Tous les articles par admin

Conférence : Les images marginales des manuscrits gothiques // Jeudi 16 avril 2015 à 19h

Conférence : Les images marginales des manuscrits gothiques

 

Jeudi 16 avril 2015 de 19h à 20h30 par Lucie Blanchard, historienne de l’art

Au cours du XIIIe siècle, la mise en page des manuscrits évolue : le texte devient moins dense et des motifs glissent des initiales vers la marge. Dès lors, un riche répertoire iconographique anime les bordures : musique, loisirs aristocratiques (chasse, jeux, amour courtois, tournois), rite chrétien, images tirées de la littérature comme le rusé goupil Renart, animaux, hommes difformes et hybrides. Les images marginales, ou marginalia, puisent leurs thèmes dans la culture médiévale.

Renart prêchant - Stowe 17Renart prêchant – © British Library, Stowe 17, Livre d’heures à l’usage de Maastricht, XIVe s., Liège, f° 84 (détail)

 

Dans cet univers excentré et excentrique, le désordre règne : gesticulations des hommes, parodies animales ou encore êtres défiant l’ordre de la création. Les images marginales ont pour thème central le corps de l’homme, reflet de l’ordre du monde, vecteur de salut mais aussi obstacle…

L’emplacement même de ces images est lourd de sens et renvoie à la conception médiévale du monde, réparti entre un centre et sa périphérie. Le centre, lieu de l’ordre (l’église, la ville, la Chrétienté,…) s’oppose en tout à la marge, lieu privilégié d’expression de l’étrangeté, de l’anormalité, de l’autre (la forêt, les frontières, le bout du monde,…). Le couple centre/périphérie renvoie à d’autres couples fondamentaux de la pensée chrétienne médiévale : âme/corps, ordre/désordre,… Seulement, cet équilibre est nécessaire.

Hybride faisant une grimace à une libellule - ps LuttrellHybride faisant une grimace à une libellule – © British Library, Additional 42130, Psautier Luttrell, XIVe s., Angleterre, f° 36v (détail)

 

Ces images se trouvent principalement dans les ouvrages destinés à la dévotion commandés par des laïcs, ce qui est loin d’être anodin.

Les marginalia appartiennent aux mentalités médiévales dans leur ensemble et servent, paradoxalement, un discours d’ordre.

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux
Accès handicapé : oui

Tarif
5 € pour les non adhérents
3 € pour les adhérents
Gratuit pour scolaires, étudiants et demandeurs d’emploi

Modalités de réservation
email: toutartfaire@gmail.com
tel:     06-82-18-73-46

Suivre l’événement sur Facebook

Visite à vélo : Des Bassins à flot à la Base sous-marine // Dimanche 26 avril 2015 à 15h

Visite à vélo : Des Bassins à flot à la Base sous-marine

 

Dimanche 26 avril 2015 de 15h à 17h par Mathieu Marsan, historien de l’art

Alors que le projet d’aménagement de la zone des bassins à flot de Bacalan s’impose de plus en plus dans le paysage bordelais, l’association Tout Art Faire vous propose de découvrir au travers d’une visite à vélo le passé et le patrimoine méconnu de ce quartier entre histoire résidentielle, militaire, industrielle et culturelle. Petits et grands édifices illustreront à leur manière la riche histoire de ce quartier fortement liée au développement économique de la ville de Bordeaux et de son port.

Aujourd’hui au cœur d’un grand projet urbain, de nouvelles constructions comme le pont Jacques Chaban-Delmas ou la future Cité des Civilisations du Vin côtoient un patrimoine dont la réhabilitation et la valorisation sont prévues à l’horizon 2030. Parmi ces éléments, les bassins à flot, d’anciennes usines et surtout la base sous-marine, dont la présentation clôturera la visite.

Des BAF à la BSM (c) Mathieu Marsan - copieVue actuelle de la base sous-marine de Bordeaux (c) Mathieu Marsan

 

Mise en chantier en septembre 1941 et inaugurée en mai 1943, la base sous-marine constitue aujourd’hui l’un des rares vestiges de l’Occupation de Bordeaux durant la Seconde Guerre mondiale. Souvent présenté afin d’illustrer les heures sombres du Port de la Lune, l’impact de cet édifice sur la scène culturelle bordelaise dès les années 1960 reste pourtant méconnu, tout comme son intérêt au regard de l’histoire de l’architecture et des techniques.

Lieu de rendez-vous : Arrêt « Bassins à flot » – Tramway B // Vélos non fournis

Tarif
5 € pour les non adhérents
3 € pour les adhérents
Gratuit pour scolaires, étudiants et demandeurs d’emploi

Modalités de réservation
e-mail : toutartfaire@gmail.com
tel :    06-82-18-73-46

Suivre l’événement sur Facebook

Afterwork Patrimoine : Place de la Victoire, la Colonne rose et les deux Tortues // Lundi 27 avril 2015 à 19h

Afterwork patrimoine : Place de la Victoire, la Colonne rose et les deux Tortues

Lundi 27 avril 2015 de 19h à 20h par Michelle Coquet

La colonne D’Ivan Theimer est une ode au vin, à la vigne et à la ville de Bordeaux. De forme hélicoïdale elle évoque un cep de vigne qui monte vers le Soleil. A sa base quatre portes en bronze sont couvertes de sculptures de 5 à 10 cm de haut. On y voit Bacchus dans tous ses états, des reproductions de gravures des principaux monuments de la ville et d’un plan de Bordeaux du XVIII° siècle. Mais aussi des publicités anciennes sur le vin, des reproductions de tableaux de Sonneville, et une multitude de visages extrêmement expressifs sculptés avec finesse et précision. Au pied de la colonne deux tortues en bronze elles aussi couvertes de minuscules personnages et de sculptures à la gloire de Bacchus et du vin, semblent se promener sur la place.

Lieu de rendez-vous : Le Plana (22 place de la Victoire)
Accès handicapé : oui

Tarif :
GRATUIT

Modalités de réservation :
email: toutartfaire@gmail.com
tel:     06-82-18-73-46

Suivre l’événement sur Facebook

 

Afterwork Patrimoine : Le Palais Rohan // Lundi 4 mai 2015 à 19h

Afterwork Patrimoine : Le Palais Rohan

 

Lundi 4 mai 2015 de 19h à 20h par Alexandre Paléologue, guide-conférencier

Situé au cœur de la ville de Bordeaux, le Palais Rohan (Hôtel de Ville de Bordeaux) est aujourd’hui connu de tous et constitue un point de repère pour beaucoup de bordelais. Cet afterwork patrimoine vous propose de découvrir autour d’un verre l’histoire méconnue de ce bâtiment ainsi que son impact sur le développement du quartier Mériadeck et de la place Pey-Berland.

Palais Rohan (c)Wikipedia CommonsVue actuelle du Palais Rohan

 

Lieu de rendez-vous : Le Café Français (5 place Pey-Berland)
Accès handicapé : oui

Tarif :
GRATUIT

Modalités de réservation :
email: toutartfaire@gmail.com
tel:     06-82-18-73-46

Suivre l’événement sur Facebook

Cours-découverte de l’histoire de l’art : Les femmes artistes – Berthe Morisot // Mardi 5 mai 2015 à 19h

Cours-découverte de l’histoire de l’art : Les femmes artistes – Berthe Morisot (14 janvier 1841 à Bourges – 2 mars 1895 à Paris)

 

Mardi 5 mai 2015 de 19h à 20h30 par Maria Paleolog, historienne de l’art

Berthe Morisot est une artiste peintre, un des membres fondateurs de l’impressionnisme, mouvement d’avant-garde né en France dans les années ‘70   du 19 e siècle. Elle quitte très vite l’atelier de son maître le peintre lyonnais Chocarne et l’enseignement académique pour se lancer dans la grande aventure de l’impressionnisme avec Claude Monet, Auguste Renoir, Alfred Sisley, Camille Pissarro, Edgar Degas. Elle participe à presque toutes les expositions organisées par ces « rebelles » qui avaient fondé d’abord le groupe d’avant-garde « Artistes Anonymes Associés transformé ultérieurement en une « Société anonyme des artistes peintres, sculpteurs et graveurs ».

Berthe Morisot avait découvert le plein air grâce à Camille Corot dont elle est l’élève de 1860 à 1862.

Malgré des influences de Corot, de Manet ou certains rapprochements de la peinture de Renoir elle trouve sa propre voie et un style qui exprime sa sensibilité. Son univers familier lui sert de source d’inspiration et des moments du bonheur conjugal abondent dans ses peintures. Ni les thèmes ni la facture ne sont pas conventionnels. Longtemps méconnue et non reconnue, Berthe Morisot jouit aujourd’hui d’une reconnaissance bien méritée.

Berthe_Morisot_002Berthe Morisot – Eugène Manet à l’Ile de Wight, 1875 (collection privée)
 

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, place Saint-Christoly, 33 000 Bordeaux
Accès handicapé : oui

Tarif :
10€ – 8€ adhérents – gratuit pour les étudiants, scolaires et demandeurs d’emploi

Modalités de réservation :
email: toutartfaire@gmail.com
tel:     06-82-18-73-46

Suivre l’événement sur Facebook

Visite guidée : Bordeaux, port négrier // Dimanche 10 mai 2015 à 15h

Visite guidée : Bordeaux, port négrier

 

Dimanche 10 mai 2015 de 15h à 17h par Floriane Retours, historienne de l’art

Si aucun esclave noir n’a jamais été vendu sur le sol bordelais, la ville de Bordeaux n’en reste pas moins le second port français ayant envoyé le plus grands nombres d’expéditions négrières durant toute la période de la Traite.

relation02

Nous vous proposons de découvrir ou redécouvrir l’implication de Bordeaux dans cet héritage difficile à porter en suivant un parcours dans la ville autour des quartiers du Grand Théâtre, Tourny, Quinconces ou Jardin Public. Nous aborderons les expéditions négrières, le développement du port et de la ville, la présence des noirs et gens de couleurs dans la ville au 18ème siècle, ainsi que l’enrichissement de grandes familles de négociants et armateurs bordelais.

Lieu de rendez-vous : Place des Quinconces / Escalier au pied des colonnes rostrales

Tarif
5 € pour les non adhérents
3 € pour les adhérents
Gratuit pour scolaires, étudiants et demandeurs d’emploi

Modalités de réservation
e-mail : toutartfaire@gmail.com
tel :    06-82-18-73-46

Suivre l’événement sur Facebook

Conférence : Les décors peints des églises des Pyrénées centrales, l’exemple des vallées d’Aure et du Louron // Jeudi 21 mai 2015 à 19h

Conférence : Les décors peints des églises des Pyrénées centrales, l’exemple des vallées d’Aure et du Louron

 

Jeudi 21 mai 2015 de 19h à 20h30 par Quentin Massias, guide-conférencier

Les Vallées d’Aure et du Louron, au cœur de la chaîne des Pyrénées, se composent de plus d’une cinquantaine de villages aujourd’hui répartis sur 47 communes. Ces villages se caractérisent par leur architecture traditionnelle, témoin de l’activité agro-pastorale qui rythmait autrefois la vie des habitants ; mais également par leur patrimoine religieux exceptionnel. La plupart des églises datent de l’époque romane et ont été ornées, à partir du XVIe siècle, de peintures murales. Ces décors témoignent de la croissance économique qui toucha les communautés villageoises à ce moment-là. Recouverts par une couche d’enduit au moment de la Contre-Réforme, ils ont été redécouverts depuis la fin des années 1990, et présentent pour la plupart un état de conservation remarquable.

VIELLE_LOURON_Arbre_de_JesséVIELLE-LOURON : L’arbre de Jessé © Pays d’art et d’histoire des vallées d’Aure et du Louron

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux
Accès handicapé : oui

Tarif
5 € pour les non adhérents
3 € pour les adhérents
Gratuit pour scolaires, étudiants et demandeurs d’emploi

Modalités de réservation
email: toutartfaire@gmail.com
tel:     06-82-18-73-46

Suivre l’événement sur Facebook

Visite à vélo : Bordeaux occupé, Bordeaux libéré // Dimanche 24 mai 2015 à 15h

Visite à vélo : Bordeaux occupé, Bordeaux libéré

 

Dimanche 24 mai 2015 de 15h à 17h par Mathieu Marsan, historien de l’art

Bien qu’éloignée des champs de bataille, la ville de Bordeaux a joué un rôle stratégique durant toute la Seconde Guerre mondiale, tant pour la vacillante Troisième République française que pour le IIIe Reich allemand. En devenant pour la troisième fois de son histoire la capitale de la France, la cité girondine assure un rôle majeur jusqu’au mois de juin 1940. Point de repli pour plusieurs millions de réfugiés français, belges et hollandais, l’agglomération de Bordeaux voit alors sa population multipliée par trois jusqu’à l’arrivée des premiers officiers allemands, le 28 juin 1940.

 bdx occupé bdx libéré (c) BundesarchivCortège allemand sur la place de la Victoire, octobre 1941 © Bundesarchiv

Dès lors, Bordeaux vit à l’heure allemande. Les lieux de vie, restaurants, cinémas, hôtels, sont pour la plupart réservés aux quelques 60 000 soldats en poste dans la villle. Couvre-feu, rationnement, réquisitions et marché noir deviennent ainsi le quotidien pour de nombreux bordelais. Cette visite inédite vous propose de découvrir les lieux et les figures – parfois oubliées ou controversées – qui ont marqué l’histoire de l’Occupation et de la Libération de la cité girondine.

Lieu de rendez-vous : Arrêt « Stalingrad » – Tramway A // Vélos non fournis

Tarif
5 € pour les non adhérents
3 € pour les adhérents
Gratuit pour scolaires, étudiants et demandeurs d’emploi

Modalités de réservation
e-mail : toutartfaire@gmail.com
tel :    06-82-18-73-46

Suivre l’événement sur Facebook

Visite à vélo VIP CARTE JEUNES : Des Bassins à flot à la Base sous-marine // Dimanche 7 juin 2015 à 15h30

Visite à vélo VIP CARTE JEUNES : Des Bassins à flot à la Base sous-marine

 

Dimanche 7 juin 2015 de 15h30 à 17h30 par Mathieu Marsan, historien de l’art

Visite réservée aux porteurs de la CARTE JEUNES, disponible gratuitement auprès de la Mairie de Bordeaux, plus d’informations ici : http://www.bordeaux.fr/p45001

Alors que le projet d’aménagement de la zone des bassins à flot de Bacalan s’impose de plus en plus dans le paysage bordelais, l’association Tout Art Faire vous propose de découvrir au travers d’une visite à vélo le passé et le patrimoine méconnu de ce quartier entre histoire résidentielle, militaire, industrielle et culturelle. Petits et grands édifices illustreront à leur manière la riche histoire de ce quartier fortement liée au développement économique de la ville de Bordeaux et de son port.

Aujourd’hui au cœur d’un grand projet urbain, de nouvelles constructions comme le pont Jacques Chaban-Delmas ou la future Cité des Civilisations du Vin côtoient un patrimoine dont la réhabilitation et la valorisation sont prévues à l’horizon 2030. Parmi ces éléments, les bassins à flot, d’anciennes usines et surtout la base sous-marine, dont la présentation clôturera la visite.

Des BAF à la BSM (c) Mathieu Marsan - copie

Mise en chantier en septembre 1941 et inaugurée en mai 1943, la base sous-marine constitue aujourd’hui l’un des rares vestiges de l’Occupation de Bordeaux durant la Seconde Guerre mondiale. Souvent présenté afin d’illustrer les heures sombres du Port de la Lune, l’impact de cet édifice sur la scène culturelle bordelaise dès les années 1960 reste pourtant méconnu, tout comme son intérêt au regard de l’histoire de l’architecture et des techniques.

Lieu de rendez-vous : Arrêt « Bassins à flot » – Tramway B // Vélos non fournis

Tarif
Gratuit pour les titulaires de la carte jeune

Modalités de réservation
e-mail : toutartfaire@gmail.com
tel :    06-82-18-73-46

Afterwork Patrimoine : Le Bauhaus // Lundi 8 juin 2015 à 19h

Afterwork Patrimoine : Le Bauhaus

 

Lundi 8 juin 2015 de 19h à 20h00 par Jonathan Renier, architecte d’intérieur

Alors que l’Europe et le monde vivent une période d’accalmie, c’est dans ce contexte qu’est créée de 1919 à 1933 l’Ecole du BAUHAUS (de l’allemand « Bau », bâtiment, construction, et « Haus », maison ; « Bauhaus » : maison du bâtir, maison de la construction). Sa vocation est de rapprocher l’artisanat de l’art dans un but plus utilitaire. La philosophie presque utopique de Walter Gropius est de réunir artisans et artistes dans la nouvelle construction de l’avenir. Le Bauhaus travaillera à la professionnalisation des arts. Pour Gropius «il n’existe aucune différence, quant à l’essence, entre l’artiste et l’artisan. L’artiste n’est qu’un artisan inspiré. […] mais, la base du savoir-faire est indispensable à tout artiste. Formons donc une nouvelle corporation d’artisans».

 Le programme du Bauhaus a suscité l’adhésion d’un grand nombre d’artistes d’avant-garde de toute l’Europe, parmi lesquels on peut citer Johannes Itten, Wassily, Kandinsky, Paul Klee, László Moholy-Nagy ou encore Marcel Breuer. Ce qui fait la particularité exceptionnelle du Bauhaus est cette volonté de théorisation de l’art, enseignée non pas par des professeurs mais par des maîtres (Meister). Les élèves s’appellent apprentis (Lehrlinge) et peuvent devenir compagnons (Gesellen) et jeunes maîtres (Jungmeister). La théorisation de la couleur par Iten ou du mouvement par Oskar Schlemmer sont des exemples de recherche des artistes de l’avant-garde.

 Bauhaus-image

La pratique et l’application de ces cours seront matérialisées par des ateliers dans un cycle de trois ans. Appliqué à des matériaux divers et nouveaux, le maître et ses apprentis s’affairent à de nouvelles réponses de formes, d’usages et besoins. La plupart des bâtiments qui nous entourent, le graphisme de nos journaux, le dessin de nos appareils électriques et de nos meubles sont pour une large part tributaires du travail effectué par cette école d’art et de design.

 Ces penchants à améliorer les conditions du peuple et l’implication de certains maîtres de l’école dans le national socialiste allemand de l’époque, amène le parti Nazis à fermer l’institut. Joseph Goebbels déclarant même en 1935: «J’ai trouvé dans le Bauhaus l’expression la plus parfaite d’un art dégénéré».

Lieu de rendez-vous : Le Passage (14 place Canteloup)
Accès handicapé : oui

Tarif :
GRATUIT

Modalités de réservation :
email: toutartfaire@gmail.com
tel:     06-82-18-73-46

Suivre l’événement sur Facebook