Archives par mot-clé : découverte

[JEP 2018] LES VISITES FLASH TOUT ART FAIRE // ARTOTHEM

A l’occasion des Journées européennes du Patrimoine 2017 sur le thème de « L’art du partage », Tout Art Faire en partenariat avec Artothem, vous propose de découvrir l’histoire de 3 lieux bien connus de la jeunesse bordelaise !

Toutes les visites proposées sont gratuites.
Inscriptions obligatoires : contact@toutartfaire.com

Samedi 15 septembre 2018

> L’église baroque de Notre-Dame
Départ 11h – Rdv devant l’entrée de l’église, 1 rue Mably, Bordeaux

Conçue par les architectes Pierre Duplessy-Michel et Mathieu Labat, cette église inspirée du Gesù de Rome constitue un édifice à part dans l’architecture classique de Bordeaux.
Lors de cette visite, nous nous proposons de saisir avec vous la singularité de sa richesse architecturale.
> Le marché des Grands-Hommes     COMPLET !
Départ 15h – Rdv devant l’entrée de la cour Mably, 3 rue Mably, Bordeaux
De sa conception jusqu’à aujourd’hui, ce sera l’occasion d’en savoir plus sur cet ouvrage emblématique du quartier du triangle d’or et sur les architectes qui l’ont imaginé.
> L’Eglise Orthodoxe Saint-Joseph (par Maria Paleolog, historienne de l’art) 

Départ des visites à 10h00, 11h00 et 14h00 – 56-60, rue Paul Louis Lande, Bordeaux

L’église Saint-Joseph est un témoin de l’architecture baroque du XVIIe siècle à Bordeaux. Cette ancienne chapelle a été affectée au culte orthodoxe en 1999 sous la juridiction du Patriarcat de Roumanie et présente toutes les caractéristiques d’une église
orthodoxe dans l’organisation de l’espace et de l’iconographie. Face à la sobriété du décor de la façade, on est loin d’imaginer ce que réserve la décoration intérieure de cet édifice aux multiples peintures et icônes de tradition byzantine.

 

Dimanche 16 septembre 2018

> Les Allées de Tourny    COMPLET !
départ 11h – Rdv devant le Carrousel des Allées de Tourny, Bordeaux

Aménagé au XVIIIe siècle par le Marquis de Tourny, cet axe constitue avec le cours Clémenceau et le cours de l’Intendance l’une des limites du Triangle d’or de Bordeaux.
Venez découvrir avec nous l’histoire de sa construction et les nombreux changements qui lui ont donné  tout son caractère d’aujourd’hui !

A la rencontre du peuple de pierre, les mascarons 2.0
départ 15h – Rdv devant l’entrée de la cour Mably, 3 rue Mably, Bordeaux

Qualifiés par Tourny « d’ornements de peu d’importance » car peu onéreux, les mascarons se sont imposés depuis le XVIIIsiècle comme l’un des motifs décoratifs les plus employés sur les bâtiments bordelais.
Venez découvrir toute la richesse de ce « peuple de pierre » dans ce nouveau parcours des mascarons 2.0

COMPLET / Le quartier Saint-Pierre de Bordeaux // Dimanche 7 octobre 2018 à 15h

Du Port antique aux ruelles de bars et restaurants, des églises aux belles maisons, des Places aux habitants célèbres, Saint-Pierre est l’histoire miniature de Bordeaux et son quartier le plus agréable !

Laissez-vous surprendre par ce petit coin de Paradis !

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

  Dimanche 7 octobre 2018 , de 15h à 16h30

Lieu de rendez-vous : 1 rue des Argentiers, 33000 Bordeaux

Intervenant : Alexandre Sentucq,  guide-conférencier

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations en ligne ici

Complet / Frida Kahlo et Diego Rivera // Mardi 27 novembre 2018 à 19h

Cette conférence est complète !
N’hésitez pas à nous envoyer un mail (contact@toutartfaire.com) pour figurer sur la liste d’attente.

Mariés deux fois, entre 1929 –1939 et entre 1940 – 1954, les peintres mexicains Diego Rivera et Frida Kahlo  ont formé un couple légendaire, malgré les différences qui les séparent.

De 22 ans son aîné, Diego Rivera est un artiste diplômé de l’Ecole Nationale des Arts San Carlos (Mexico City) ayant fréquenté les avant-gardistes français du début du  XXe siècle, tandis que Frida Kahlo est autodidacte. Il appartient au réalisme mexicain, elle reste inclassable et refuse toutes les étiquettes.

Représentant important du muralisme mexicain, Rivera privilégie la peinture murale, la monumentalité et les sujets issus de la réalité de son pays. Frida Kahlo pratique le petit format et une peinture essentiellement autobiographique qui révèle les moments importants de sa vie de femme et d’artiste, et surtout ses souffrances. Tous les deux sont des artistes engagés, leur art étant au service de leurs idées politiques et sociales.

Nous vous invitons à découvrir au  travers de leurs œuvres si différentes, leurs points communs et leur originalité ainsi que les liens qui en font un couple d’artistes.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte   Mardi 27 novembre de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Maria Paleolog, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations en ligne ici

Entre art celte et chrétien, les manuscrits insulaires // Jeudi 13 décembre 2018 à 19h

Aux VIIIe et IXe siècles, une production manuscrite originale se développe dans les îles britanniques. On parle d’ « enluminure insulaire » pour désigner ce groupe d’ouvrages réalisés en Irlande et en Northumbrie (Nord de l’Angleterre) et sans équivalent sur le continent. Leur facture très précieuse, proche de l’orfèvrerie, leur confère un statut particulier.

Leur luxe provient de leur contenu : il s’agit essentiellement d’évangéliaires, réunissant les textes destinés à la diffusion des Ecritures par les prédicateurs. De fait, ces ouvrages possèdent une riche symbolique. Ils sont parfois considérés comme de véritables trésors, à l’image du livre de Kells, longtemps décrit comme l’objet le plus précieux d’Occident. En outre, certains de ces manuscrits ont une histoire mouvementée, protégés des raids vikings qui traversaient alors les îles.

Poussant parfois très loin la complexité de la ligne, l’art insulaire aurait été inspiré par un ange… Ces motifs ont souvent été interprétés comme mystiques. L’esthétique insulaire serait plutôt une recherche du Beau, de la perfection divine. Toutefois, certaines hypothèses démontrent la forte influence des mentalités insulaires celtiques, notamment au niveau de la spatialité. La conception des enluminures serait à lier aux premières structures de pouvoir, récupérées par le christianisme.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 13 décembre 2018 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Lucie Blanchard, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations en ligne ici

Sculpture et BD // Jeudi 20 décembre 2018 à 19h

Art souvent méconnu et dénigré, la bande dessinée regorge pourtant d’ingéniosités artistiques. Les dessinateurs introduisent dans leurs histoires de nombreuses références et allusions aux autres arts.

Les sculptures sont nombreuses dans les bandes dessinées biographiques, historiques, d’humour ou encore d’aventures. Elles se trouvent principalement chez certains artistes comme Jacques Tardi, Chantal Montellier, François Schuiten, Catherine Meurisse ou Philippe Geluck. Les dessinateurs reproduisent des sculptures qui existent : il s’agit alors souvent de celles identifiables par un maximum de lecteurs : le Penseur d’Auguste Rodin, la Vénus de Milo ou la Victoire de Samothrace. Mais les auteurs inventent aussi de nouvelles œuvres, créées en lien avec leurs personnages, un monde futuriste ou magique.

Cette conférence permettra de voir à quel point la bande dessinée permet toutes les transgressions et comment elle réinvente avec brio l’art de la sculpture.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 20 décembre 2018 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Adeline Bastien, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations en ligne ici

COMPLET – Xenakis, compositeur et architecte // Jeudi 1er mars 2018 à 19h

Iannis Xenakis (1922-2001) à la fois compositeur et architecte pratiquait les deux expressions artistiques avec une même puissance créative. Un temps collaborateur de Le Corbusier, ses propres recherches en architecture eurent une influence considérable sur l’élaboration de sa musique. À l’inverse, certaines expériences musicales trouvèrent un développement original dans une mise en espace architecturale. Des points de convergences subtils et souvent surprenants dans plusieurs de ses créations seront mis en évidence à travers quelques exemples choisis, illustrés d’images et de sons.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 1er mars 2018 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenant : Patrick Butin, musicologue

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations en ligne ici

COMPLET / Calendriers et temps au Moyen Âge // Jeudi 15 mars 2018 à 19h

Parler de l’histoire du temps revient à parler de l’histoire de l’humanité. Très tôt, les hommes ont cherché à mesurer et décrire le temps qui passe : figures astrologiques, cycles solaires et lunaires, idée d’un commencement et d’une fin en toute chose, etc.

La conception du temps au Moyen Âge est fondamentalement différente de la nôtre : le calcul des heures n’est pas fixe et varie selon les saisons en fonction du soleil. Divers outils permettent de mesurer le temps : cadrans, sabliers, clepsydres. Le temps médiéval se base à la fois sur le cycle solaire et sur le calendrier liturgique, deux variables finalement complémentaires, la date de Pâques étant fixée en fonction du cycle lunaire !

Le temps chrétien garde la trace du temps païen. Les calendriers médiévaux ont des sources très anciennes, provenant de la Mésopotamie et surtout des Romains : noms des jours, des mois, présence du Zodiaque dans l’art médiéval ou encore représentation des travaux agricoles.

Les calendriers que l’on trouve dans les livres à usage liturgique puis dans les livres d’heures reflètent cet héritage composite. Si les grandes fêtes chrétiennes sont venues remplacer les fêtes liées aux saisons (saturnales, solstices), des réminiscences ne sont pas moins visibles à travers l’iconographie.

C’est à travers l’exemple de ces calendriers, essentiels au calcul du temps liturgique ou comput, que nous découvrirons la conception du temps médiéval.

Avant la mise en place à la fin du Moyen Âge du calendrier grégorien et du début de l’année en janvier, cette conférence vous propose un tour d’horizon de cette vaste notion qu’est le temps à travers des exemples enluminés.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 15 mars 2018 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Cap Sciences (Auditorium), Hangar 20, Quai de Bacalan

Intervenante : Lucie Blanchard, historienne de l’art

Gratuit

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations en ligne ici

COMPLET / Bordeaux néoclassique // Samedi 17 mars 2018 à 15h

L’art néoclassique se situe dans un mouvement inspiré de l’Antiquité, initié dans les années 1750 par les écrits des archéologues et amateurs d’art, dont le théoricien Johann Joachim Winckelmann. Les artistes de ce courant prônaient un retour aux sources de l’art, qu’ils plaçaient dans les époques antiques grecques et romaines.

Le mouvement néoclassique succède au classicisme (fin du XVIe – début du XVIIe siècle), dont il est l’héritier, et à l’architecture baroque (aussi nommée classique française – XVIIe siècle) et le rococo (XVIIIe siècle), qui trouvent également un écho à Bordeaux, ville dont l’architecture et la sculpture a toujours suivi les tendances. La volonté de ses adeptes était d’avoir recours à des formes plus grecques qu’italiennes et de se démarquer de l’architecture des rois de France, en particulier de Louis XIV et Louis XV.

Parfois implanté directement à la place d’œuvres classico-baroques, comme la Fontaine des Trois-Grâces sur la place de la Bourse, l’art néo-classique s’illustre aussi sur les façades des hôtels particuliers, notamment Cours du Chapeau-Rouge et sur les allées de Tourny, et trouve à Bordeaux sa plus belle expression dans l’œuvre de Victor Louis, le Grand Théâtre, et dans la place des Quinconces.

Ce mouvement commence à s’essouffler dans les années 1810, en raison de la concurrence avec le romantisme, mais perdure jusque dans les années 1830.

La visite sera l’occasion de découvrir ou redécouvrir ses sculptures et bâtiments, leur histoire et avec elle, celle de Bordeaux.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

  Samedi 17 mars 2018 , de 15h à 16h30

Lieu de rendez-vous : Place de la Bourse, devant la Fontaine des Trois Grâces.

Intervenante : Marietta Dromain, docteure en archéologie

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations en ligne ici

 

COMPLET / La base sous-marine de Bordeaux : sous le béton, la culture // Mardi 27 mars 2018

Cet événement est désormais complet !

Cette conférence est organisée en partenariat avec les archives de Bordeaux Métropole !

Mise en chantier en septembre 1941 dans le quartier de Bacalan, la base sous-marine de Bordeaux accueille les premiers submersibles allemands affectés à la cité girondine en janvier 1943. Actif durant 20 mois, cet imposant vestige architectural de l’Occupation est confié en juin 1945 au Port Autonome de Bordeaux par la Marine nationale.

Alors située dans une zone portuaire en périphérie de la ville, puis sur une friche industrielle et portuaire à partir de 1982, la base sous-marine de Bordeaux est devenue un lieu capable de stimuler tous les fantasmes. Des cinéastes aux peintres, sans oublier les sculpteurs, les photographes ou les architectes, tous ont à un moment donné investi les murs du bunker bordelais. Plus de cinquante années d’initiatives artistiques ont bâti la réputation de la base, en s’affirmant tout d’abord comme un lieu inédit et avant-gardiste entre les années 1960 et 1980, puis en étant dédiée à la plaisance le jour et au rock la nuit dans les années 1990, avant de s’institutionnaliser avec une programmation dédiée à l’art contemporain au début des années 2000. Aujourd’hui, la base sous-marine est ancrée dans le paysage culturel de la ville de Bordeaux par la diversité et la qualité des expositions qui y sont présentées au public.

Cette conférence aura pour objectif de présenter l’histoire de la construction de la base, son rôle durant la Seconde Guerre mondiale, les différentes expérimentations culturelles qu’elle a pu abriter tout au long de la seconde moitié du XXème siècle mais aussi de se questionner : « La base sous-marine est-elle à considérer comme un élément patrimonial à part entière ? ».

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Mardi 27 mars 2018 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : salle de conférence des Archives de Bordeaux Métropole, Parvis des archives, rue de la Rothonde, 33100 Bordeaux

Intervenant : Mathieu Marsan, médiateur culturel

Gratuit

Réservations en ligne ici

Crédit photographique : Thomas Sanson – Mairie de Bordeaux

COMPLET / Nocturne à la forteresse de Blanquefort // Samedi 14 avril 2018 à 20h30

Cette visite est désormais complète !

La forteresse de Blanquefort est le dernier vestige médiéval si proche de Bordeaux. Construite dès le XIe siècle et réaménagée au début du XIVe siècle et au milieu du XVe siècle principalement, elle fut durant la Guerre de Cent Ans le verrou de Bordeaux, gardienne de la ville alors anglaise contre les forces françaises. Bien qu’ayant été endommagée au cours des siècles par les combats (Fronde, Guerres de religion, Révolution Française), elle reste un élément emblématique du Moyen Âge, dont l’état permet encore aujourd’hui d’en connaître l’histoire et d’éclairer une partie de celle de Bordeaux.

La visite nocturne est l’occasion pour le visiteur de se plonger dans une ambiance différente, plus romanesque, et de rencontrer, à la lueur des torches, les personnages clés qui ont fait son histoire. Les bénévoles de la forteresse, en costume, illustreront les grandes étapes de la vie de la forteresse par le biais de scènes de la vie quotidienne, d’anecdotes, le tout sous le patronage de deux guides qui mèneront les visiteurs au cœur du site.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

  Samedi 14 avril 2018, de 20h30 à 21h30

Lieu de rendez-vous : Forteresse de Blanquefort, Rue de la Forteresse, 33290 Blanquefort

Intervenante : Marietta Dromain, docteure en archéologie

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations en ligne ici