Tous les articles par admin

[COMPLET] L’ancien couvent des Capucins // Mercredi 17 février 2016 à 14h

La construction de l’ensemble conventuel des Capucins date du XVIIème siècle. La communauté de frères capucins, à l’origine de ce projet, a eu une telle importance qu’ils donnèrent leur nom au quartier. Ils s’installent à l’emplacement qui accueillait l’Hôpital des pestiférés et y restèrent jusqu’à la Révolution Française.

Les bâtiments tels que nous les connaissons aujourd’hui sont le résultat d’une restauration menée par la communauté au XVIIIème siècle. Ce n’est qu’au XIXème siècle que fut construit le plus bel exemple néogothique du patrimoine bordelais : la chapelle du Grand Séminaire. Ce lieu est remarquable de par son immensité, son décor sculpté et ses vitraux signés Villiet.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto visite guidée  Mercredi 17 février 2016 de 14h à 15h30

Lieu de rendez-vous : CROUS de Bordeaux, 18, rue du Hamel, 33 000 Bordeaux

Intervenant : Association Archimuse-Bordeaux

Tarifs : 5€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

[COMPLET] La Piscine de Bègles // Lundi 22 février 2016 à 10h30

Au début des années trente, la ville de Bègles souhaite s’équiper d’une piscine. En effet, l’émergence d’une architecture sportive constitue une étape de la modernité culturelle et de la transformation des mœurs à cette époque. C’est l’architecte Armand Blanchard qui fut choisi par la municipalité. Il livre à la ville un établissement moderne dont le traitement décoratif reprend tous les codes de l’esthétique Art Deco. Les Bains connaissent un grand succès dès leur ouverture au début des années trente.

Cependant, au début des années 2000, afin de répondre à des normes sanitaires nationales, la piscine a dû subir des modifications. La question se posa concernant ce patrimoine : devait-on maintenir la piscine ouverte au public, ou était-il préférable de la fermer sans la détruire, laissant ainsi une œuvre architecturale à l’abandon qui subirait les méfaits du temps ? Sa réhabilitation a donc suscité de nombreux débats. Le choix de l’architecte Patrick Bouchain vint clore les discussions grâce à sa vision originale d’un chantier ouvert au public, son respect du lieu tout en amenant un regard moderne.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto visite guidée  Lundi 22 février 2016 de 10h30 à 12h00

Lieu de rendez-vous : 2-14, rue Carnot, 33130 Bègles

Intervenant : Association Archimuse-Bordeaux

Tarifs : 5€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

L’animal dans l’art de la Renaissance // Mardi 1er mars 2016 à 19h

Au commencement était …l’animal. Dans les plus anciennes représentations artistiques sur les parois des grottes  les images des animaux sont prépondérantes et surprennent par leur réalisme qui témoigne à la fois des qualités artistiques des « peintres » primitifs ainsi que de leur capacité d’observation. Un art animalier se développe des temps les plus immémoriaux prouvant que le destin  de l’homme est lié à la présence de l’animal si on a tenu à les représenter ensemble. Pendant la Renaissance le monde animal connu s’enrichit d’un bestiaire issu des mythes de l’Antiquité retrouvée à cette époque mais aussi d’animaux exotiques suite à la découverte de nouvelles terres.

Devenus objets d’étude pour les savants et les artistes de la renaissance les animaux sont représentés dans la peinture, la sculpture et les arts décoratifs et dans différents genres : portrait, nature morte, compositions religieuses ou mythologiques.  Non seulement des animaux domestiques mais aussi d’autres animaux créés par la fantaisie humaine afin de personnifier vices et vertus, tempéraments, passions, accompagnant l’homme ou seuls. Les études de chevaux de Léonard de Vinci, le rhinocéros et le lièvre (1502) de Dürer, les « portraits » de deux chiens de chasse par Jacopo Bassano (1548 – 49) , tout comme les cabinets de curiosité, les ménageries et les premiers traités de zoologie témoignent d’in intérêt de plus en plus grand pour l’animal même si on ne sait pas encore s’il a une âme ou non.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte  Mardi 1er Mars 2016 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux

Intervenante : Maria Paleolog, historienne de l’art

Tarifs : 10€ pour les non adhérents // 8€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

L’histoire de la mosaïque de l’Antiquité à nos jours // Jeudi 10 mars 2016 à 19h

Cette conférence vous propose de découvrir les différentes périodes de l’histoire de la mosaïque (Pré-romaine, Romaine, Byzantine, Moderne et Contemporaine), les différents styles et méthodes de pose utilisés.

La vie des mosaïstes sera retracée, de leurs parcours aux outils utilisés sans oublier l’histoire des matériaux (marbre, pâte de verre, or etc.).

pompei.jpg

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 10 mars 2016 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux

Intervenante : Emma Simon, mosaïste, historienne de l’art

Tarifs : 5€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Amulettes et démons en Mésopotamie // Lundi 14 mars 2016 à 19h

La Mésopotamie fut le berceau de l’une des plus anciennes civilisations du monde, qui dura près de trente siècles. On lui doit les plus anciennes attestations du prophétisme, des techniques divinatoires élaborées, la découverte de l’astronomie et de l’astrologie… Dans l’Antiquité, les pratiques rituelles touchaient à des sphères du savoir, comme la médecine, la pharmacologie, la magie et la religion, qui se complétaient les unes aux autres. Le monde était peuplé non seulement d’innombrables divinités, mais aussi de puissances maléfiques susceptibles d’apporter la mort, le malheur et la désolation. La croyance en ces divinités néfastes, en la force de rites magiques, a naturellement conduit à rechercher une protection, également magique : l’amulette.

Le déchiffrement de nombreuses tablettes cunéiformes a permis de comprendre comment les amulettes étaient utilisées, et quelle valeur symbolique les hommes lui accordaient. Elles étaient utilisées le plus souvent dans le cadre de rituels exorcistes, accompagnés de manipulations, d’incantations et de prières, afin de repousser le mal venu des divinités en colère ou des démons.
Les amulettes pouvaient prendre des aspects différents selon le mal à écarter. Des figurines de personnages bénéfiques, de démons ou d’animaux, y paraissent parmi, des plaquettes portant une scène figurée, des tablettes gravées ou des cylindres. Les bijoux, de simples perles ou des colliers de pierres recélaient également un pouvoir magique. Certaines amulettes étaient gravées d’inscriptions cunéiformes; il s’agissait de courtes incantations chantant la gloire du démon pour se le rendre favorable, de conjurations, de sorts, ou des mythes abrégés.
Nous découvrirons, lors de cette présentation, les démons Pazuzu et Lamashtu, et l’exorcisme en tant que remède et lutte contre ces derniers. Sur une période allant du Bronze Moyen à l’époque achéménide, nous décrirons cet imaginaire peuplé d’êtres hybrides ; les croyances et les craintes des hommes de l’antique Proche-Orient ; l’importance et la confiance qu’ils accordaient à tout ce qui touche à la magie.

 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork  Lundi 14 mars 2016 à 19h

Lieu : Le Castan, 2 Quai de la Douane, 33000 Bordeaux

Intervenante : Sarah Pelloquin, historienne de l’art

GRATUIT

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Crédit photographique : Assurnasirpal II, orthostate de Nimrud- BM WA 124552

[COMPLET] Centenaire de l’insurrection Dada : un « art plus art » // Jeudi 17 mars 2016 à 19h

À l’heure où se justifient et s’actent dans la sphère artistique les installations, les performances, les arts numériques et arts immersifs, la simple étude d’un mouvement moderne tel que le Dadaïsme semble opportune pour appréhender et saisir l’actualité des arts. Appellation désormais emblématique, patronymique de l’insurrection qui ne cesse de fasciner, un exposé suivit d’un débat autour de Dada peuvent justement apporter une modeste explication sur les origines de l’art tel que nous l’observons depuis quelques décennies.

Mentionné à la jonction du Cubisme et du Surréalisme, plus exactement entre le futurisme et le constructivisme, l’art dadaïste sera convoqué pour dépeindre une époque au cours de laquelle sont remises en cause toutes les conventions culturelles et politiques, où l’art s’octroie un statut judicatif à la faveur de l’effondrement des valeurs civilisatrices, par les injonctions et les créations plastiques de quelques déprédateurs. Nihiliste convaincu et négationniste intempestif, Dada sera présenté historiquement par une synthèse de ses différents lieux d’apparition en mettant l’accent sur son mécanisme de défense face à la folie meurtrière de son temps. Plusieurs œuvres seront analysées ainsi que les différents acteurs du dadaïsme. Nous nous permettrons également un succinct regard sur l’idée générale que l’on se fait de ce courant artistique ; comment s’est écrite l’histoire de Dada  au cours du XXe siècle? Quels en ont été les aboutissants et les influences majeures sur l’ensemble des scènes d’avant-gardes qui essaiment jusqu’à nos jours (de Cobra à Fluxus, de l’International Situationniste aux Nouveaux Réalistes).
En outre, nous insisterons sur le fait que Dada désigne bien plus que des personnes, des évènements, des lieux ou des procédures, mais une véritable philosophie, un état d’esprit volubile et insaisissable ayant pour seul mobile l’affirmation des passions et des contradictions de l’Homme se pressant dans les sillons d’un progrès fantasmé qui n’aura d’autre effet que sa chute. Un cycle itératif que l’on recouvre aujourd’hui dans les productions et processus artistiques.

 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 17 mars 2016 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux

Intervenant : Jérémy Gadras, historien de l’art

Tarifs : 5€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Crédit photographique couverture : Marcel Duchamp, Fontaine, 1917

Patrimoine menacé au Proche-Orient // Jeudi 24 mars 2016 à 19h

Le patrimoine historique et archéologique du Proche-Orient se trouve aujourd’hui menacé de disparition. Cette région, qui pourtant possède des richesses archéologiques innombrables, est dans une situation de conflit où la sauvegarde et la conservation de son patrimoine ne sont pas une priorité. Les archéologues, les responsables de musées et les amoureux du patrimoine oriental s’insurgent contre les destructions massives de vestiges multiséculaires, témoins de la splendeur des anciennes cités de Mésopotamie. La première conséquence est la perte irrémédiable pour l’humanité de cet héritage culturel commun. Devant la destruction de sites historiques, il est impossible de ne pas s’inquiéter, moins pour l’intégrité physique d’un patrimoine de l’humanité, que pour la survie de la valeur morale que représente en elle-même la défense de ce patrimoine.

Récemment, la destruction de la cité antique de Palmyre en Syrie, classée au patrimoine mondial de l’humanité, ou le saccage du musée de Mossoul en Irak, alertent la coalition internationale sur le besoin d’agir pour la préservation de cet héritage.

Au travers d’un tour d’horizon des différents sites archéologiques, monuments et musées, nous dresserons le portrait des milles et une merveille perdues ou détruites. Nous suivrons l’histoire des taureaux androcéphales, de la Dame d’Uruk, des trésors de Nimrud et des divers biens culturels victimes des fouilles illégales, de vandalisme, ou de pillage comme au musée de Bagdad en 2003, qui nous amèneront de l’antique Proche-Orient au marché de l’art international. Du trafic des antiquités aux musées d’origine, où nous mènent les campagnes de récupération d’objets volés ? Dans quel contexte les biens culturels endommagés ou pillés sont-ils restitués et comment retrouvent-ils leur place ?

Enfin, nous essayerons de savoir comment réagissent l’Unesco, la communauté internationale et les forces gouvernementales présentes ; De quels moyens disposent-ils ? Et, comment préserver et défendre ce qui reste pour la mémoire collective, pour l’histoire, pour l’identité et l’âme des nations ?

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 24 mars 2016 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux

Intervenante : Sarah Pelloquin, historienne de l’art

Tarifs : 5€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

 

Bacalan, des bassins à flot à la base sous-marine de Bordeaux // Dimanche 27 mars 2016 à 15h [à vélo]

Alors que le projet d’aménagement de la zone des bassins à flot de Bacalan s’impose de plus en plus dans le paysage bordelais, l’association Tout Art Faire vous propose de découvrir au travers d’une visite à vélo le passé et le patrimoine méconnu de ce quartier entre histoire résidentielle, militaire, industrielle et culturelle. Petits et grands édifices illustreront à leur manière la riche histoire de ce quartier fortement liée au développement économique de la ville de Bordeaux et de son port.

Aujourd’hui au cœur d’un grand projet urbain, de nouvelles constructions comme le pont Jacques Chaban-Delmas ou la future Cité des Civilisations du Vin côtoient un patrimoine dont la réhabilitation et la valorisation sont prévues à l’horizon 2030. Parmi ces éléments, les bassins à flot, d’anciennes usines et surtout la base sous-marine, dont la présentation clôturera la visite.

Mise en chantier en septembre 1941 et inaugurée en mai 1943, la base sous-marine constitue aujourd’hui l’un des rares vestiges de l’Occupation de Bordeaux durant la Seconde Guerre mondiale. Souvent présenté afin d’illustrer les heures sombres du Port de la Lune, l’impact de cet édifice sur la scène culturelle bordelaise dès les années 1960 reste pourtant méconnu, tout comme son intérêt au regard de l’histoire de l’architecture et des techniques.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto balade vélo  Dimanche 27 mars 2016 de 15h à 17h – Balade à vélo (vélos non fournis)

Lieu de rendez-vous : Arrêt « Bassins à flot » – Tramway ligne B

Intervenant : Mathieu Marsan, historien de l’art

Tarifs : 5€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Bordeaux by Nigth IV – Le bestiaire bordelais // Vendredi 8 avril 2016 à 21h [à vélo]

Afin de découvrir la ville de Bordeaux autrement, nous vous proposons d’enfourcher votre vélo dans la pénombre du début de nuit pour partir avec nous à la recherche des représentations animales dans le centre historique de la ville. Qu’il s’agisse de sculptures sur des Monuments historiques, de noms de rue, de graffiti ou autre, la ville de Bordeaux est peuplé de nombreux animaux. Leur présence s’avère souvent hautement symbolique. En effet le règne animal est lié dans notre histoire à notre religion, est associé à des valeurs, des défauts, ou à des événements marquants ou anecdotiques de l’histoire de notre ville. Qu’ils soient véritables ou mythologiques vous serez surpris du nombre de créatures qui nous entoure et parfois nous observe. Afin de pouvoir profiter au mieux de la visite nous vous conseillons de vous munir d’une lampe torche.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto balade vélo  Vendredi 8 avril 2016 de 21h à 23h – Balade à vélo (vélos non fournis)

Lieu de rendez-vous : Place de la Victoire, 33 000 Bordeaux

Intervenante : Floriane Retours, historienne de l’art

Tarifs : 5€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

L’animal dans l’art des XVII et XVIII siècles // Mardi 12 avril 2016 à 19h

La représentation de l’animal dans la peinture du XVIIe et XVIIIe siècle suit la même volonté de naturalisme qu’à la Renaissance. Ainsi, la recherche des formes, des matières et des mouvements conduiront à une nouvelle spécialité picturale, celle de la nature morte.
 Qu’ils soient mythologiques ou réels, les animaux sont couramment utilisés comme sujets dans la peinture de cette période, tous genres confondus. Cependant, certains peintres deviennent spécialistes de ces figures: c’est le cas de Jean-Baptiste Oudry (1686-1755) qui prend une place toute particulière en immortalisant les chasses du roi Louis XV ainsi que ses chiens favoris. D’autres peintres comme François Desportes (1661-1743) et Jean-Baptiste Siméon Chardin (1699-1779), s’expriment à travers la nature morte avec un tel réalisme qu’ils en deviennent maîtres du genre.

 

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte  Mardi 12 avril 2016 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux

Intervenante : Charlotte Lasserre, historienne de l’art

Tarifs : 10€ pour les non adhérents // 8€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52