Archives par mot-clé : Jonathan Renier

ANNULÉ – Le bioclimatisme dans l’architecture | Lundi 23 novembre 2020 à 19h

L’architecture et ses méthodes de construction ont évolué et depuis la fin du XIXe siècle les matériaux tels que le béton armé ou différents plastiques sont devenus rois dans le bâti.

Les nouveaux enjeux liés au climat obligent aujourd’hui nos contemporains à questionner et remettre en au goût du jour leurs techniques.

Mais concrètement, qu’est-ce que le bioclimatisme?

Le bioclimatisme est un terme plus ou moins récent pour désigner l’ensemble des questions sur les réglementations thermiques, le recyclage d’un bâtiment ou encore son impact écologique lors de sa construction.

On parle de conception bioclimatique  lorsque l’architecture du projet est adaptée en fonction des caractéristiques particulières du lieu d’implantation afin d’en tirer les meilleurs bénéfices et d’obtenir un confort d’ambiance recherché de la manière la plus naturelle possible.

Une maison qui serait construite avec la terre issue de son terrain ou encore une maison qui s’affranchirait de son isolation car elle se situerait dans une serre  sont autant de solutions que des architectes du monde entier prennent plaisir à découvrir.

On se prend alors au jeu de redécouvrir des techniques qui permettaient jadis d’avoir des maisons confortables adaptées à leurs environnement.

Le bioclimatisme et ses différentes applications nous donnent les clefs pour mieux comprendre le savoir-faire de nos aïeux et nous permettre de bâtir une architecture résolument tournée vers l’avenir…

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork  Lundi 23 novembre 2020 de 19h à 20h

Lieu de rendez-vous : Zinc Pierre, 4 rue du Mulet, Bordeaux

Intervenante : Jonathan Renier, architecte d’intérieur

Gratuit

Masque obligatoire

Réservation en ligne

L’architecture d’urgence // Lundi 7 octobre 2019 à 19h

Architecture et urgence : ces termes peuvent paraître opposés, voire contradictoires. D’un côté, il y a l’architecture : qui construit, anticipe, prévoit dans un temps long d’améliorer les conditions de vie et de confort de son habitant. De l’autre, il y a l’urgence : également préparée et réfléchie, mais qui doit, dans une situation de tension extrême, réagir et gérer l’imprévisible ou l’inouï.

Pourtant, comme Shigeru Ban ou Jean de Gastines, certains architectes ont consacré une partie importante de leur carrière à développer cette notion d’architecture d’urgence, en conséquence des nombreuses catastrophes climatiques dont ils ont été les contemporains, et même, parfois, les témoins.

Car l’urgence de la catastrophe amène à redéfinir l’habitat et à revenir aux sources mêmes des fonctions de l’architecture, à savoir : le refuge que l’on construit, le « toit au-dessus de la tête ». Ce n’est qu’ensuite que l’envie de construire des espaces de confort optimisés s’est mise en œuvre.

Par l’habitat dit « précaire », tels que les campements de réfugiés de guerres, les refuges antisismiques, l’architecte défie cette notion en tension, parce qu’il doit répondre de façon immédiate à la construction d’habitats de survie à la fois fonctionnels, économiques et ergonomiques. En repoussant les limites de son exploration, l’architecte développe alors des constructions temporaires dans des conditions extrêmes, en repoussant sans cesse les capacités des matériaux et de l’architecture. Avec en tête, l’évolution de l’habitat provisoire vers le logement d’avenir.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork   Lundi 7 octobre 2019 de 19h à 20h

Lieu de rendez-vous : Paul’s Place, 76 rue Notre Dame, 33000 Bordeaux

Intervenant : Jonathan Renier, architecte d’intérieur

Gratuit

Réservation en ligne ici

Visite Best-of anniversaire // Samedi 12 octobre 2019 à 15h30 et 16h

À l’occasion de ses dix ans, Tout Art Faire vous propose une visite inédite à sept voix ! Cette visite best of sur le thème des quais de Bordeaux vous sera proposée par sept de nos intervenants qui présenteront chacun un élément de leur visite. Vous retrouverez ainsi les Chartrons contemporains, Bordeaux négrier, révolutionnaire, néo-classique, les mascarons, les ponts et le quartier Saint Michel.

Une visite haute en couleur et pleine d’énergie qui s’achèvera à l’association La Flèche de Bordeaux pour un apéritif d’anniversaire où vous pourrez discuter avec tous les acteurs de l’associations.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto visite guidée  Samedi 12 octobre 2019 à 15h30 et 16h

Départ à 15h30 : Réservations en ligne ici

Départ à 16h : Réservations en ligne ici

Lieu de rendez-vous : Devant le Hangar 14 (coté skate park), quai des Chartrons, 33000 Bordeaux

Gratuit pour tous

Les bassins à flots, le quartier de tous les espoirs // Samedi 30 novembre 2019 à 14h

Cette événement est organisé à l’occasion de la Grande braderie du Festin !

Le quartier des bassins à flot est aujourd’hui représentatif par tous les symboles qu’il véhicule. Né d’une volonté de la mairie de Bordeaux et de sa métropole  d’hisser l’agglomération à un niveau international, la vision d’un bordeaux 2030 émerge et, avec elle, la volonté d’ancrer la ville dans la modernité et le renouveau.

Il s’agit bien là de créer un quartier de toute pièce, grignotant partiellement le parcellaire des quartiers historiques adjacents que sont les Chartrons et Bacalan.

Pour redynamiser ce secteur urbain très longtemps laissé à l’abandon il a fallu valoriser le patrimoine portuaire très présent et l’histoire qu’il raconte au travers de ses bâtiments et des cicatrices laissées par le passé.

L’architecture  devient alors bien souvent un témoignage d’ambition, de projets, ou même de planification urbaine et démographique. À l’image de l’hôtel Seekoo (agence d’architecture King Kong) qui innove technologiquement à l’international tout en dialoguant avec la façade des quai des Chartrons ou encore du pont Chaban Delmas, pionnier pour crée un sens de circulation et reconnecter le quartier à sa ville.

Au cours de cette déambulation des Chartrons à Bacalan les bâtiments se racontent comme autant de monuments dédiés au idéaux.

Ce sont ces bâtiments qui nous permettront de décrypter les enjeux de ce quartier qui laisse la place à l’architecture contemporaine et prend conscience du patrimoine à sauvegarder de Bordeaux tout en s’ouvrant au monde.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto visite guidée  Samedi 30 novembre 2019, de 14h à 15h30

Lieu de rendez-vous : Hotel Seek’o, 54 quai de Bacalan, 33000 Bordeaux

Intervenant : Jonathan Renier, médiateur culturel

Tarif unique : 5€

Pour vous inscrire cliquez ici

Les bassins à flots, le quartier de tous les espoirs // Dimanche 1er décembre 2019 à 14h

Cette événement est organisé à l’occasion de la Grande braderie du Festin !

Le quartier des bassins à flot est aujourd’hui représentatif par tous les symboles qu’il véhicule. Né d’une volonté de la mairie de Bordeaux et de sa métropole  d’hisser l’agglomération à un niveau international, la vision d’un bordeaux 2030 émerge et, avec elle, la volonté d’ancrer la ville dans la modernité et le renouveau.

Il s’agit bien là de créer un quartier de toute pièce, grignotant partiellement le parcellaire des quartiers historiques adjacents que sont les Chartrons et Bacalan.

Pour redynamiser ce secteur urbain très longtemps laissé à l’abandon il a fallu valoriser le patrimoine portuaire très présent et l’histoire qu’il raconte au travers de ses bâtiments et des cicatrices laissées par le passé.

L’architecture  devient alors bien souvent un témoignage d’ambition, de projets, ou même de planification urbaine et démographique. À l’image de l’hôtel Seekoo (agence d’architecture King Kong) qui innove technologiquement à l’international tout en dialoguant avec la façade des quai des Chartrons ou encore du pont Chaban Delmas, pionnier pour crée un sens de circulation et reconnecter le quartier à sa ville.

Au cours de cette déambulation des Chartrons à Bacalan les bâtiments se racontent comme autant de monuments dédiés au idéaux.

Ce sont ces bâtiments qui nous permettront de décrypter les enjeux de ce quartier qui laisse la place à l’architecture contemporaine et prend conscience du patrimoine à sauvegarder de Bordeaux tout en s’ouvrant au monde.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto visite guidée  Dimanche 1er décembre 2019, de 14h à 15h30

Lieu de rendez-vous : Hotel Seek’o, 54 quai de Bacalan, 33000 Bordeaux

Intervenant : Jonathan Renier, médiateur culturel

Tarif unique : 5€

Pour vous inscrire cliquez ici

Le Bauhaus // Lundi 9 décembre 2019 à 19h

Alors que l’Europe et le monde vivent une période d’accalmie, c’est dans ce contexte qu’est créée de 1919 à 1933 l’Ecole du Bauhaus. Sa vocation est de rapprocher l’artisanat de l’art dans un but plus utilitaire. La philosophie presque utopique de Walter Gropius est de réunir artisans et artistes dans la nouvelle construction de l’avenir. Le Bauhaus travaillera à la professionnalisation des arts. 

Le programme du Bauhaus a suscité l’adhésion d’un grand nombre d’artistes d’avant-garde de toute l’Europe, parmi lesquels on peut citer Johannes Itten, Wassily, Kandinsky, Paul Klee, László Moholy-Nagy ou encore Marcel Breuer. Ce qui fait la particularité exceptionnelle du Bauhaus est cette volonté de théorisation de l’art, enseignée non pas par des professeurs mais par des maîtres.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork   Lundi 9 décembre 2019 de 19h  à 20h

Lieu de rendez-vous : Le Castan, 2 Quai de la Douane, 33000 Bordeaux

Intervenant : Jonathan Renier, architecte d’intérieur

Gratuit

Inscriptions en ligne ici

Utopies architecturales // Lundi 10 décembre 2018 à 19h

Il y a une époque où tout semblait possible : les rêves et les projets bruts qui devaient changer le monde. Ce fut l’âge de l’utopie architecturale.

Nous étions alors optimistes sur notre capacité à créer ces utopies qui étaient une vision de la façon dont la vie devrait être ou pourrait être dans le futur. Elles convoyaient l’idée d’une société remodelée, d’un changement des classes et des communautés, mais aussi, et avant toute chose, d’un moyen de vivre plus humainement, en avance sur l’époque à laquelle elles étaient conçues. 

L’utopie architecturale n’est pas un mouvement monolithique. Il n’y a d’ailleurs pas d’école de l’utopie. Chaque utopie est unique, propre à la vision du futur que chaque architecte se fait.

Le XXème siècle compte de nombreux projets. Là où les années 1950 et 1960 nous promettaient une nouvelle vie grâce à une technologie omniprésente, les années 1970 tentèrent une approche plus spirituelle par une association du minéral et du végétal afin de combler le vide laissé dans beaucoup de projets par l’absence de nature.

Un grand nombre d’utopies architecturales ne sont restées que « rêverie » sur papier, quand certaines ont été concrétisées avec l’idée de remodeler la société, les relations entre les modes de vie et les interactions humaines. En les faisant sortir de leur dimension utopique, les architectes en firent le terrain d’expérimentations plastiques dont découle un vocabulaire architectural riche et nouveau.

Parfois, ces projets semblent se transformer en des architectures qui ne sont plus des utopies mais bien des dystopies. Ces lieux serviront alors de décor de films, seront rasés, abandonnés ou remodelés. Repoussant les limites des structures, des matériaux et de l’urbanisme, ils sont autant de leçons à retenir.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Est-ce que l’on invente encore des utopies en croyant à leur faisabilité ou l’architecture a-t-elle perdu sa capacité à nous inspirer et à nous influencer ? 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork   Lundi 10 décembre 2018 de 19h  à 20h

Lieu de rendez-vous : Le Castan, 2 Quai de la Douane, 33000 Bordeaux

Intervenant : Jonathan Renier, architecte d’intérieur

Gratuit

Réservations en ligne ici

COMPLET / L’architecture des musées contemporains // Lundi 26 mars 2018 à 19h

Cet événement est désormais complet !

Vitrine de la puissance princière et outil pédagogique, qu’est-ce qu’un musée aujourd’hui ? quel rôle donne-t- on à l’architecture et à son bâtiment ?

La mode des musées fut aussi utilisée à des fins politiques. Louis-Philippe, par exemple, fait de Versailles un Musée de l’Histoire de France. Vers les débuts du 20e siècle, architectes et conservateurs s’interrogent sur les fonctions et le public du musée.

Pour Le Corbusier, le musée doit être « une machine à conserver et à
exposer des œuvres d’art ». Le Centre Pompidou de Renzo Piano, Richard Rogers et Peter Rice répond à cette attente. Les leçons dispensées par l’école du Bauhaus à Weimar avec Gropius vont « abattre la barrière qui sépare l’œuvre de la collectivité locale ». Une ère nouvelle se fait jour avec le Musée Guggenheim de New York de
Frank Lloyd Wright (1956). Il inaugure une suite de bâtiments iconiques, dont l’enveloppe devient à son tour une œuvre d’art. En 1997, le Guggenheim de Bilbao de Frank Gehry entérine cette position muséographique. Le Louvre Lens, le Centre Pompidou Metz apportent la démonstration inverse en se mettant au service des
collections pour une plus grande accessibilité du public.

Aujourd’hui signés par les plus grand architectes, les musées sont plus que jamais devenus des marques, symboles de prestige au cœur d’enjeux politiques et économiques. Le musée est-il encore un « mal nécessaire »… ?

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork   Lundi 26 mars 2018 de 19h à 20h

Lieu de rendez-vous : Le Zig-Zag, 73 cours de l’Argonne, 33000 Bordeaux

Intervenant : Jonathan Renier, architecte d’intérieur

Gratuit

Réservations en ligne ici

Lieux de culte revisités // Lundi 18 juin 2018 à 19h

De manière générale, tous les édifices subissent des interventions, des modifications, des changements plus ou moins remarquables qui interviennent avec le temps, les aléas naturels ou les interventions humaines. Aucun objet patrimonial ne peut traverser le temps dans son état initial.

Quand on pense à la reconversion de lieu de culte, la basilique Sainte-Sophie d’Istanbul – ancienne Constantinople – est un édifice incontournable. Elle fut construite à l’origine au 4e siècle puis modifiée au 15 e siècle pour devenir une mosquée.
Ainsi, bien des édifices ont été reconvertis pour correspondre aux croyances vernaculaires et suivre les changements d’empire ou de dogme.

La reconversion de lieux de culte est une marque de conquête. En Occident notamment, la proportion de lieux de culte ou d’église désaffectés est grandissante. Un grand nombre d’entre eux ne sont plus protégés par un organisme religieux ou par un État qui ne voient pas en ces lieux un patrimoine à sauvegarder.

La reconversion des lieux de culte est un sujet qui fait souvent débat. Nous verrons qu’au cœur de toutes ces questions, des lieux peuvent se réinventer pour devenir civil, privé, ou public en passant par des excentricités tel que skate Park, pub, musées, bibliothèque et qu’ils sont aujourd’hui plus que jamais un témoignage de
l’évolution de nos sociétés.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork   Lundi 18 juin 2018 de 19h à 20h

Lieu de rendez-vous : Cap Sciences, Hangar 20, Quai de Bacalan, 33300 Bordeaux

Intervenant : Jonathan Renier, architecte d’intérieur

Gratuit

Réservations en ligne ici

Les deux vies des ruines // Lundi 25 septembre 2017 à 19h

Depuis plusieurs décennies, une tendance émerge de l’architecture contemporaine : définie tour à tour comme « Rough style », architecture « de greffe » ou «  de réhabilitation », elle se caractérise essentiellement par le réemploi de ruines ou de bâtiments anciens. Par la restauration, la réhabilitation, il s’agit ainsi d’offrir à ces lieux une véritable seconde vie dans un double souci de nouveauté et de valorisation du patrimoine.

Au début du 19e siècle, le concept de Monument Historique se met en place avec la volonté d’inventorier les biens de l’État et d’entreprendre une classification d’importance. La question alors se pose du moyen de faire survivre les bâtiments dans le temps.

Nous verrons que deux grandes écoles s’affrontent : celle du français Viollet-le-Duc, qui voit dans la restauration un moyen de « rétablir un état complet qui peut n’avoir jamais existé un moment donné ». Cette vision s’oppose à celle du Britannique John Ruskin qui juge la restauration comme « la pire destruction qu’on puisse infliger un bâtiment », et prône la simple conservation.

Qu’advient-il de ce patrimoine non protégé, de ces traces d’histoire que l’on souhaite préserver?

Nous le découvrirons au travers de quelques exemples d’édifices qui ont su traverser le temps, que les architectes ont tenté par de multiples procédés (évidement du bâtiment, construction interne et « façadisme », etc) de recréer. Nous découvrirons ensemble comment ces « petits patrimoines » ont su trouver une nouvelle fonction à travers les visions originales, parfois singulières d’architectes ou de particuliers.

Car la ruine, fantasme « romantique » du 19e siècle des jardins à l’anglaise, continue de faire rêver l’homme…

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork   Lundi 25 septembre 2017 à 19h

Lieu de rendez-vous : Le Castan, 2 Quai de la Douane, 33000 Bordeaux

Intervenant : Jonathan Renier, architecte d’intérieur

Gratuit

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52