Tous les articles par admin

Cours-découverte : La réinvention de l’art roman au XIXe siècle // Mardi 17 novembre 2015 à 19h

La notion même d’art roman constitue une invention du XIXe siècle, ou au moins une réinvention, si l’on considère que cette appellation est pertinente pour désigner un temps de la création médiévale. Les hommes du XIe ou du XIIe siècle n’avaient pas conscience de participer à l’expression plus ou moins homogène d’un style. C’est la naissance même de l’histoire de l’art et de l’archéologie médiévales en tant que science qu’éclaire l’évocation de l’invention, dans les milieux savants des années 1810-1830, de la notion de style et la première définition de l’art roman, qui n’est pas anodine, et qui révèle autant l’état d’esprit et le cadre de pensée des érudits romantiques que la compréhension d’une réalité artistique médiévale.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte  Mardi 17 novembre 2015 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux

Intervenant : Christian Gensbeitel, mâitre de conférences en histoire de l’art médiéval à l’université Bordeaux Montaigne

Tarifs : 10 € pour les non adhérents // 8 € pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com

Retrouvez l’événement sur Facebook

Visite-guidée : Le château de Blanquefort // Dimanche 22 novembre 2015 à 15h

La forteresse de Blanquefort a une longue histoire derrière elle. La première mention d’un donjon de pierre (Blancafortis), posé sur un îlot rocheux au milieu des marais, date du XIe siècle. Le seigneur des lieux avait alors à vocation de taxer les voyageurs et commerçants qui se rendaient à Bordeaux, le château étant alors positionné sur l’unique route d’accès à la grande ville portuaire. Acquis par la couronne d’Angleterre après le mariage d’Aliénor d’Aquitaine avec Henri Henri II, le site fut doté d’un rempart au XIIe siècle pour prévenir l’arrivée des Français. Mais les caisses ne permirent pas d’aller plus loin.

L’édifice devient propriété de Bertrand de Goth, neveu du pape Clément V, allié des Anglais et surtout personnalité très riche, au début du XIVe siècle. Celui-ci est chargé de faire du simple donjon posé au milieu des marécages une véritable forteresse, par la suite surnommée le « verrou de Bordeaux ». Comme au château de Roquetaillade, Bertrand de Goth redouble d’ingéniosité pour allier toutes les techniques défensives les plus ingénieuses de l’époque (on nomme cela la poliorcétique, ou art de la guerre).

Après avoir affronté la Guerre de Cent Ans, elle est récupérée par Charles VII et confiée à son lieutenant Antoine de Chabannes peu après le milieu du XVe siècle, qui a pour ordre d’adapter la construction à l’artillerie de feu, plus efficace que l’artillerie de jet alors employée, et qui a causé la défaite du site. Entièrement réaménagée, la forteresse compte trois niveaux de défense au canon et une vision à 360° autour de l’édifice.

Considérée comme un château de plaine et cernée de marécages qui constituent un rempart naturel, la forteresse perd son attrait dès le XVIIe siècle avec l’assèchement des marais dans le but d’assainir Bordeaux, puis au XVIIIe siècle avec la mise en place de nouvelles routes par l’intendant Tourny.

Restée à l’écart de la ville, elle fut saisie comme bien national à la Révolution et servi de carrière de pierre pour la ville de Blanquefort, avant d’être classée aux Monuments Historiques en 1862. Sauvée et fouillée de 1962 à 1975 par une association d’amateurs après l’effondrement d’une tour, elle reste encore aujourd’hui un édifice méconnu, sans doute un peu en raison de son statut privé et de sa position isolée au milieu de terres d’élevage.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto visite guidée  Dimanche 22 novembre 2015 de 15h à 17h

Lieu de rendez-vous : Château de Blanquefort

Intervenante : Marietta Dromain, doctorante en histoire de l’art

Tarifs : 5 € pour les non adhérents // 3 € pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com

Retrouvez l’événement sur Facebook

Conférence : Les monstres du bout du monde dans les bestiaires médiévaux // Jeudi 26 novembre 2015 à 19h

Le Moyen Âge est peuplé d’animaux : présents au quotidien, ils le sont surtout dans l’imaginaire. L’animal est un symbole, utilisé dans les textes (Roman de Renart), les images (peintures, manuscrits, sculptures) ou encore les proverbes. C’est dans les bestiaires, sortes d’encyclopédies animales, que l’on en trouve les descriptions.

Créés les cinquième et sixième jours, les animaux sont inférieurs à l’homme dans la Création. Ils en sont pourtant le miroir, faisant l’objet de comparaisons continues. Elaborées par des clercs, les descriptions des bestiaires servent un idéal chrétien, comparant l’animal au bon ou au mauvais croyant.

Cette conférence vous propose de découvrir ces figures animales, parfois bien connues des auteurs des bestiaires (à l’image du porc, mal vu car il ne tourne jamais la tête vers le ciel, trop occupé à chercher de quoi se nourrir dans le sol), mais également lointains comme le tigre, la panthère ou encore l’éléphant dont les représentations se situent entre réalité et imaginaire.

Londres- British Library- Royal 2 B VII- f-86v - Le lion ressuscite ses petits mort-ne-s trois jours apre-s leur naissanceLondres, British Library, Royal 2 B VII, Psautier de la reine Mary, 14e s., f°86v – Le lion ressuscite ses petits mort-nés trois jours après leur naissance © British Library

Enfin, certains animaux fantastiques sont considérés comme réels au Moyen Âge, comme la licorne. Quelques monstres habitent aussi les pages de bestiaires, on les trouve plus tard dans les livres d’histoire naturelle des 16e et 17e siècles.

Longtemps délaissés pour la grande histoire, les animaux font aujourd’hui l’objet de nombreuses études. Cette conférence sera l’occasion de découvrir la richesse de ces représentations.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 26 novembre 2015 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux

Intervenant : Lucie Blanchard, historienne de l’art

Tarifs : 5 € pour les non adhérents // 3 € pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com

Retrouvez l’événement sur Facebook

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Crédit photographique couverture : Aberdeen, University Library, Ms 24, Bestiaire d’Aberdeen, vers 1200, f°65v – Bataille de l’éléphant et du dragon © Aberdeen, University Library

Cours-découverte : Le gothique flamboyant // Mardi 1 décembre 2015 à 19h

En France, on fait naître l’art gothique flamboyant avec la construction de la chapelle de Vincennes dans le dernier quart du XIVe siècle. Les princes de la fleur de lis, grands mécènes, financent de somptueux chantiers autour des années 1400. Le gigantisme architectural des dernières grandes cathédrales rayonnantes (Amiens, Beauvais…) laisse sa place à des édifices plus modestes, animés par une profusion décorative.

Longtemps considéré comme un art dégénéré, voire « baroque » – au sens péjoratif du terme -, le gothique tardif perdure jusqu’au milieu du XVIe siècle où il fusionne lentement avec les formes italianisantes de la Renaissance. Mieux étudié depuis quelques décennies, l’art de la fin du Moyen Âge est un art total, où la sculpture monumentale atteint un niveau de détail jusqu’alors inégalé. L’architecture n’est pas en reste, puisqu’avec la reprise économique qui accompagne la fin de la guerre de Cent ans, on achève les chantiers des grandes cathédrales (Rouen, Beauvais, Sens…) et d’ambitieux projets voient le jour (Nantes, Toul, Saint-Etienne-du-Mont à Paris,…).

En Europe, d’autres exemples fameux sont aussi à signaler : de nombreux édifices anglais, la cathédrale de Séville, celle de Milan, le monastère de Batalha au Portugal, etc.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte  Mardi 1 décembre 2015 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux

Intervenant : Samuel Drapeau, doctorant en histoire de l’art

Tarifs : 10 € pour les non adhérents // 8 € pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com

Retrouvez l’événement sur Facebook

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Crédit photographique couverture : Bishop Alcock’s Chapel, Cathédrale d’Ely, Royaume-Uni, ca. 1488, Samuel Drapeau.

Conférence : L’art roumain sous la dictature de Ceausescu // Jeudi 3 décembre 2015 à 19h

De retour d’un voyage en Chine le 6 juillet 1971, Nicolae Ceausescu, le président de la Roumanie, expose devant le Comité exécutif du Parti communiste les principes de sa nouvelle politique culturelle. Surnommés plus tard “les thèses de juillet”, ces principes devaient faire de l’art et de la culture de véritables auxiliaires de la politique et allaient imposer aux créateurs un programme contrôlé de près par des institutions crées à cette effet. Les bases d’une vraie dictature voyaient le jour! Comment les artistes ont-ils réagi? Nous allons vous présenter les principales directions des arts plastiques sous la dictature entre 1971 et 1989.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 3 décembre 2015 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux

Intervenante : Maria Paleolog, historienne de l’art

Tarifs : 5€ pour les non adhérents // 3 € pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com

Retrouvez l’événement sur Facebook

Visite-guidée : L’exposition Folk Art Africain // Samedi 12 décembre 2015 à 15h

L’Art africain contemporain, trop souvent méconnu et peu diffusé, méritait une exposition, et c’est chose faite au FRAC Aquitaine de Bordeaux. C’est l’Afrique Moderne qui nous questionne ici et une Afrique qui s’est dopée à l’ancien car, comme le précise le FRAC Aquitaine, cette exposition est « une sorte de remix réinventé entre inspiration séculaire et aspiration moderne ». En effet, que penser de ces masques hybrides de Romuald Hazoumé, composés de matériel de récupération en plastique -bidons d’huiles, bouillottes, pinceaux du peintre en bâtiment- et qui sont comme le trait d’union entre l’ancien et le moderne ? Que ressentir devant les photos où Samuel Fosso se mute en un Mohamed Ali percé de flèches tel un Saint Sébastien des temps modernes? Comment interpréter les sculptures singulièrement colorées de Kifouli Dossou ? Cet événement sera, à coup sûr, une exposition originale et l’occasion de découvrir la vitalité créatrice de tout un continent.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto visite expo  Samedi 12 Décembre 2015 de 15h00 à 17h00

Lieu : FRAC Aquitaine, Hangar G2, Quai Armand Lalande, Bordeaux

Intervenant : Nicolas Bulf, artiste plasticien

Tarifs : 5 € pour les non adhérents // 3 € pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / 07.68.48.91.52

Retrouvez l’événement sur Facebook

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>
Crédit photographique couverture : Ken, 2011 – Omar Victor Diop (à l’occasion de l’exposition Folk Art Africain au FRAC Aquitaine)

Cours-découverte : Les livres d’heures // Mardi 15 décembre 2015 à 19h

À partir du XIIIe siècle, la dévotion se fait de plus en plus privée : il devient possible de prier seul et chez soi. C’est dans ce contexte qu’apparaît le livre d’heures pour les laïcs. Objet d’apparat, le livre d’heures s’invite dans les bibliothèques naissantes des nobles, dans un mouvement plus général d’essor de la culture laïque.

Le livre d’ « heures » doit son nom aux huit divisions journalières ou « heures canoniales » qui rythment la journée de prières comme les matines, tierce, none, vêpres,… Sa structure varie peu, entre des éléments fixes (calendrier des saints, heures de la Vierge ou encore psaumes), des éléments secondaires fréquents (Passion selon sain­t Jean, quinze joies de la Vierge) et des textes accessoires (prières en l’honneur de saints, oraisons diverses). La combinaison de ces éléments donne toute son identité au livre et peut permettre d’en retracer l’histoire ou d’en identifier l’origine géographique (prières aux saints locaux).

Ces livres d’heures peuvent recevoir une très riche décoration, à l’image des célèbres Très Riches Heures du duc Jean de Berry. Chaque exemplaire est unique car chaque élément (calendrier, oraisons) peut recevoir une ou plusieurs enluminure(s), créant de véritables cycles peints, précieux témoignages des commandes artistiques. L’invention de l’imprimerie en enrichit les thèmes avec l’apparition de nombreuses figures gravées encadrant les textes.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte  Mardi 15 décembre 2015 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux

Intervenant : Lucie Blanchard, historienne de l’art

Tarifs : 10 € pour les non adhérents // 8 € pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / 07.68.48.91.52

Retrouvez l’événement sur Facebook

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Crédit photographie couverture : Bordeaux, Bibliothèque municipale, Ms. 91, Livre d’heures, XVe s., f° 59v-60, David en prière, début des psaumes pénitentiels © Bibliothèque municipale de Bordeaux

Programme Janvier-Juin 2015

Programme Janvier-Juin 2015

 

L’association Tout Art Faire a le plaisir de vous faire découvrir son nouveau programme culturel Janvier-Juin 2015 ! Au programme pour cette nouvelle année, les portraits de 8 femmes artistes, des afterwork patrimoine inédits dans les bars et cafés bordelais, des conférences et des visites à vélo… Il y en aura pour tous les goûts !

Programme 2015 VERSO

Premier rendez-vous : mardi 13 janvier pour un cours découverte d’histoire de l’art sur Niki de Saint Phalle, dont les œuvres sont actuellement exposées au Grand Palais à Paris !

Consultez et téléchargez le programme complet ci dessous :

Rendez-vous aux jardins 2015 : 6 et 7 juin 2015

Comme chaque année Tout Art Faire participe à l’événement national RENDEZ-VOUS AUX JARDINS organisé par le ministère de la Culture et de la Communication et vous propose deux visites gratuites !

rdv jardins

> Samedi 6 juin 2015 à 14h00 (durée 1h30) – Visite du Parc de Bourran à Mérignac par Maria Paleolog historienne de l’art spécialiste de l’art des jardins

Classé monument historique en 1992, le parc de Bourran a été créé par le paysagiste Le Breton en 1870 autour du château du même nom. Le Breton a choisi le style paysager, très à la mode à cette époque. Nous vous invitons à découvrir ce beau parc, véritable jardin à l’anglaise riche en arbres originaires des quatre continents, apprécié comme «une réserve botanique unique au cœur de Mérignac.

 

Lieu de rendez-vous : Parc de Bourran, Avenue de la Marne Mérignac – Localisation

> Samedi 6 juin 2015 à 15h30 – Atelier croquis animé par Julie Blaquié de l’atelier Citron (matériel non fourni).

Atelier programmé à l’occasion de l’exposition Carnets d’Hawaï présenté à l’atelier Citron, 5 rue Tombe l’Oly à Bordeaux. Atelier tout public !

Lieu de rendez-vous : Parc de Bourran, Avenue de la Marne Mérignac – Localisation

> Dimanche 7 juin 2015 à 11h00 (durée 1h30) – Visite du Parc Majolan à Blanquefort, par Maria Paleolog historienne de l’art spécialiste de l’art des jardins

Visite suivie d’un pique-nique (nourriture non fournie)

Le parc de Majolan labellisé depuis 2010 jardin remarquable a été créé à la fin du XIXe siècle par l’architecte paysagiste Le Breton (auteur entre autres du parc Bourran à Mérignac).

Le style romantique à la mode à cette époque reste encore visible dans ce jardin de 20 hectares, réhabilité et « réenchanté » en 2008. En dehors du travail de restauration, l’architecte Fabien Pédelaborde, la paysagiste Graziella Barsacq et la mosaïste Danielle Justes ont aussi apporté une touche personnelle et moderne. Le résultat : une création surprenante, à la fois poétique et ludique, où le nouveau côtoie l’ancien sans se heurter, en une parfaite harmonie.

Lieu de rendez-vous : entrée principale – Localisation

Un pot de l’amitié vous sera offert à la fin de chacun de ces visites !

>>> Réservation obligatoire au 06 82 18 73 46 ou par mail : toutartfaire@gmail.com

Rejoignez l’événement sur Facebook !

Cours-découverte de l’histoire de l’art : Les femmes artistes – Niki de Saint Phalle // Mardi 13 janvier 2015 à 19h

Cours-découverte – Les femmes artistes : Niki de Saint Phalle, œuvres monumentales et féminisme

 

Mardi 13 janvier 2015 de 19h à 20h30 par Nicolas Bulf, artiste plasticien

A l’heure ou le Grand Palais offre une rétrospective du travail de Niki de Saint Phalle, il est intéressant d’étudier l’ensemble d’une œuvre qui offre de multiples perspectives sur la place de la femme dans une société patriarcale. Son art progresse ainsi de 1953 à 2002 sans cesser de revendiquer un féminisme rageur qui se pare souvent de couleurs vives et de formes séduisantes.

© Copyright 2012 CorbisCorporation

L’ensemble de son œuvre est immense, que ce soit les « tirs » illustrant une mise à mort symbolique de la peinture encouragée par Jasper Johns et Robert Rauschenberg, ou ses fameuses « nanas », silhouettes rondes de femmes anonymes, qui rappellent les rondeurs des vénus préhistoriques, et qui sont comme autant de femmes libérées de toute entraves et servilité. L’ensemble des travaux de Niki de Saint Phalle constitue une exploration du corps féminin et de sa représentation dans l’imaginaire collectif, à l’image de la gigantesque sculpture « Hon/elle » qui lui a permit d’accéder à une reconnaissance internationale. Son travail s’inspire des différents folklores dans lesquels elle puise son inspiration : la déesse mère de la fertilité nordique pour l’œuvre « hon/elle » commandée par le Musée d’Art Moderne de Stockholm, « le golem » pour le jardin d’enfant de Jérusalem ou encore « le jardin des tarots » en Italie où les œuvres sont directement inspirées des cartes de tarots divinatoires. L’ensemble de son travail est constitué d’œuvres monumentales qui sont comme autant de facettes d’un féminisme qui parfois se veut féroce.

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, place Saint-Christoly, 33 000 Bordeaux
Accès handicapé : oui

Tarif :
10€ – 8€ adhérents – gratuit pour les étudiants, scolaires et demandeurs d’emploi

Modalités de réservation :
email: toutartfaire@gmail.com
tel:     06-82-18-73-46

Suivre l’événement sur Facebook