Archives par mot-clé : cours

Quand Bordeaux s’appelait encore Burdigala // mardi 18 octobre 2016 à 19h

En parcourant les rues de Bordeaux, le promeneur se rend rapidement compte que la ville garde de nombreuses traces de son Histoire. De l’époque antique à nos jours, la ville a en effet subi de nombreux changements dont elle garde à la fois les richesses et les stigmates.

Dès l’Antiquité, la cité de Burdigala occupe une place politique et commerciale importante dans la province d’Aquitaine. Durant ce cours, nous découvrirons le plan de la ville antique, ses remparts, son édifice de spectacle, son port, ainsi que les nombreux habitats mis au jour ces dernières années dans la ville par les archéologues.

A travers ce cycle de cours, il s’agit de découvrir ou de redécouvrir la richesse patrimoniale de la ville de Bordeaux. A travers les temps, la ville a en effet su garder une place privilégiée tant au niveau politique que commercial, et constitue désormais un vaste ensemble urbain reconnu « Patrimoine mondial de l’Unesco ». Ce premier cours vous invite à découvrir les premières traces d’occupation de l’actuelle Bordeaux en mettant notamment l’accent sur les nombreux vestiges antiques qu’elle recèle.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte   Mardi 18 octobre 2016 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Aurore de Saint-André, historienne

Tarifs : 10€ pour les non adhérents // 8€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Bordeaux gothique et renaissant // mardi 15 novembre 2016 à 19h

Le passé médiéval est encore très présent dans le patrimoine bordelais. Les chantiers de la collégiale Saint-Seurin et de la cathédrale Saint-André lancent, au XIIIe siècle, l’épopée gothique. Aux XIVe et XVe siècles, les nombreuses églises de la ville sont reconstruites et embellies. Témoignent de la richesse de cette période la Grosse Cloche, la porte Cailhau, la chapelle Notre-Dame-de-la-Rose à Saint-Seurin, les portails sculptés de la cathédrale, la Flèche Saint-Michel et de nombreux autres trésors.

Malgré les crises de la fin du Moyen Âge (guerre de Cent ans, épidémies), l’activité constructrice reste importante à l’intérieur des remparts. Lorsque les formes de l’Antiquité pénètrent en France vers 1500, la ville a retrouvé sa prospérité. Les artefacts du XVIe siècle sont malheureusement rares mais de belles pièces sculptées (le jubé de la cathédrale, Sainte-Anne ou le portail nord de l’église Saint-Michel) nous permettent tout de même d’apprécier l’arrivée à Bordeaux de la première Renaissance française.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte   Mardi 15 novembre 2016 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenant : Samuel Drapeau, Doctorant en histoire de l’art

Tarifs : 10€ pour les non adhérents // 8€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

L’animal dans l’art du XXème siècle // Mardi 7 juin 2016 à 19h

« D’après William-Henry Hudson, « malgré tout ce que l’on nous a appris, on est parfois forcé de reconnaître que l’homme est un peu inférieur à la bête ». Sans commenter cette réflexion métaphysique, force est de reconnaitre que l’animal traverse les cosmogonies artistiques du XXème siècle. Qu’il s’agisse des volailles et des bœufs écorchés de Chaïm Soutine, qu’il s’agisse des aigles et autres oiseaux peints à l’envers de Georg Baselitz, qu’il s’agisse des taureaux de Picasso ou des araignées monstrueuses de Louise Bourgeois, enfin des cochons tatoués de Wim Delvoye ou des animaux formolés de Damien Hirst. Il semble que l’animal constitue le sujet de nombre d’allégories et de métaphores, mais également de  fantasmes artistiques. Selon Claude Lévi-Strauss au sujet du rapport de l’homme avec les autres espèces vivantes: « le respect que nous souhaitons obtenir de l’homme envers ses semblables n’est qu’un cas particulier du respect qu’il faudrait ressentir pour toutes les formes de vies ».

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte  Mardi 7 juin 2016 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux

Intervenant : Nicolas Bulf, artiste plasticien

Tarifs : 10€ pour les non adhérents // 8€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Crédit photographique : Damien Hirst, The Physical Impossibility of Death in the Mind of Someone Living, 1991

L’animal dans l’art de la Renaissance // Mardi 1er mars 2016 à 19h

Au commencement était …l’animal. Dans les plus anciennes représentations artistiques sur les parois des grottes  les images des animaux sont prépondérantes et surprennent par leur réalisme qui témoigne à la fois des qualités artistiques des « peintres » primitifs ainsi que de leur capacité d’observation. Un art animalier se développe des temps les plus immémoriaux prouvant que le destin  de l’homme est lié à la présence de l’animal si on a tenu à les représenter ensemble. Pendant la Renaissance le monde animal connu s’enrichit d’un bestiaire issu des mythes de l’Antiquité retrouvée à cette époque mais aussi d’animaux exotiques suite à la découverte de nouvelles terres.

Devenus objets d’étude pour les savants et les artistes de la renaissance les animaux sont représentés dans la peinture, la sculpture et les arts décoratifs et dans différents genres : portrait, nature morte, compositions religieuses ou mythologiques.  Non seulement des animaux domestiques mais aussi d’autres animaux créés par la fantaisie humaine afin de personnifier vices et vertus, tempéraments, passions, accompagnant l’homme ou seuls. Les études de chevaux de Léonard de Vinci, le rhinocéros et le lièvre (1502) de Dürer, les « portraits » de deux chiens de chasse par Jacopo Bassano (1548 – 49) , tout comme les cabinets de curiosité, les ménageries et les premiers traités de zoologie témoignent d’in intérêt de plus en plus grand pour l’animal même si on ne sait pas encore s’il a une âme ou non.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte  Mardi 1er Mars 2016 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux

Intervenante : Maria Paleolog, historienne de l’art

Tarifs : 10€ pour les non adhérents // 8€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

L’animal dans l’art du XIXe siècle // Mardi 3 mai 2016 à 19h

L’art animalier connaît au XIXe siècle un grand développement et s’enrichit de représentations d’espèces exotiques grâce à l’intérêt pour l’Orient. Objet de recherche scientifique mais aussi support de l’allégorie ou du symbole, l’animal est présenté seul ou associé à l’homme. Sur des grands formats ou dans des carnets de croquis et de dessins les fauves de l’Orient occupent une place importante dans la création de Delacroix. Tous les courants du XIXe siècle ont pratiqué un art animalier plus ou moins réaliste, jusqu’au naturalisme de Rosa Bonheur ou au symbolisme de Gustave Moreau. Chiens, chats, lions, taureaux ou chevaux, brebis ou chèvres mais aussi sphinx, griffons, dragons ou autres animaux fantastiques  envahissent le monde de l’art. Nous vous proposons de découvrir au travers de l’art animalier les grands courants artistiques du XIXe siècle.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte  Mardi 3 Mai 2016 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux

Intervenante : Maria Paleolog, historienne de l’art

Tarifs : 10€ pour les non adhérents // 8€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Cours-découverte de l’histoire de l’art : Les femmes artistes – Niki de Saint Phalle // Mardi 13 janvier 2015 à 19h

Cours-découverte – Les femmes artistes : Niki de Saint Phalle, œuvres monumentales et féminisme

 

Mardi 13 janvier 2015 de 19h à 20h30 par Nicolas Bulf, artiste plasticien

A l’heure ou le Grand Palais offre une rétrospective du travail de Niki de Saint Phalle, il est intéressant d’étudier l’ensemble d’une œuvre qui offre de multiples perspectives sur la place de la femme dans une société patriarcale. Son art progresse ainsi de 1953 à 2002 sans cesser de revendiquer un féminisme rageur qui se pare souvent de couleurs vives et de formes séduisantes.

© Copyright 2012 CorbisCorporation

L’ensemble de son œuvre est immense, que ce soit les « tirs » illustrant une mise à mort symbolique de la peinture encouragée par Jasper Johns et Robert Rauschenberg, ou ses fameuses « nanas », silhouettes rondes de femmes anonymes, qui rappellent les rondeurs des vénus préhistoriques, et qui sont comme autant de femmes libérées de toute entraves et servilité. L’ensemble des travaux de Niki de Saint Phalle constitue une exploration du corps féminin et de sa représentation dans l’imaginaire collectif, à l’image de la gigantesque sculpture « Hon/elle » qui lui a permit d’accéder à une reconnaissance internationale. Son travail s’inspire des différents folklores dans lesquels elle puise son inspiration : la déesse mère de la fertilité nordique pour l’œuvre « hon/elle » commandée par le Musée d’Art Moderne de Stockholm, « le golem » pour le jardin d’enfant de Jérusalem ou encore « le jardin des tarots » en Italie où les œuvres sont directement inspirées des cartes de tarots divinatoires. L’ensemble de son travail est constitué d’œuvres monumentales qui sont comme autant de facettes d’un féminisme qui parfois se veut féroce.

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, place Saint-Christoly, 33 000 Bordeaux
Accès handicapé : oui

Tarif :
10€ – 8€ adhérents – gratuit pour les étudiants, scolaires et demandeurs d’emploi

Modalités de réservation :
email: toutartfaire@gmail.com
tel:     06-82-18-73-46

Suivre l’événement sur Facebook

Cours-découverte de l’histoire de l’art : Les femmes artistes – Louise Bourgeois // Mardi 27 janvier 2015 à 19h

Cours-découverte de l’histoire de l’art : Les femmes artistes – Louise Bourgeois

 

Mardi 27 janvier 2015 de 19h à 20h30 par Nicolas Bulf, artiste plasticien

C’est à l’âge de 27 ans que louise part s’installer aux états unis pour suivre son mari historien d’art Américain. Des années trente aux années 70, elle restera une artiste confidentielle et c’est durant les années 80 que le marché de l’art et les institutions commenceront a s’intéresser à cette artiste surréaliste. Son univers oscille dangereusement au milieu des araignées gigantesques appelées « maman », aux « arc of hysteria » où elle nous présente d’étranges corps en lévitation ou encore à ses étranges morceaux d’anatomie présentée comme existants autonomes.

NGC_MamanLouise Bourgeois – Maman (National Gallery of Canada)

 

Louise Bourgeois reste l’héritière d’une certaine sculpture , ses œuvres sur « les mains » nous rappellent les études de Rodin ou de Camille Claudel et l’on sent une filiation classique s’établir entre le 19eme siècle et le 20eme. Paradoxalement ses travaux privés de socle où elle investie le tissu, le plastique et d’autres matériaux modernes nous rappelle certaines avant gardes proches de nous. Louise bourgeois, qui a traversé le siècle, est sans doute tout ceci à la fois. Un grand sculpteur dorénavant classique et une moderniste qui a poussé les explorations plastiques des matériaux et des échelles comme si, sans cesse elle questionnait son propre travail en se réinventant continuellement.

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, place Saint-Christoly, 33 000 Bordeaux
Accès handicapé : oui

Tarif :
10€ – 8€ adhérents – gratuit pour les étudiants, scolaires et demandeurs d’emploi

Modalités de réservation :
email: toutartfaire@gmail.com
tel:     06-82-18-73-46

Suivre l’événement sur Facebook

Cours-découverte de l’histoire de l’art : Les femmes artistes – Kiki Smith // Mardi 10 février 2015 à 19h

Cours-découverte de l’histoire de l’art : Les femmes artistes – Kiki Smith

 

Mardi 10 février 2015 de 19h à 20h30 par Nicolas Bulf, artiste plasticien

Fille de l’artiste minimaliste Tony Smith, c’est dans un registre différent de celui de son père que va s’épanouir l’artiste Kiki Smith. Chez elle, la jeune femme n’est plus, comme dans le petit chaperon rouge, dévorée par le grand méchant loup mais au contraire le porte sur ses épaules. Les oiseaux sont représentés à différents stade de leur vie comme de leur mort, les biches accouchent de femme et les sculptures d’homme ou femmes sont, soit en lévitation, soit accrochées aux plafonds, et l’on peut y voir l’intérieur des êtres, à savoir les organes sous formes de spaghettis de tissus qui remplissent l’espace d’exposition.

smithrapture2001Kiki Smith – Rapture, 2001

 

Difficile à décrypter, malgré une facture classique – dessins au crayon, bronze, plâtres, l’œuvre de kiki est un monde merveilleux qui mérite d’être regardé deux fois. Kiki Smith, elle même, semble sortie d’un univers ancestral où ses long cheveux blancs et ses tatouages aux bras en forme d’étoile évoquent des magies obscures dont on ne sait si elles sont blanches ou noires et qui pourtant nous attirent comme des papillons à une lumière.

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, place Saint-Christoly, 33 000 Bordeaux
Accès handicapé : oui

Tarif :
10€ – 8€ adhérents – gratuit pour les étudiants, scolaires et demandeurs d’emploi

Modalités de réservation :
email: toutartfaire@gmail.com
tel:     06-82-18-73-46

Suivre l’événement sur Facebook

Découverte de la Renaissance italienne, I : Masaccio, Le paiement du tribut

Mardi 1er octobre 2013 : Masaccio (1401-1428)Le paiement du tributChapelle Brancacci église Santa Maria del Carmine (Florence) 1424-1427

Le paiement du tribut décore la chapelle de la famille Brancacci qui l’a commandité. Considérées comme les premières œuvres picturales vraiment novatrices de la Renaissance italienne, ces fresques  serviront de modèle à la plupart des peintres qui suivront l’exemple de Masaccio sur la voie de la construction d’un espace pictural tridimensionnel et la réalisation de personnages « de chair et d’os ». Les apôtres présents dans cette scène, tirée de la vie de saint Pierre, sont individualisés par leurs mouvements et leurs visages qui sont de vrais portraits.

Date et horaire

Mardi 1er octobre à 19h00

Lieu

Athénée Père Joseph Wresinski (Saint-Christoly) – Bordeaux

Accès handicapé : oui

Tarif

10€ (8€ adhérents et tarif réduit

Renseignements et réservations :

contact@toutartfaire.com

toutartfaire@gmail.com

06 82 18 73 46

L’art des jardins, V : l’Espagne

11 et le 15 juin : les jardins d’Espagne, par Maria Paleolog


L’eau sous toutes ses formes (jets, cascades, fontaines, canaux)  est l’élément central des jardins espagnols depuis temps les plus anciens, de l’époque des jardins arabes du Moyen-Age : les jardins de l’Alhambra, de Séville, de Generalife, sont parmi les plus célèbres. Mais  il y en a d’autres à découvrir…

Date et horaires : mardi 11 juin à 19h00, à l’Athénée municipal et samedi 15 juinà 11h00, à la salle des Serrages, 72 rue Émile Fourcand

Accès handicapé : oui

Tarifs : 10 € non-adhérent, 7 € adhérent, gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi

Modalités de réservation/ Renseignements : contact@toufartfaire.com

06.82.18.73.46

Réservation obligatoire (limité à 20 personnes)