées dans le cadre de la Grande Braderie du Festin

Les changements du quartier Bacalan-Bassins à flot interrogent, plaisent ou déplaisent, mais ne laissent dans tous les cas pas indifférents. Cependant, ce ne sont pas les mutations urbanistiques qui seront l’objet principal de cette visite.

Dans cet ancien quartier à vocation industrielle sont disséminées plusieurs créations contemporaines qui viennent à la fois s’intégrer parmi les nouveaux bâtiments et rappeler le passé du quartier. Avec elles, nous nous intéresserons aux trois disciplines des beaux-arts : sculpture, architecture et peinture. De fait, deux sculptures de la commande publique « Programme Garonne » se trouvent dans le quartier : la Soucoupe Volante de Suzanne Treister sur le bassin à Flot n°1 et Les fontaines de Bacalan de Clémence van Lunen sur la place Buscaillet. Entre les deux se trouvent deux bâtiments à vocation muséale dont l’architecture mérite que l’on s’y attarde : la Cité du Vin et le Musée de la Mer et de la Marine. Enfin, tout au long de notre parcours, nous croiserons diverses œuvres de street art, véritables fresques contemporaines dont les couleurs et la vivacité viennent rompre la grisaille des murs de béton. Nous nous arrêterons devant chacun de ces éléments afin de raconter leur histoire et d’éclairer leur signification.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

  Samedi 1er et Dimanche 2 décembre 2018 , de 15h à 16h30

Lieu de rendez-vous : Devant la maison du projet des Bassins à flot, Hangar G2, Quai Armand Lalande, Bordeaux

Intervenante : Audrey Dubernet, docteure en histoire de l’art

Tarif unique : 5€ ; pré-paiement en ligne obligatoire
Aucun remboursement ne sera possible en cas d’annulation de votre part.
Offre spéciale : pour tous les participants à la visite, le guide Bordeaux, patrimoine mondial de l’Unesco est à 5€ au lieu de 14,50€  à la grande braderie du Festin

Deux créneaux de réservations :

Samedi 1er décembre à 15h : Réservations en ligne ici

Dimanche 2 décembre à 15h : Réservations en ligne ici

Utopies architecturales // Lundi 10 décembre 2018 à 19h

Il y a une époque où tout semblait possible : les rêves et les projets bruts qui devaient changer le monde. Ce fut l’âge de l’utopie architecturale.

Nous étions alors optimistes sur notre capacité à créer ces utopies qui étaient une vision de la façon dont la vie devrait être ou pourrait être dans le futur. Elles convoyaient l’idée d’une société remodelée, d’un changement des classes et des communautés, mais aussi, et avant toute chose, d’un moyen de vivre plus humainement, en avance sur l’époque à laquelle elles étaient conçues. 

L’utopie architecturale n’est pas un mouvement monolithique. Il n’y a d’ailleurs pas d’école de l’utopie. Chaque utopie est unique, propre à la vision du futur que chaque architecte se fait.

Le XXème siècle compte de nombreux projets. Là où les années 1950 et 1960 nous promettaient une nouvelle vie grâce à une technologie omniprésente, les années 1970 tentèrent une approche plus spirituelle par une association du minéral et du végétal afin de combler le vide laissé dans beaucoup de projets par l’absence de nature.

Un grand nombre d’utopies architecturales ne sont restées que « rêverie » sur papier, quand certaines ont été concrétisées avec l’idée de remodeler la société, les relations entre les modes de vie et les interactions humaines. En les faisant sortir de leur dimension utopique, les architectes en firent le terrain d’expérimentations plastiques dont découle un vocabulaire architectural riche et nouveau.

Parfois, ces projets semblent se transformer en des architectures qui ne sont plus des utopies mais bien des dystopies. Ces lieux serviront alors de décor de films, seront rasés, abandonnés ou remodelés. Repoussant les limites des structures, des matériaux et de l’urbanisme, ils sont autant de leçons à retenir.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Est-ce que l’on invente encore des utopies en croyant à leur faisabilité ou l’architecture a-t-elle perdu sa capacité à nous inspirer et à nous influencer ? 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork   Lundi 10 décembre 2018 de 19h  à 20h

Lieu de rendez-vous : Le Castan, 2 Quai de la Douane, 33000 Bordeaux

Intervenant : Jonathan Renier, architecte d’intérieur

Gratuit

Réservations en ligne ici

Programme TOUT ART FAIRE // Janvier – Juin 2018

L’association Tout Art Faire a le plaisir de vous faire découvrir son nouveau programme culturel Janvier – Juin 2018 !

Première nouveauté : Fini les inscriptions laborieuses par mail, nous vous proposons dorénavant de vous inscrire à tous nos événements, payants ou non, en ligne via la plateforme Helloasso (comment ça marche ? > cliquez ici)

Nous débutons 2018 avec un programme placé sous le signe de l’art déco avec un cycle inédit de conférences et visites guidées !

Au programme en 2018 : Des conférences sur le photographe Pierre Molinier, l’architecte et compositeur Xénakis, le temps au Moyen Âge, l’arrivée de la télévision privée en France, la Basilique Saint-Seurin de Bordeaux ou bien encore l’architecture contemporaine à Bordeaux, des afterwork-patrimoine sur Sophie Calle, les lieux de cultes revisités ou Munch et nos traditionnelles visites guidées et balades à vélo sur les chemins du street-art, les mascarons, Bacalan, ou encore les Chemins de Saint-Jacques de Compostelle dont nous fêterons les 20 ans de l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO !

Et bien d’autres événements vous attendent encore… On vous gâte et on compte sur votre présence toute l’année !

Consultez et téléchargez notre programme est ici :

COMPLET – Xenakis, compositeur et architecte // Jeudi 1er mars 2018 à 19h

Iannis Xenakis (1922-2001) à la fois compositeur et architecte pratiquait les deux expressions artistiques avec une même puissance créative. Un temps collaborateur de Le Corbusier, ses propres recherches en architecture eurent une influence considérable sur l’élaboration de sa musique. À l’inverse, certaines expériences musicales trouvèrent un développement original dans une mise en espace architecturale. Des points de convergences subtils et souvent surprenants dans plusieurs de ses créations seront mis en évidence à travers quelques exemples choisis, illustrés d’images et de sons.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 1er mars 2018 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenant : Patrick Butin, musicologue

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations en ligne ici

COMPLET / Les mascarons de Bordeaux // Dimanche 4 mars 2018 à 15h

Qualifiés par Tourny « d’ornements de peu d’importance » car peu onéreux, les mascarons se sont imposés depuis le XVIIIe siècle comme l’un des motifs décoratifs les plus employés sur les bâtiments bordelais.

Edifices publics, commerces, immeubles de rapport, hôtels particuliers, tous portent ces figures. Mais que représentent-elles et sont-elles les mêmes d’un bâtiment à l’autre et d’une époque à l’autre ? Durant notre visite nous tenterons de répondre à ces questions, à la rencontre de ceux que Jacques Sargos qualifia de « peuple de pierre ».

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

  Dimanche 4 mars 2018 , de 15h à 16h30

Lieu de rendez-vous : Place de la Bourse, devant la Fontaine des Trois Grâces.

Intervenante : Audrey Dubernet, docteure en histoire de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations en ligne ici

COMPLET / L’art déco et l’exposition internationale de 1925 // Mardi 13 mars 2018 à 19h

Cet événement est désormais COMPLET

En 1925, d’avril à novembre, vingt et un pays, des manufactures, magasins, artistes et industriels se retrouvèrent à Paris pour présenter leur savoir-faire dans une exposition de l’esplanade des Invalides, les quais rive gauche et rives droite et les alentours du Grand Palais et Petits Palais. L’idée de cette exposition avait été lancée dès 1911 et devait au départ avoir lieu en 1915. La guerre empêcha que l’évènement ait lieu à la date prévue et il fut reporté à l’après-guerre. Bien qu’elle connut un vif succès auprès du public, cette exposition suscita des critiques importantes de la part des artistes et des connaisseurs. De fait, sa réalisation à contre-temps l’avait en partie déconnectée des réalités techniques contemporaines et le coût qu’elle engendra parut déplacé dans la situation économique difficile dans laquelle se trouvait un grande part de la population suite à la guerre.

Il reste que de très nombreux artistes de toute l’Europe se côtoyèrent dans une exposition extrêmement riche tant du point de vue de l’architecture que des arts plastiques, créant ainsi une vitrine pour le style encore dominant de cette époque : l’Art Déco.

Cette conférence proposera une balade au milieu de l’exposition afin d’observer les différents pavillons et installations qui y furent construits et d’entrer dans certain d’entre eux pour regarder de plus près quelques pièces emblématiques.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte   Mardi 13 mars 2018 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Audrey Dubernet, docteure en histoire de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations en ligne ici

COMPLET / Bordeaux néoclassique // Samedi 17 mars 2018 à 15h

L’art néoclassique se situe dans un mouvement inspiré de l’Antiquité, initié dans les années 1750 par les écrits des archéologues et amateurs d’art, dont le théoricien Johann Joachim Winckelmann. Les artistes de ce courant prônaient un retour aux sources de l’art, qu’ils plaçaient dans les époques antiques grecques et romaines.

Le mouvement néoclassique succède au classicisme (fin du XVIe – début du XVIIe siècle), dont il est l’héritier, et à l’architecture baroque (aussi nommée classique française – XVIIe siècle) et le rococo (XVIIIe siècle), qui trouvent également un écho à Bordeaux, ville dont l’architecture et la sculpture a toujours suivi les tendances. La volonté de ses adeptes était d’avoir recours à des formes plus grecques qu’italiennes et de se démarquer de l’architecture des rois de France, en particulier de Louis XIV et Louis XV.

Parfois implanté directement à la place d’œuvres classico-baroques, comme la Fontaine des Trois-Grâces sur la place de la Bourse, l’art néo-classique s’illustre aussi sur les façades des hôtels particuliers, notamment Cours du Chapeau-Rouge et sur les allées de Tourny, et trouve à Bordeaux sa plus belle expression dans l’œuvre de Victor Louis, le Grand Théâtre, et dans la place des Quinconces.

Ce mouvement commence à s’essouffler dans les années 1810, en raison de la concurrence avec le romantisme, mais perdure jusque dans les années 1830.

La visite sera l’occasion de découvrir ou redécouvrir ses sculptures et bâtiments, leur histoire et avec elle, celle de Bordeaux.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

  Samedi 17 mars 2018 , de 15h à 16h30

Lieu de rendez-vous : Place de la Bourse, devant la Fontaine des Trois Grâces.

Intervenante : Marietta Dromain, docteure en archéologie

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations en ligne ici

 

COMPLET / L’architecture des musées contemporains // Lundi 26 mars 2018 à 19h

Cet événement est désormais complet !

Vitrine de la puissance princière et outil pédagogique, qu’est-ce qu’un musée aujourd’hui ? quel rôle donne-t- on à l’architecture et à son bâtiment ?

La mode des musées fut aussi utilisée à des fins politiques. Louis-Philippe, par exemple, fait de Versailles un Musée de l’Histoire de France. Vers les débuts du 20e siècle, architectes et conservateurs s’interrogent sur les fonctions et le public du musée.

Pour Le Corbusier, le musée doit être « une machine à conserver et à
exposer des œuvres d’art ». Le Centre Pompidou de Renzo Piano, Richard Rogers et Peter Rice répond à cette attente. Les leçons dispensées par l’école du Bauhaus à Weimar avec Gropius vont « abattre la barrière qui sépare l’œuvre de la collectivité locale ». Une ère nouvelle se fait jour avec le Musée Guggenheim de New York de
Frank Lloyd Wright (1956). Il inaugure une suite de bâtiments iconiques, dont l’enveloppe devient à son tour une œuvre d’art. En 1997, le Guggenheim de Bilbao de Frank Gehry entérine cette position muséographique. Le Louvre Lens, le Centre Pompidou Metz apportent la démonstration inverse en se mettant au service des
collections pour une plus grande accessibilité du public.

Aujourd’hui signés par les plus grand architectes, les musées sont plus que jamais devenus des marques, symboles de prestige au cœur d’enjeux politiques et économiques. Le musée est-il encore un « mal nécessaire »… ?

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork   Lundi 26 mars 2018 de 19h à 20h

Lieu de rendez-vous : Le Zig-Zag, 73 cours de l’Argonne, 33000 Bordeaux

Intervenant : Jonathan Renier, architecte d’intérieur

Gratuit

Réservations en ligne ici