Archives par mot-clé : cap sciences

Calendriers et temps au Moyen Âge // Jeudi 15 mars 2018 à 19h

Parler de l’histoire du temps revient à parler de l’histoire de l’humanité. Très tôt, les hommes ont cherché à mesurer et décrire le temps qui passe : figures astrologiques, cycles solaires et lunaires, idée d’un commencement et d’une fin en toute chose, etc.

La conception du temps au Moyen Âge est fondamentalement différente de la nôtre : le calcul des heures n’est pas fixe et varie selon les saisons en fonction du soleil. Divers outils permettent de mesurer le temps : cadrans, sabliers, clepsydres. Le temps médiéval se base à la fois sur le cycle solaire et sur le calendrier liturgique, deux variables finalement complémentaires, la date de Pâques étant fixée en fonction du cycle lunaire !

Le temps chrétien garde la trace du temps païen. Les calendriers médiévaux ont des sources très anciennes, provenant de la Mésopotamie et surtout des Romains : noms des jours, des mois, présence du Zodiaque dans l’art médiéval ou encore représentation des travaux agricoles.

Les calendriers que l’on trouve dans les livres à usage liturgique puis dans les livres d’heures reflètent cet héritage composite. Si les grandes fêtes chrétiennes sont venues remplacer les fêtes liées aux saisons (saturnales, solstices), des réminiscences ne sont pas moins visibles à travers l’iconographie.

C’est à travers l’exemple de ces calendriers, essentiels au calcul du temps liturgique ou comput, que nous découvrirons la conception du temps médiéval.

Avant la mise en place à la fin du Moyen Âge du calendrier grégorien et du début de l’année en janvier, cette conférence vous propose un tour d’horizon de cette vaste notion qu’est le temps à travers des exemples enluminés.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 15 mars 2018 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Cap Sciences (Auditorium), Hangar 20, Quai de Bacalan

Intervenante : Lucie Blanchard, historienne de l’art

Gratuit

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations en ligne ici

Lieux de culte revisités // Lundi 18 juin 2018 à 19h

De manière générale, tous les édifices subissent des interventions, des modifications, des changements plus ou moins remarquables qui interviennent avec le temps, les aléas naturels ou les interventions humaines. Aucun objet patrimonial ne peut traverser le temps dans son état initial.

Quand on pense à la reconversion de lieu de culte, la basilique Sainte-Sophie d’Istanbul – ancienne Constantinople – est un édifice incontournable. Elle fut construite à l’origine au 4e siècle puis modifiée au 15 e siècle pour devenir une mosquée.
Ainsi, bien des édifices ont été reconvertis pour correspondre aux croyances vernaculaires et suivre les changements d’empire ou de dogme.

La reconversion de lieux de culte est une marque de conquête. En Occident notamment, la proportion de lieux de culte ou d’église désaffectés est grandissante. Un grand nombre d’entre eux ne sont plus protégés par un organisme religieux ou par un État qui ne voient pas en ces lieux un patrimoine à sauvegarder.

La reconversion des lieux de culte est un sujet qui fait souvent débat. Nous verrons qu’au cœur de toutes ces questions, des lieux peuvent se réinventer pour devenir civil, privé, ou public en passant par des excentricités tel que skate Park, pub, musées, bibliothèque et qu’ils sont aujourd’hui plus que jamais un témoignage de
l’évolution de nos sociétés.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork   Lundi 18 juin 2018 de 19h à 20h

Lieu de rendez-vous : Cap Sciences, Hangar 20, Quai de Bacalan, 33300 Bordeaux

Intervenant : Jonathan Renier, architecte d’intérieur

Gratuit

Réservations en ligne ici

Delphes // Lundi 18 décembre 2017 à 19h

Le site de Delphes, situé en Phocide en Grèce continentale, fut principalement fouillé par des archéologues français. Les Grandes Fouilles des années 1890 mirent au jour la plupart des monuments du sanctuaire qui sont depuis toujours étudiés.

Le site est aujourd’hui l’un des plus visités de Grèce et certainement l’un des plus spectaculaires. Niché dans un cirque montagneux exceptionnel, Delphes ne cesse de fasciner ceux qui s’y rendent. C’est d’ailleurs probablement cette situation qui poussa les anciens Grecs à établir le sanctuaire à cet endroit. Dans la mythologie, Delphes était la demeure du serpent Python qu’Apollon tua pour devenir maître des lieux. Durant l’Antiquité, la renommée internationale du sanctuaire était bien sûr due à l’oracle qui se tenait dans le Grand Temple et qui était délivré par la Pythie. Mais ce n’était pas le seul élément qui faisait la célébrité du lieu. En tant que sanctuaire panhellénique (qui appartenait à tous les Grecs), le festival principal de Delphes comprenait des concours sportifs et artistiques, tout particulièrement de musique et de théâtre, auxquels participaient des envoyés des cités de tout le monde grec. Delphes fut également le théâtre d’affrontements bien particuliers : un très grand nombre de cités et de souverains hellènes firent étalage de leur richesse et de leur savoir-faire en ajoutant des offrandes et des monuments plus beaux les uns que les autres.

Lors de cet afterwork, nous parcourrons les vestiges les plus importants du site en évoquant l’histoire et les mythes qui y sont attachés.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork   Lundi 18 décembre  2017 de 19h à 20h

Lieu de rendez-vous : Café des Sciences, 1er étage de Cap Sciences, Hangar 20, Quai de Bacalan, 33000 Bordeaux

Intervenante : Audrey Dubernet, docteur en histoire de l’art antique

Gratuit

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

COMPLET // Exposition « les momies ne mentent jamais » // Samedi 11 février 2017 à 15h

VISITE COMPLETE

La momification des corps prend plusieurs formes : elle peut résulter d’un « accident », à l’exemple d’ « Otzi », momie des glaces dans les montagnes italiennes, ou bien d’une inhumation naturelle, à l’image des momies préincaïques des Nazcas, ou enfin d’un traitement artificiel, à l’instar des momies égyptiennes qui répondaient à un véritable rite funéraire complexe.

Le phénomène de dessiccation et de momification continue d’intriguer les hommes : la momie nous fascine, nous subjugue et nous effraie dans un même mouvement, car elle nous repositionne devant ce vieux fantasme qui est de savoir si l’homme peut survivre à sa propre mort. Nous verrons comment les momies occupent l’imaginaire de la fiction, autant dans la littérature comme « le Roman de la momie » de Théophile Gautier en 1858, dans la bande dessinée comme la formidable aventure de Tintin dans « les Sept boules de cristal », ou enfin dans le cinéma avec la terrifiante version hollywoodienne de la momie par Rascar Capac, de Karl Freund en 1932, ou enfin sa version plus récente de Stephen Sommers en 1999.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto visite guidée  Samedi 11 février à 15h00

Lieu de rendez-vous : Devant l’entrée de Cap Sciences, Hangar 20, Quai de Bacalan, 33000 Bordeaux
Présence 10 min en avance obligatoire

Intervenant : Nicolas Bulf, Artiste plasticien

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

COMPLET / La lumière dans l’architecture antique // lundi 12 juin à 19h

La lumière naturelle prenait une grande place dans la religion grecque. Symbole et incarnation de la divinité, la lumière, qu’elle soit issue du soleil ou de la lune, a parfois été mise en scène pour servir à honorer un dieu ou le révéler aux fidèles.

Les exemples les plus fragrants de cette théâtralisation de la lumière sont les temples dotés de baies dans le fronton de leur toiture. Fenêtre servant à illuminer l’intérieur du temple et sa statue à un moment choisi, ou véritable porte laissant passer une représentation du dieu, la baie de fronton est l’indice d’un culte particulier nommé l’Epiphanie, littéralement « l’Apparition » du dieu ou de la déesse devant un public de fidèles. Liée à un sacrifice et à une date anniversaire, l’épiphanie permettait ainsi aux prêtres de conserver la confiance des pèlerins, d’augmenter leur foi tout en s’assurant un soutien sans faille de la divinité.

Ces temples à baies de fronton sont en réalité assez rares et concentrés en Asie mineure, dans l’actuelle Turquie. Leur étude permet d’appréhender un aspect méconnu du culte grec, principalement lié à deux divinités : Apollon et Artémis. Il s’agit des Temples d’Artémis à Éphèse et Magnésie du Méandre et du Temple d’Apollon à Chrysa.

L’architecture constitue ainsi un instrument du culte et de la réputation d’un sanctuaire, dont la survie dépendait de l’affluence, des sacrifices (une partie de la nourriture étant offerte aux prêtres), ainsi que des offrandes et des taxes. Ces données constituent des raisons non négligeables pour la constitution de tels cultes, qui nécessitaient un aménagement à la fois contraignant et anticipé des temples.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork   Lundi 12 juin  2017 de 19h à 20h

Lieu de rendez-vous : Cap Sciences, Hangar 20, Quai de Bacalan, 33000 Bordeaux
l’accès se fera par l’escalier 127°, situé sur le coté du bâtiment

Intervenante : Marietta Dromain, docteure en archéologie

Gratuit

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Complet – La lumière dans l’architecture contemporaine // lundi 19 juin 2017 à 19h

Depuis la nuit des temps, la lumière a reçu de multiples interprétations : tour à tour symbole de vérité, d’Esprit, de divinité, elle est également associée aux notions-clef de conscience et de vie. La lumière semble en effet avoir fait l’objet d’une interprétation symbolique dès que les hommes se sont mis à croire dans un au-delà. Lors de nombreuses fêtes, la lumière est quasi universellement convoquée comme symbole multiple de richesse, de fécondité et de renaissance.

Ainsi, il apparaît  cohérent que l’architecte vise à travailler et à magnifier la lumière à travers ses constructions. A titre d’exemple, les cathédrales et églises possèdent un chevet « orienté », c’est-à-dire à l’Est,  tandis que le portail est édifié à l’Ouest, invitant les fidèles à se diriger vers la lumière.

En 1667, sous le règne de Louis XIV, les premiers systèmes d’éclairages publics sont installés, marquant ainsi l’arrivée de la lumière artificielle dans l’espace urbain. La découverte et l’usage de l’électricité et des sources artificielles donnera à l’architecture un nouveau visage, en offrant notamment la possibilité de souligner les détails  les reliefs des façades, autant que les articulations de l’espace de la cité, et donc de modifier et de transformer l’espace réel.

Dans l’architecture contemporaine, le développement et le renouvellement permanent des techniques de construction incitent les architectes à créer de plus grandes ouvertures. A travers  le style architectural dit « international », puis au cours des années 1990 avec le concept de la façade écran dite « peau de verre », la lumière devient spectacle, jouant, nous le verrons, de l’opacité et de la transparence des différents matériaux.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork   Lundi 19 juin  2017 de 19h à 20h

Lieu de rendez-vous : Cap Sciences, Hangar 20, Quai de Bacalan, 33000 Bordeaux

Intervenant : Jonathan Renier, architecte d’intérieur

Gratuit

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Histoire des consoles de jeux vidéos // jeudi 24 novembre à 19h

En septembre 1972, l’entreprise Magnavox sort la première console de jeux vidéo de salon de l’histoire, l’Odyssey, et marque le début de la grande aventure du jeu vidéo à la maison. En 2016, ce ne sont pas moins de huit générations de machines qui se sont succédées. Près de soixante consoles commercialisées qui ont fait exister des jeux de légende, des avancées techniques notables, mais aussi fait émerger des rivalités commerciales entre les constructeurs qui ont marqué la société.

Au fil de ces huit générations, la conférence retracera cette histoire mouvementée et passionnante des jeux vidéo en évoquant les machines les plus emblématiques, leur héritage, la genèse parfois mouvementée de jeux cultes ou des anecdotes peu connues du grand public. Qu’il s’agisse des coups bas entre les différents acteurs de l’industrie, la mise en évidence du génie de certains créateurs, de titres mythiques, cette conférence montrera qu’il existe toujours une  possibilité un rebondissement dans cette histoire !

L’intervention sera ponctuée d’extraits vidéo et musicaux permettant de s’immerger dans l’époque des machines qui seront évoquées.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 24 novembre 2016 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Auditorium de Cap Sciences, Hangar 20, Quai de Bacalan, 33000 Bordeaux

Intervenant : Antoine Puentès, historien

Tarifs : 5€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Le vin romain et la cuisine d’Apicius // Jeudi 7 juillet 2016 à 19h

En ce début de saison estivale, l’association Tout Art Faire vous propose une initiation à la gastronomie romaine.

À travers une documentation variée, les Romains nous ont livré leur gout pour les bonnes choses de la vie. Leur amour du vin et de la cuisine se ressent alors dans l’art, mais également dans les sources littéraires et archéologiques.

Au premier siècle de notre ère, l’Aquitaine romaine est alors une province reconnue pour la qualité de sa viticulture et de ses vins que Rome fait importer en grand nombre. Le développement des villae sur le territoire montre alors l’importance de cette production agricole et des échanges qui en découlent. Les vestiges mis au jour dans ces villae nous renseignent alors sur les techniques de viticulture de l’époque romaine.

Côté table, les nombreuses représentations de banquets dévoilent la diversité de l’alimentation antique. L’art culinaire, source incontournable sur la cuisine romaine, nous montre alors l’originalité des mets consommés par les Romains grâce à la transcription de nombreuses recettes salées et sucrées que nous serons ravis de vous faire découvrir, à la suite de cette conférence.

Une dégustation de vin du Domaine de Belles-Graves Lalande-Pomérol et de chocolats de Demoiselle de Margaux est également prévue à la fin de la conférence.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 7 juillet 2016 de 19h à 20h30

Lieu : Cap Sciences, Hangar 20, 2 quai de Bacalan, 33 000 Bordeaux

Intervenante : Aurore Saint-André, doctorante en histoire de l’art antique

Tarifs : 5€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

 

Les temples grecs de l’Antiquité // Lundi 25 avril 2016 à 19h

Développés en Grèce antique durant l’époque archaïque et jusqu’au VIIème siècle de notre ère,  les temples représentent le monument cultuel et culturel emblématique de l’Antiquité grecque. D’abord issus de l’architecture domestique durant l’époque archaïque, ils évoluent au fil des siècles par leur disposition, leur structure, leurs styles autant que leur ornementation, jusqu’à constituer les monuments les plus élaborés du polythéisme grec.

Des sanctuaires primitifs comme l’Héraion de Perachora, jusqu’aux chefs-d’oeuvre architecturaux comme le Parthénon à Athènes, cette conférence donnée par le professeur de l’Université de Bordeaux Montaigne Jacques Des Courtils, sera l’occasion de découvrir ces édifices complexes de l’Antiquité grecque dont l’architecture constitue l’une des sources d’inspiration majeures du style néoclassique de l’époque moderne.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork  Lundi 25 avril 2016 à 19h

Lieu : Cap Sciences, Hangar 20, 2 quai de Bacalan, 33 000 Bordeaux

Intervenant : Jacques Des Courtils, Professeur en histoire de l’art et archéologie antiques à l’université Bordeaux Montaigne, membre sénior de l’Institut universitaire de France, directeur de la mission archéologique de Xanthos, pour laquelle il obtient le Grand Prix de l’Archéologie de la fondation Simone et Cino del Duca, président de la Société Archéologique de Bordeaux depuis janvier 2016.

GRATUIT

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>