Archives par mot-clé : conférence

Programme TOUT ART FAIRE // Septembre-Décembre 2017

L’association Tout Art Faire a le plaisir de vous faire découvrir son nouveau programme culturel Septembre-Décembre 2017 !

Au programme de la rentrée une conférence accompagnée d’un musicien sur le rock’n roll et la musique pop dans le pop art, un afterwork patrimoine inédit sur Orlan et sur les chats dans l’Egypte antique, une conférence sur les péchés au Moyen Age, Le Caravage ou encore Vermeer, Saint-Emilion et même  Delphes ! Et bien d’autres événements vous attendent encore… On vous gâte et on compte sur votre présence toute l’année !

Rock and roll et musique pop dans le pop art // jeudi 9 novembre 2017 à 19h

La billetterie en ligne est clôturée…
Mais des billets seront en vente ce soir sur place !

La peinture a rarement représenté la Musique: quelques portraits de musiciens, des natures mortes avec des instruments à vent ou à cordes, ou enfin l’allégorie. Le Pop Art, en revanche, qui se constitue comme l’art d’une jeunesse qui se nourrit de sa propre culture et qui balaye les héritages savants du vieux monde, s’illustrera par la place qu’il accorde dans ses oeuvres aux idoles populaires du cinéma, du sport mais aussi du rock n’roll et de la pop music. D’Elvis Presley aux Beatles, les tableaux de Peter Blake, Andy Warhol, R. Hamilton, Pauline Boty ou Ray Johnson déclinent, chacun à sa manière, les portraits des idoles de la musique des années 60, créant même parfois l’évènement en composant des pochettes de disques dont certaines sont désormais des icônes de l’art de cette période.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 9 novembre 2017 de 19h à 21h

Lieu de rendez-vous : Maison cantonale, 20 rue de Châteauneuf, 33100 Bordeaux

Intervenant : Marc Saboya, maître de conférence

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Informations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

*aucun remboursement ne sera possible en cas d’annulation de votre part

Les 4 éléments dans l’art // Jeudi 21 septembre 2017 à 19h

Selon les philosophes grecs de l’antiquité Empédocle, Platon et  Aristote, La Terre, l’Eau, l’Air et le Feu sont les 4 éléments constitutifs de l’univers. Ils sont entrés « tels quels » dans le monde des arts visuels à partir du 19e siècle.

Avant cette période, on les retrouve seulement comme faisant partie du « décor » des différentes scènes religieuses ou profanes ou à travers des symboles qui leurs sont associés. Une seule exception : la peinture hollandaise du 17 e siècle, et notamment les représentations de paysages.

Au 19e siècle, la nature se fait l’écho des états d’âme de l’homme qui se retrouve tout petit devant l’immensité de l’univers, ou fragile devant une nature déchaînée. Naufrages (K.D.Friedrich « La mer de glace ou le naufrage de l’Espérance» ; Géricault « Le radeau de la Méduse »), incendies (Turner « Incendie du Parlement », orages entrent en scène avec le romantisme.

Vers le milieu du 19e siècle, Le paysage s’impose comme genre autonome, en se libérant de sa qualité de « décor ». Dans l’art, on peut retrouver les 4 éléments seuls ou combinés entre eux ou avec d’autres symboles. A chaque époque, l’un d’eux devient la source d’inspiration principale pour les artistes, en lien avec les sujets, le contexte, la fonction de l’art, le développement de la science et des connaissances.

A travers des œuvres phares de l’art, nous vous proposons de jeter un regard sur ces quatre éléments et de découvrir le rôle qu’on leur a attribué à chaque époque en fonction de la signification du message transmis.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 21 septembre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Maria Paleolog, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

L’histoire des transports à Bordeaux // mardi 10 octobre 2017 à 19h

Qu’il s’agisse des tramways dits « hippomobiles », du tramway actuel, en passant par le train ou le « trolleybus », le nombre de moyens de transports qu’a connu la ville de Bordeaux reste particulièrement important. Cette année, c’est l’arrivée de la ligne à grande vitesse qui marque une nouvelle étape dans l’histoire des transports à Bordeaux.

La conférence se propose de parcourir l’historique de ces types de transports, et d’essayer de comprendre ces projets.  Dans quelles mesure ont-ils contribué à transformer le tissu urbain de Bordeaux ?Il s’agira également de comprendre pourquoi et comment ces transports ont évolué au cours des décennies, à la fois dans leurs techniques, mais également dans leurs usages. Il sera fait enfin mention du projet de « métropolitain » automatique qui devait ouvrir à l’aube de l’an 2000, avant d’être finalement abandonné.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte  mardi 10 octobre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : salle de conférence des Archives de Bordeaux Métropole, Parvis des archives, rue de la Rothonde, 33100 Bordeaux

Intervenant : Antoine Puentès, historien

Gratuit

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

photographie de la gare Saint-Louis, © blog Le Bordeaux Invisible

COMPLET / Caravage et le caravagisme // jeudi 19 octobre 2017 à 19h

Michelangelo di Merisi dit Le Caravage s’inscrit comme LE peintre moderne qui va révolutionner à lui seul la peinture du XVIIe siècle. Par sa manière de représenter les épisodes religieux de façon plus populaire, par son souci de naturalisme et de réalisme, mais aussi grâce à sa technique du clair-obscur, il renouvelle avec brio la peinture religieuse.

Il est aussi l’initiateur d’un mouvement qui a profondément marqué l’histoire de l’art. Ses suiveurs sont nombreux. Toute l’Europe est concernée et chaque peintre qui s’essaye au caravagisme en fournit une interprétation personnelle. Tout en  approfondissant les techniques du maître lui-même, les « caravagesques » comme on les nomme, chercheront à insuffler dans leurs œuvres une nouvelle originalité.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 19 octobre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Charlotte Lasserre, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

L’art et la mort en Aquitaine au Moyen-âge // Mardi 14 novembre à 19h

Les premiers chrétiens ont recours à un art funéraire qui ne diffère pas des formes alors diffusées dans l’Empire romain (nécropoles en dehors des villes, prédominance de l’inhumation, usage de sarcophages en pierre sculptés pour les classes les plus aisées), même si le vocabulaire iconographique s’ouvre à des images et à des signes proprement chrétiens (chrisme, scènes bibliques, etc). Ce premier art funéraire chrétien est bien illustré à Bordeaux par de nombreux sarcophages du VIe siècle. Par la suite, c’est moins le contenant du corps qui est objet d’attention que sa parure, et alors que disparaissent progressivement les sarcophages sculptés, on retrouve dans les tombes de l’élite un riche mobilier (bijoux, armes, etc).

Après l’an Mil, on observe une évolution importante avec l’apparition de l’effigie du défunt sur sa tombe : soit en ronde-bosse sur un soubassement (on parle alors d’un gisant), soit gravé sur les plaques tombales. Les gisants sont généralement réservés à une élite (évêques, abbés, chevaliers, rois et reines), mais les dalles gravées deviennent accessibles à une bourgeoisie urbaine, comme le montrent plusieurs exemples conservés au musée d’Aquitaine. Dans le même temps, l’écrit prend une place de plus en plus importante sur les tombes, avec des épitaphes destinées à rappeler l’identité du défunt, ses titres et fonctions, et à susciter la prière du spectateur.

Pour prolonger l’efficacité des prières destinées à assurer au défunt l’entrée dans le paradis, ou tout du moins une réduction du temps de purgatoire, apparaissent sur les tombes des images des rites funéraires : bénédiction du corps, cortège de pleurants, anges encensant le corps.

Au XVIe siècle, la typologie des monuments funéraires ne change pas fondamentalement, mais s’ouvre au vocabulaire ornemental de la Renaissance. Un bel exemple de monument funéraire « humaniste » à Bordeaux est offert par la tombe de Michel de Montaigne, aujourd’hui au musée d’Aquitaine.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte   Mardi 14 novembre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Haude Morvan, maître de conférences en Histoire de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

VERMEER // jeudi 16 novembre 2017 à 19h

Le 17 e siècle, surnommé « l’âge d’or de la peinture hollandaise » a été pour la République hollandaise, non seulement une période de prospérité matérielle, mais aussi le siècle du grand essor artistique.

Delft, petite ville provinciale paisible rattachée à la maison d’Orange, est devenue aussi un centre artistique important, grâce à ses activités florissantes : manufactures de faïence, ateliers de tapisserie, brasseries. C’est ici qu’est né en 1632 Johannes Vermeer, fils d’un tisserand et commerçant d’art, et c’est ici qu’il va vivre et peindre durant sa brève vie.

La peinture de Vermeer suscite nombre de réflexions liées à la technique picturale très audacieuse pour son époque, à la perspective, au traitement de la lumière et surtout, au- delà des performances techniques, au message de ses « scènes de genres élégantes » ou des allégories qui restent encore à déchiffrer.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 16 novembre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Mairie de Caudéran, 130 avenue Louis Barthou, 33200 Bordeaux

Intervenante : Maria Paleolog, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

COMPLET / Le péché au Moyen âge // jeudi 23 novembre 2017 à 19h

Cette conférence est désormais complète !!

À l’époque médiévale, les représentations des péchés et de l’Enfer sont légion et investissent de nombreux supports : peinture, sculpture, tapisserie, enluminure,… De la chute des anges rebelles aux tortures infernales se dessine le vaste thème du mal.

Démons et vices participent d’un même discours : celui de la tentation et de ses conséquences. Si toutes les cultures ont conçu un au-delà, le thème du jugement des actes se développe véritablement avec le christianisme. C’est la déchéance humaine et son instrument, le corps de l’homme, qui concentre tous les aspects de la faute. Soumis à une moralisation intensive, le chrétien médiéval se doit d’agir avec mesure et vertu afin d’éviter les châtiments prévus après le Jugement dernier.

Le péché est d’abord un excès qui peut engendrer un péché capital, comme l’orgueil ou la luxure. En outre, l’homme se doit d’être très vigilant : gare aux démons qui peuvent revêtir de nombreuses formes pour séduire et inciter au vice ! « Mon nom est légion car nous sommes nombreux » dit un esprit impur à Marc (5, 9).

La production artistique donne corps au combat du bien et du mal, frappant le regard et la mémoire de ceux qui croisent ces images. Le péché constitue une source inépuisable pour les imagiers médiévaux qui font grand usage de la laideur pour représenter la transgression et les créatures démoniaques. Les monstres pullulent sur les Enfers romans et les représentations du récit de l’Apocalypse, tout comme la difformité habite les hommes pécheurs.

Au travers des exemples de Lucifer, des péchés capitaux, de l’Apocalypse et de l’Enfer, cette conférence se propose d’aborder la représentation du péché dans l’art médiéval.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 23 novembre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Lucie Blanchard, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Gueules de l’Enfer, Apocalypse, 14e s. © Londres, British Library, Add. 17333, f° 43

Les artistes roumains en France // jeudi 30 novembre 2017 à 19h

Après des siècles d’art byzantin et post-byzantin, les pays roumains s’engagent au 19e siècle dans la voie de la modernité en regardant vers l’Ouest qui lui offrira les modèles pour ses nouvelles institutions, à l’exemple des Ecoles des Beaux-arts, fondées dans les deux capitales Iasi et Bucarest. Ces établissements émergents offrent alors la possibilité pour les jeunes artistes d’accéder aux études à Paris, Berlin, Munich ou Rome.

La France, et surtout Paris, devient une destination privilégiée pour ces étudiants et artistes, de par le rôle de pionnière dans le domaine des arts. Au 19e siècle et dans la première moitié du 20e siècle en effet, tous les nouveaux courants ou mouvements artistiques naissent à Paris.

Nombre d’artistes roumains, tels que Nicolae Grigorescu, Ioan Andreescu ou encore Theodor Pallady, viennent étudier ou parfaire leurs études dans les ateliers des artistes français renommés et entrent en contact avec ce qu’il y a de plus moderne à Paris. Comment vont –ils assimiler ces influences ?

Nous vous invitons à découvrir certains de ces artistes qui appartiennent à la Roumanie mais aussi à la France.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 30 novembre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Maria Paleolog, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Saint-Emilion revisité // Mardi 12 décembre 2017 à 19h

Résultat de plusieurs années de recherches universitaires, cette conférence présente un regard renouvelé sur Saint-Émilion : son histoire, son architecture, ses monuments emblématiques et ses nombreuses maisons médiévales. Le propos sera illustré par de nombreuses images d’archives (dessins, photos), relevés et vues aquarellées de restitutions.

Historien, archéologue du bâti et guide-conférencier, David Souny travaille depuis cinq ans à Saint-Emilion dans le cadre d’un programme de recherches (Université Bordeaux Montaigne) d’étude de la ville médiévale. Il est co-auteur de l’ouvrage « Saint-Émilion. Une ville et son habitat médiéval » sorti en 2016 aux Editions Lieux-Dits dans la collection nationale des Cahiers du Patrimoine.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte   Mardi 12 décembre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenant : David Souny, historien, archéologue du bâti et guide-conférencier – bureau d’études Histoires de pierres

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52