Archives par mot-clé : peinture

COMPLET / Bordeaux Renaissance // Samedi 18 novembre 2017 à 15h

Cette visite est désormais complète !

1495, André d’Espinay, cardinal-archevêque de Bordeaux, rentre d’Italie où il accompagnait le roi Charles VIII dans ses campagnes militaires. Pourtant, il faudra attendre encore deux décennies avant que le goût « à l’antique » ne commence à supplanter l’esthétique gothique encore à la mode à Bordeaux comme dans le reste du royaume.

Les restaurations et embellissements selon le nouvel art de la « Renaissance » touchent en premier la cathédrale Saint-André et les églises paroissiales comme Saint-Michel, avant d’investir les maisons et les équipements publics. Les réalisations qui adoptent le goût pour les formes de l’Antiquité sont financées par les chanoines de la cathédrale et de Saint-Seurin et par les grands notables de la ville, qui se sont mués alors en mécènes fortunés et empreints de l’Humanisme naissant.

Le nouveau style venu d’Italie touche l’architecture, la sculpture, la peinture, les vitraux, l’art funéraire et l’orfèvrerie. Les artistes maîtrisant les italianismes se nomment Boachon, Gallopin, Rochereau ou Bourgoing. Si certains s’installent durablement dans la capitale de la Guyenne, aucun n’est vraiment originaire de la région. Ceci témoigne de l’attractivité retrouvée de la ville de Bordeaux après l’épisode de la guerre de Cent ans. À la Renaissance, elle retrouve peu à peu une place importante sur l’échiquier européen. Cette grande période artistique de l’histoire de l’art n’a laissé que peu de traces dans la ville. C’est sans doute la conséquence des destructions opérées au cours des siècles suivants, avec les grands travaux d’urbanisme des XVIIIe et XIXe siècles. Cependant, avec un œil attentif, il est possible d’observer encore aujourd’hui quelques témoignages majestueux de la Renaissance à Bordeaux.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

 Samedi 18 novembre à 15h – balade à pied

Lieu de rendez-vous : Devant le parvis nord de la cathédrale Saint-André, Place Pey-Berland, 33000 Bordeaux

Intervenant : Samuel Drapeau, Docteur en histoire de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52.

COMPLET / Le péché au Moyen âge // jeudi 23 novembre 2017 à 19h

Cette conférence est désormais complète !!

À l’époque médiévale, les représentations des péchés et de l’Enfer sont légion et investissent de nombreux supports : peinture, sculpture, tapisserie, enluminure,… De la chute des anges rebelles aux tortures infernales se dessine le vaste thème du mal.

Démons et vices participent d’un même discours : celui de la tentation et de ses conséquences. Si toutes les cultures ont conçu un au-delà, le thème du jugement des actes se développe véritablement avec le christianisme. C’est la déchéance humaine et son instrument, le corps de l’homme, qui concentre tous les aspects de la faute. Soumis à une moralisation intensive, le chrétien médiéval se doit d’agir avec mesure et vertu afin d’éviter les châtiments prévus après le Jugement dernier.

Le péché est d’abord un excès qui peut engendrer un péché capital, comme l’orgueil ou la luxure. En outre, l’homme se doit d’être très vigilant : gare aux démons qui peuvent revêtir de nombreuses formes pour séduire et inciter au vice ! « Mon nom est légion car nous sommes nombreux » dit un esprit impur à Marc (5, 9).

La production artistique donne corps au combat du bien et du mal, frappant le regard et la mémoire de ceux qui croisent ces images. Le péché constitue une source inépuisable pour les imagiers médiévaux qui font grand usage de la laideur pour représenter la transgression et les créatures démoniaques. Les monstres pullulent sur les Enfers romans et les représentations du récit de l’Apocalypse, tout comme la difformité habite les hommes pécheurs.

Au travers des exemples de Lucifer, des péchés capitaux, de l’Apocalypse et de l’Enfer, cette conférence se propose d’aborder la représentation du péché dans l’art médiéval.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 23 novembre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Lucie Blanchard, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Gueules de l’Enfer, Apocalypse, 14e s. © Londres, British Library, Add. 17333, f° 43

Les artistes roumains en France // jeudi 30 novembre 2017 à 19h

Après des siècles d’art byzantin et post-byzantin, les pays roumains s’engagent au 19e siècle dans la voie de la modernité en regardant vers l’Ouest qui lui offrira les modèles pour ses nouvelles institutions, à l’exemple des Ecoles des Beaux-arts, fondées dans les deux capitales Iasi et Bucarest. Ces établissements émergents offrent alors la possibilité pour les jeunes artistes d’accéder aux études à Paris, Berlin, Munich ou Rome.

La France, et surtout Paris, devient une destination privilégiée pour ces étudiants et artistes, de par le rôle de pionnière dans le domaine des arts. Au 19e siècle et dans la première moitié du 20e siècle en effet, tous les nouveaux courants ou mouvements artistiques naissent à Paris.

Nombre d’artistes roumains, tels que Nicolae Grigorescu, Ioan Andreescu ou encore Theodor Pallady, viennent étudier ou parfaire leurs études dans les ateliers des artistes français renommés et entrent en contact avec ce qu’il y a de plus moderne à Paris. Comment vont –ils assimiler ces influences ?

Nous vous invitons à découvrir certains de ces artistes qui appartiennent à la Roumanie mais aussi à la France.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 30 novembre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Maria Paleolog, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

COMPLET / Les peintures du grand théâtre de bordeaux // mardi 5 décembre 2017 à 19h

Cette conférence est désormais complète !

Le Grand-Théâtre de Bordeaux, inauguré en avril 1780, est considéré comme le chef-d’œuvre de l’architecte Victor Louis (1735-1800). Ce monument emblématique de la ville, dont la façade s’inspire du style des temples gréco-romains, abrite à l’intérieur une salle de spectacle à trois foyers entièrement décorée.

La coupole de la Grande Salle de Spectacle aux couleurs de la royauté reçoit au XVIIIe siècle la peinture de Jean-Baptiste Robin. Le thème retenu « Apollon et les muses agréent la dédicace d’un temple élévé par la ville de Bordeaux », est un hommage à la ville, à son histoire et à ses arts. Suite aux détériorations de la peinture originelle, le peintre François-Maurice Roganeau réalise en 1917 une fidèle reproduction, celle que nous admirons aujourd’hui.

Lors de la campagne de restauration du Grand-Théâtre (1854-1869), la salle des concerts recréée par l’architecte Charles Burguet, complète la grande salle de spectacle. Prix de Rome en 1850, William Bouguereau exécute en 1865 la peinture de forme ovale ornant le plafond. Celle-ci évoque Apollon entouré des dieux de l’Olympe et des muses. Pour cette pièce d’apparat, le peintre réalise également des écoinçons et médaillons.

Ainsi, cette conférence propose de parcourir les différents espaces de ce véritable « temple des arts » d’inspiration néo-classique. A travers l’histoire des chantiers de construction et de restauration, nous découvrirons le travail des grands peintres et décorateurs des XVIIIe et XIXe siècles qui ont façonné l’histoire du Grand-Théâtre de Bordeaux.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte   Mardi 5 décembre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Sarah Pelloquin, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Salvador Dali // Lundi 13 février à 19h

Né en 1904 à Figueras, Dali restera attaché à son Espagne natale durant toute sa vie. Son travail artistique s’épanouira à Paris où il fréquentera assidûment le groupe surréaliste composé d’André Breton, de Max Ernst, de Paul Éluard et de Tristan Tzara. Il prendra comme épouse la sulfureuse Gala. Il présentera aussi son travail de peintre aux Etats-Unis où il deviendra rapidement une sorte d’icône qui influencera toute la génération des peintres de l’après-guerre. S’inscrivant comme l’un des précurseurs du happening,  Dali réalisera également des décors de films, notamment pour le cinéma de Louis Buñuel.

Qu’il soit conférencier délirant à la Sorbonne, peintre de cornes de rhinocéros au zoo de Vincennes, ou encore qu’il nous vante les qualités du chocolat Lanvin dans une publicité délirante, Dali reste le génial inventeur et précurseur d’images aux multiples identités et polysémies, autant attaché dans la culture populaire aux montres molles qu’au Christ « nucléaire » comme en lévitation à Saint-Jean-de-la-Croix.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork   Lundi 13 février 2017 à 19h

Lieu de rendez-vous : Le Castan, 2 Quai de la Douane, 33000 Bordeaux

Intervenant : Nicolas Bulf, artiste plasticien

Gratuit

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

La prostitution dans l’oeil des peintres au XIXe siècle // jeudi 18 mai 2017 à 19h

C’est au XIXe siècle que la prostitution atteint en France une ampleur jusqu’alors inégalée. C’est aussi à la même période que les peintres modernes font leur apparition, oscillant entre impressionnisme, naturalisme, fauvisme ou expressionnisme. Autant de courant artistique et pourtant un sujet commun : celui de la femme charnelle, de la femme plaisir, de la prostituée offerte.

Ce n’est pas un hasard si l’on trouve tant de représentations de ces filles dites publiques. Elles sont omniprésentes dans l’art de ce siècle. Comme un catalogue anthropologique, des peintres tels qu’Edouard Manet ou Henri de Toulouse-Lautrec observent leurs physiques, leurs conditions de vie, leurs caractères, évoquant ainsi les dessous de la vie moderne.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 18 mai 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Charlotte Lasserre, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Bordeaux et ses peintres du XIXe siècle // 8 novembre 2016 à 19h

La peinture bordelaise du XIXe siècle s’inscrit totalement dans les courants, les mouvements et les styles nés à Paris, véritable capitale de la culture et des arts européens à cette époque. Quels étaient les liens et les rapports entre la province et la capitale ? Qui étaient les artistes peintres bordelais ? Comment leurs œuvres ont-elles été reçues par le public, les institutions et les amateurs d’art de Bordeaux au XIXe siècle ? La présentation d’un grand nombre d’illustrations d’œuvres célèbres ou moins connues, nous permettra d’apporter des réponses à ces questions et encore mieux, de connaitre la production artistique locale de cette époque.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte   Mardi 8 novembre 2016 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Maria Paleolog, historienne de l’art

Tarifs : 10€ pour les non adhérents // 8€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

L’animal dans l’art de l’Antiquité // Mardi 19 janvier 2016 à 19h

L’art antique foisonne de représentations animales. Cette iconographie se caractérise avant tout par sa diversité : diversité des supports d’expression, des contextes de référence, mais également des représentations, qu’il s’agisse du bestiaire ou du rôle attribué par l’Homme à cet animal.  Le registre iconographique de l’Antiquité montre alors la complexité et les implications des fonctions dévolues aux animaux.
Du Proche Orient ancien à la civilisation romaine, ces implications ont changé de forme et d’expression, mais sont pourtant toujours restées fondamentalement semblables. Tantôt élément mythique ou sacrificiel, compagnon domestique ou éléments de subsistance, l’animal et son image sont omniprésents dans les sociétés anciennes.
L’ensemble des sources disponibles permet alors d’inventorier le bestiaire, d’étudier la manière de le représenter, mais surtout de cerner le rôle joué par la figure animale dans les civilisations antiques et, par conséquent, de comprendre la relation immuable homme/animal.

 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte  Mardi 19 janvier 2016 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux

Intervenante : Aurore Saint-André, doctorante en histoire de l’art antique

Tarifs : 10€ pour les non adhérents // 8€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Fragonard Libertin // Jeudi 21 janvier 2016 à 19h

Peintre emblématique du XVIIIe siècle, « touche-à-tout » de génie, Jean-Honoré Fragonard s’est illustré de nombreux  thèmes comme le paysage, le portrait, ou encore la scène de genre. Cependant, la scène amoureuse domine la plupart de son œuvre. Dans une époque où la moralité régit les codes sociaux, Fragonard se contente de contourner ceux-ci pour présenter à une clientèle toute particulière les charmes des déesses et des jeunes bergères.
Réputé jovial et bon vivant, ce peintre n’a que faire des règles établies de l’Académie. Plutôt que d’opter pour une catégorie, il choisit la liberté. Ses sujets et surtout sa technique tranchent avec ses contemporains. Pourtant aujourd’hui, on ne cesse de souligner son audace et son avant-gardisme.

 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 21 janvier 2016 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux

Intervenante : Charlotte Lasserre, historienne de l’art

Tarifs : 5€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

L’animal dans l’art de la Renaissance // Mardi 1er mars 2016 à 19h

Au commencement était …l’animal. Dans les plus anciennes représentations artistiques sur les parois des grottes  les images des animaux sont prépondérantes et surprennent par leur réalisme qui témoigne à la fois des qualités artistiques des « peintres » primitifs ainsi que de leur capacité d’observation. Un art animalier se développe des temps les plus immémoriaux prouvant que le destin  de l’homme est lié à la présence de l’animal si on a tenu à les représenter ensemble. Pendant la Renaissance le monde animal connu s’enrichit d’un bestiaire issu des mythes de l’Antiquité retrouvée à cette époque mais aussi d’animaux exotiques suite à la découverte de nouvelles terres.

Devenus objets d’étude pour les savants et les artistes de la renaissance les animaux sont représentés dans la peinture, la sculpture et les arts décoratifs et dans différents genres : portrait, nature morte, compositions religieuses ou mythologiques.  Non seulement des animaux domestiques mais aussi d’autres animaux créés par la fantaisie humaine afin de personnifier vices et vertus, tempéraments, passions, accompagnant l’homme ou seuls. Les études de chevaux de Léonard de Vinci, le rhinocéros et le lièvre (1502) de Dürer, les « portraits » de deux chiens de chasse par Jacopo Bassano (1548 – 49) , tout comme les cabinets de curiosité, les ménageries et les premiers traités de zoologie témoignent d’in intérêt de plus en plus grand pour l’animal même si on ne sait pas encore s’il a une âme ou non.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte  Mardi 1er Mars 2016 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux

Intervenante : Maria Paleolog, historienne de l’art

Tarifs : 10€ pour les non adhérents // 8€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52