Archives par mot-clé : bar

COMPLET / Le quartier Saint-Pierre de Bordeaux // Dimanche 7 octobre 2018 à 15h

Du Port antique aux ruelles de bars et restaurants, des églises aux belles maisons, des Places aux habitants célèbres, Saint-Pierre est l’histoire miniature de Bordeaux et son quartier le plus agréable !

Laissez-vous surprendre par ce petit coin de Paradis !

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

  Dimanche 7 octobre 2018 , de 15h à 16h30

Lieu de rendez-vous : 1 rue des Argentiers, 33000 Bordeaux

Intervenant : Alexandre Sentucq,  guide-conférencier

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations en ligne ici

L’image des buveurs dans l’art // Jeudi 8 novembre 2018 à 19h

Les scènes de beuverie existent dans l’art depuis l’antiquité. La Grèce et la Rome antique privilégient le vin et leurs banquets profanes ou religieux en sont bien arrosés.

À caractère rituel d’abord, elles deviennent pur plaisir des sens. Elles ne sont pas très bien vues surtout au XVIIe siècle quand le caractère moralisateur et caricatural de la scène de genre l’emporte sur le caractère narratif. Les excès de la boisson et leurs effets négatifs sur la vie quotidienne des gens constituent par exemple, le sujet des peintures de Jordaens aux Pays Bas. En Angleterre, les gravures de W. Hogarth au XVIIIe siècle illustrent les débordements nocturnes de ses contemporains.

Au XIXe siècle, une nouvelle boisson fait son apparition dans l’œuvre d’art : l’absinthe. Degas nous donne une image poignante des effets de cette boisson, en contraste avec les scènes joyeuses de bals, de cafés, des guinguettes que l’on retrouve dans la peinture impressionniste.

Avec l’expressionnisme le caractère dramatique devient encore plus fort et le caractère joyeux des « beuveries » tend à disparaître. Le triste personnage soul de la peinture de Chagall remplace les joyeux buveurs De Pieter de Hooch.

Cette conférence vous invite à découvrir la richesse d’un thème aussi vieux que le monde.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 8 novembre 2018 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenant : Maria Paleolog, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations en ligne ici

Le chat dans l’egypte antique // lundi 4 décembre 2017 à 19h

Les égyptiens ont entretenu une forme particulière de coexistence avec les animaux, et la plupart ont été sacralisés et idolâtrés. Ainsi, de nombreux rois se sont assimilés à des animaux : ils en ont adopté l’image, les noms, mais également les propriétés.

Les animaux pouvaient tous être porteurs d’un élément divin, et la mythologie égyptienne use beaucoup des animaux et de leurs représentations. Nous connaissons peut-être les plus célèbres : Horus, le faucon, Seth, le chacal, Thot, l’Ibis… Mais si on a eu l’occasion de se rendre dans des sections égyptiennes de musées, on peut rapidement se rendre compte que le chat a sa part de gloire, et on peut notamment être frappés du nombre de momies de celui-ci que l’on peut trouver.

Quelles peuvent être les raisons de  l’importance du chat dans l’Egypte antique ? Ici nous verrons l’intérêt qu’a pu susciter cet animal qui nous accompagne encore aujourd’hui. On a pu retrouver sa place au quotidien au sein de la vie égyptienne. Mais il joue également un grand rôle dans la mythologie égyptienne et dans le domaine religieux.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork   Lundi 4 décembre 2017 de 19h à 20h

Lieu de rendez-vous : Le Castan, 2 Quai de la Douane, 33000 Bordeaux

Intervenante : Elody Poisson, historienne de l’art

Gratuit

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Afterwork Patrimoine : Le Parthénon // Lundi 2 février 2015 à 19h

Afterwork Patrimoine : Le Parthénon

 

Lundi 2 février 2015 de 19h à 20h par Audrey Dubernet, archéologue

«Pourquoi le Parthénon ?». C’est la question que Georges Roux pose dans une communication parue en 1984 dans les Comptes rendus des scéances de lAcadémie des Inscriptions et Belles Lettres. Sa réflexion porte sur le nom de l’édifice. Il n’est pas le « temple d’Athéna », il est le « Parthénon ». Construit entre 447 et 431 av. J.-C. sur l’Acropole d’Athènes, à l’emplacement d’un ancien édifice détruit par les Perses en 480, le chantier réunit les meilleurs sculpteurs et architectes de son époque. Construit pour abriter la statue colossale d’or et d’ivoire d’Athéna Parthénos réalisée par Phidias, le Parthénon est ce qu’on appelle un « trésor », un édifice conçu pour abriter les offrandes dédiées au dieu ou à la déesse. Possédant un programme sculpté plus important que tous les autres édifices sacrés contemporains, le Parthénon marque la volonté athénienne de tenir sa place hégémonique dans le monde grec.

acropole11 Alexis Picard (1813-1867) – Reconstitution de la façade est, env. 1830.

 

Converti en église au VIe siècle puis en mosquée au milieu du XVe siècle, le Parthénon perd peu à peu sa fonction première dans la mémoire des hommes. En 1687, au cours de la guerre de Morée, il servit de poudrière qu’un tir de mortier fit exploser. Toit et murs s’effondrèrent, tout comme vingt-et-une colonnes. Les premiers voyageurs modernes d’Europe occidentale n’arriveront pas sur l’acropole avant la fin du XVIIIe siècle. Le Parthénon est alors confronté aux textes antiques, admiré, dessiné mais aussi démonté : une moitié de la frise des Panathénées, des métopes et une partie des sculptures des frontons sont notamment achetées par le British Museum de Londres en 1816.

Depuis 1980, une campagne de restauration colossale de l’Acropole a été entreprise. Après recensement des fragments éparpillés sur tout le secteur, le Parthénon est à présent peu à peu rebâti.

Lieu de rendez-vous :Le Castan (2 quai de la Douane)
Accès handicapé : oui

Tarif :
GRATUIT

Modalités de réservation :
email: toutartfaire@gmail.com
tel:     06-82-18-73-46

Suivre l’événement sur Facebook