Archives par mot-clé : Antiquité

Le chat dans l’egypte antique // lundi 4 décembre 2017 à 19h

Les égyptiens ont entretenu une forme particulière de coexistence avec les animaux, et la plupart ont été sacralisés et idolâtrés. Ainsi, de nombreux rois se sont assimilés à des animaux : ils en ont adopté l’image, les noms, mais également les propriétés.

Les animaux pouvaient tous être porteurs d’un élément divin, et la mythologie égyptienne use beaucoup des animaux et de leurs représentations. Nous connaissons peut-être les plus célèbres : Horus, le faucon, Seth, le chacal, Thot, l’Ibis… Mais si on a eu l’occasion de se rendre dans des sections égyptiennes de musées, on peut rapidement se rendre compte que le chat a sa part de gloire, et on peut notamment être frappés du nombre de momies de celui-ci que l’on peut trouver.

Quelles peuvent être les raisons de  l’importance du chat dans l’Egypte antique ? Ici nous verrons l’intérêt qu’a pu susciter cet animal qui nous accompagne encore aujourd’hui. On a pu retrouver sa place au quotidien au sein de la vie égyptienne. Mais il joue également un grand rôle dans la mythologie égyptienne et dans le domaine religieux.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork   Lundi 4 décembre 2017 de 19h à 20h

Lieu de rendez-vous : Le Castan, 2 Quai de la Douane, 33000 Bordeaux

Intervenante : Elody Poisson, historienne de l’art

Gratuit

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Delphes // Lundi 18 décembre 2017 à 19h

Le site de Delphes, situé en Phocide en Grèce continentale, fut principalement fouillé par des archéologues français. Les Grandes Fouilles des années 1890 mirent au jour la plupart des monuments du sanctuaire qui sont depuis toujours étudiés.

Le site est aujourd’hui l’un des plus visités de Grèce et certainement l’un des plus spectaculaires. Niché dans un cirque montagneux exceptionnel, Delphes ne cesse de fasciner ceux qui s’y rendent. C’est d’ailleurs probablement cette situation qui poussa les anciens Grecs à établir le sanctuaire à cet endroit. Dans la mythologie, Delphes était la demeure du serpent Python qu’Apollon tua pour devenir maître des lieux. Durant l’Antiquité, la renommée internationale du sanctuaire était bien sûr due à l’oracle qui se tenait dans le Grand Temple et qui était délivré par la Pythie. Mais ce n’était pas le seul élément qui faisait la célébrité du lieu. En tant que sanctuaire panhellénique (qui appartenait à tous les Grecs), le festival principal de Delphes comprenait des concours sportifs et artistiques, tout particulièrement de musique et de théâtre, auxquels participaient des envoyés des cités de tout le monde grec. Delphes fut également le théâtre d’affrontements bien particuliers : un très grand nombre de cités et de souverains hellènes firent étalage de leur richesse et de leur savoir-faire en ajoutant des offrandes et des monuments plus beaux les uns que les autres.

Lors de cet afterwork, nous parcourrons les vestiges les plus importants du site en évoquant l’histoire et les mythes qui y sont attachés.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork   Lundi 18 décembre  2017 de 19h à 20h

Lieu de rendez-vous : Café des Sciences, 1er étage de Cap Sciences, Hangar 20, Quai de Bacalan, 33000 Bordeaux

Intervenante : Audrey Dubernet, docteur en histoire de l’art antique

Gratuit

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Les mosaïques chretiennes de Rome // Jeudi 2 mars 2017 à 19h

Dans l’empire romain, la mosaïque est très utilisée pour le décor des maisons particulières et des édifices publics. Avec la conversion de l’empire au christianisme, au IVe siècle, elle couvre désormais aussi les pavements, les murs et les voûtes des églises, et ce jusqu’à la fin du XIIIe siècle. La richesse d’un tel médium et sa capacité à renvoyer la lumière concourent, plus que la peinture murale par exemple, à faire de l’église une image de la Jérusalem céleste, que l’on se représente alors ceinte d’une muraille d’or et de pierres précieuses. La concentration de mosaïques chrétiennes est bien sûr particulièrement dense dans la ville de Rome, à la fois cœur de l’Empire romain et de la chrétienté d’Occident.

Ainsi, la mosaïque est un savoir technique issu de l’Antiquité qui se transmet malgré les changements du cadre politique et culturel.

Les décors montrent une évolution stylistique, avec le passage de l’illusionnisme, qui perdure jusqu’au VIIe siècle (Santa Costanza, Santa Pudenziana, Santi Cosma e Damiano, San Teodoro), à une représentation symbolique et frontale de l’espace (Santa Prassede, reconstruite à l’époque carolingienne par Pascal Ier). À partir du dernier quart du XIIIe siècle, des artistes tels que Giotto (qui réalisa le carton d’une mosaïque célèbre pour la basilique Saint-Pierre, la « Navicella ») renouent avec une volonté de représenter un espace qui donne l’illusion de la profondeur.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 2 mars 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Haude Morvan, maître de conférences en Histoire de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Bordeaux Mytho // Dimanche 5 mars 2017 à 15h

Au XVIIIe siècle, suite aux embellissements dont elle se dote pour devenir une vitrine digne de sa réussite commerciale, Bordeaux devient une ville néo-classique. Colonnes, pilastres, guirlandes et macarons rythment les façades des bâtiments publics et privés. Ce vocabulaire architectural, directement inspiré de celui de l’Antiquité, est ponctué de figures tirées de la mythologie gréco-romaine.

Nous vous proposons un parcours au cœur du centre-ville, à la recherche de quelques-unes de ces figures, des plus célèbres, telles les Muses du Grand Théâtres, à celles plus discrètes dissimulées parmi les nombreux décors des façades. À chaque figure son mythe, qui vous sera raconté, et à chaque mythe une symbolique. Celle-ci éclaire le message que le bâtiment avait pour charge d’afficher et permet ainsi d’en connaître la fonction. La visite sera l’occasion de découvrir le centre historique sous un œil nouveau tout en y alliant le plaisir d’écouter des histoires.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto balade vélo  Dimanche 5 mars à 15h – Balade à vélo (vélos non fournis)

Lieu de rendez-vous : Place de la Bourse, devant la fontaine des Trois Grâces, 33000 Bordeaux

Intervenante : Audrey Dubernet, doctorante en histoire de l’art antique

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

L’iliade en images // jeudi 6 avril 2017 à 19H

« Chante déesse, du Pèlèiade Achille la colère désastreuse, qui de maux infinis accabla les           Achéens et précipita chez Hadès tant de fortes âmes de héros ». Homère, l’Iliade, chant 1.

Ainsi commence l’Iliade, l’épopée d’Homère qui relate la guerre qui opposa les royaumes grecs alliés à la ville de Troie. Pâris, prince de cette cité, avait enlevé Hélène, épouse du roi de Sparte Ménélas. Liés par un pacte, les rois de Grèce s’en allèrent avec leurs bateaux aider le malheureux époux à retrouver sa femme. C’était sans compter sur les murailles de Troie et sur la vaillance du prince Hector, qui défendirent la cité pendant dix ans. Dix ans de guerre pendant lesquels les Grecs ne revirent pas leur patrie. Les tensions montent, les disputes éclatent. L’Iliade commence sur la querelle qui oppose dans le camp grec Agamemnon, le roi des rois, à Achille, le héros grec par excellence.

Après sa mise à l’écrit aux alentours du viiie siècle av. J.‑C., l’Iliade n’a jamais cessé d’être lue, traduite, commentée et diffusée. Elle a par conséquent constitué une source d’inspiration majeure pour les artistes, que ce soit en sculpture, en peinture, enluminure, au théâtre ou plus récemment au cinéma. Nous relaterons donc les principaux épisodes de la guerre de Troie en nous appuyant sur des œuvres tirées de l’art de l’Antiquité à nos jours.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 6 avril 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Audrey Dubernet, doctorante en histoire de l’art antique

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

L’odyssée en images // jeudi 20 avril 2017 à 19h

L’Iliade et l’Odyssée constituent des récits fondateurs de la civilisation grecque. Ils comprennent de nombreux passages illustres, tels que le récit du combat d’Achille contre Hector, celui du Cheval de Troie, ou encore « Ulysse et le Cyclope ».Que ce soit dans les domaines de la peinture, de la sculpture, du théâtre ou, plus récemment, du cinéma, ces épisodes ont très largement servi de source d’inspiration aux artistes, de l’Antiquité à nos jours, Cette popularité a contribué à faire connaître ces mythes au grand public actuel.

L’Odyssée, c’est-à-dire le périple de retour d’Ulysse chez lui, qui dura plus de dix ans après la Chute de Troie, sera ainsi narrée et illustrée par des représentations artistiques et littéraires issus de l’épopée originelle, mais également de tragédies et d’ouvrages postérieurs, qui enrichirent souvent le mythe.

Les principaux épisodes traités au cours de cette conférence illustrée seront : la Rencontre entre Ulysse et le Cyclope, la Confrontation aux Sirènes, l’intervention de la Magicienne Circé, de la nymphe Calypso, le voyage aux Enfers, le Naufrage chez les Phéaciens, le Massacre des Prétendants, enfin les différents épisodes associant Ulysse et Pénélope.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 20 avril 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Marietta Dromain, docteure en archéologie

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Les piscines // lundi 22 mai 2017 à 19h

Aborder le sujet des piscines revient à s’intéresser à l’histoire de l’art du bain et de l’hygiène. Symbole de pureté et de spiritualité dans ses origines, l’eau devient progressivement un élément essentiel dans la pratique de la toilette et du bain : ces rituels d’hygiène, mais aussi de beauté correspondent à une pratique millénaire, qui s’est développée chez les Grecs pendant l’Antiquité, puis dans la civilisation romaine au Ier siècle avant notre ère. Lieu de détente et de soin, et en particulier après l’effort physique, les thermes, qu’ils soient chauds ou froids, étaient également des lieux de restauration et de discussion citoyenne et philosophique réservés à une élite de la société dans un cadre strictement privé. Il fallut attendre le Ier siècle avant J.-C. pour que les thermes publics romains apparaissent, à l’exemple des thermes gallo-romains de Cluny, (Ier-IIIe siècles) à Paris, qui sont l’un des témoignages les plus spectaculaires de l’architecture antique conservé sur le sol de l’ancienne Gaule romaine.

Nous évoquerons par la suite les époques moderne puis contemporaine qui virent le développement, du 19e siècle au 20e siècle, d’une culture de l’hygiène privée, où les salles de bain et les toilettes sont devenues des pièces incontournables de l’habitat civil, tandis que les piscines et les bains évoluent vers des espaces architecturés dédiés à l’activité sportive et de loisir.

Au fil des siècles, des thermes antiques jusqu’aux piscines contemporaines, les architectes de ces espaces particuliers ont ainsi fait preuve d’une véritable capacité renouvelée à créer des lieux, des installations multifonctionnelles mêlant ingénierie hydraulique, aménagement de confort et d’échange social, mais également symboles de prospérité et d’émancipation sociales. Ces architectes ont su adapter des techniques de construction et des innovations (aqueducs etc.) pour faire de ces espaces des endroits uniques, décalés et novateurs, qui reflètent l’évolution de l’art et de l’ architecture d’une époque tout en offrant également un témoignage privilégié des moeurs et des aspirations des sociétés qui les ont fait naître.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork   Lundi 22 mai  2017 de 19h à 20h

Lieu de rendez-vous : La Ligne Rouge, 20-21 Quai Richelieu, 33000 Bordeaux

Intervenant : Jonathan Renier, architecte d’intérieur

Gratuit

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Quand Bordeaux s’appelait encore Burdigala // mardi 18 octobre 2016 à 19h

En parcourant les rues de Bordeaux, le promeneur se rend rapidement compte que la ville garde de nombreuses traces de son Histoire. De l’époque antique à nos jours, la ville a en effet subi de nombreux changements dont elle garde à la fois les richesses et les stigmates.

Dès l’Antiquité, la cité de Burdigala occupe une place politique et commerciale importante dans la province d’Aquitaine. Durant ce cours, nous découvrirons le plan de la ville antique, ses remparts, son édifice de spectacle, son port, ainsi que les nombreux habitats mis au jour ces dernières années dans la ville par les archéologues.

A travers ce cycle de cours, il s’agit de découvrir ou de redécouvrir la richesse patrimoniale de la ville de Bordeaux. A travers les temps, la ville a en effet su garder une place privilégiée tant au niveau politique que commercial, et constitue désormais un vaste ensemble urbain reconnu « Patrimoine mondial de l’Unesco ». Ce premier cours vous invite à découvrir les premières traces d’occupation de l’actuelle Bordeaux en mettant notamment l’accent sur les nombreux vestiges antiques qu’elle recèle.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte   Mardi 18 octobre 2016 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Aurore de Saint-André, historienne

Tarifs : 10€ pour les non adhérents // 8€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

L’Iran des perses Achéménides // jeudi 10 novembre 2016 à 19h

En quoi réside donc le « génie perse »? Ingénieurs spécialistes de l’eau et des routes, fondateurs de capitales fabuleuses telles Pasargades, Suze, Persepolis et Ecbatane et du  premier « empire-monde », les Perses ont été tout aussi exemplaire en tolérance religieuse et zoroastrisme, esthètes et comptables à la fois. Qui sont ces Perses à l’image déformée par les récits grecs du temps d’Alexandre,  ancêtres de l’Iran des ayatollah ?

Dans notre inconscient collectif, l’image des rois Achéménides (VIème s-IIIème siècle avant JC) oscille entre les figures efféminées, dépravées et barbares (décrites par les historiens grecs),  et la fascination qu’exerça sur Alexandre le Grand l’Empire le plus étendu de l’histoire de l’Antiquité.

Aujourd’hui, tandis qu’il est encore possible de visiter les villes de Suze ou de Cyrus, on s’interroge : l’Iran shiite se souvient-t-il de son passé persan, des trois dynasties perses (achéménides, parthes et sassanides) contemporaines du prophète Zarathoustra, ennemi des castes, d’Alexandre le grand, des routes de la soie ?

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 10 novembre 2016 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Laurence Gré-Beauvais, archéologue

Tarifs : 5€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Le vin romain et la cuisine d’Apicius // Jeudi 7 juillet 2016 à 19h

En ce début de saison estivale, l’association Tout Art Faire vous propose une initiation à la gastronomie romaine.

À travers une documentation variée, les Romains nous ont livré leur gout pour les bonnes choses de la vie. Leur amour du vin et de la cuisine se ressent alors dans l’art, mais également dans les sources littéraires et archéologiques.

Au premier siècle de notre ère, l’Aquitaine romaine est alors une province reconnue pour la qualité de sa viticulture et de ses vins que Rome fait importer en grand nombre. Le développement des villae sur le territoire montre alors l’importance de cette production agricole et des échanges qui en découlent. Les vestiges mis au jour dans ces villae nous renseignent alors sur les techniques de viticulture de l’époque romaine.

Côté table, les nombreuses représentations de banquets dévoilent la diversité de l’alimentation antique. L’art culinaire, source incontournable sur la cuisine romaine, nous montre alors l’originalité des mets consommés par les Romains grâce à la transcription de nombreuses recettes salées et sucrées que nous serons ravis de vous faire découvrir, à la suite de cette conférence.

Une dégustation de vin du Domaine de Belles-Graves Lalande-Pomérol et de chocolats de Demoiselle de Margaux est également prévue à la fin de la conférence.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 7 juillet 2016 de 19h à 20h30

Lieu : Cap Sciences, Hangar 20, 2 quai de Bacalan, 33 000 Bordeaux

Intervenante : Aurore Saint-André, doctorante en histoire de l’art antique

Tarifs : 5€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52