Archives par mot-clé : église

COMPLET / Bordeaux médiéval // dimanche 15 octobre 2017 à 14h

Dans le cadre de la 1ère édition des Journées Nationales de l’Architecture, Tout Art Faire vous propose ses visites cultes !

Entre le XIIe et le XVe siècles, Bordeaux devient une puissante place commerciale et politique, grâce au négoce du vin et à sa position stratégique sur la Garonne. De grands prélats et d’importantes communautés religieuses embellissent les monuments de la cité et de ses environs, pour témoigner de leur prospérité et de leur piété.

Le rôle joué par les autorités civiles n’est pas à négliger. Tandis que les jurats et les bourgeois de la ville aspirent à plus d’autonomie, Anglais et Français se disputent sa gouvernance. Remparts et forteresses viennent progressivement protéger le centre économique de la ville, son port et son marché, où sont négociés et expédiés vins, céréales et tissus. Les témoins de cette richesse médiévale sont encore nombreux, dans l’architecture religieuse et civile, dans la sculpture et dans l’urbanisme. Ces témoignages nous livrent une histoire multiséculaire des Bordelais d’un autre temps.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

 Dimanche 15 octobre 2017 à 14h – Balade à pied

Lieu de rendez-vous : devant le portail de la basilique Saint-Michel, 33800 Bordeaux

Intervenant : Samuel Drapeau, docteur en histoire de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Peintures murales des églises de Gironde // Mardi 14 mars 2017 à 19h

Alors qu’à l’époque médiévale les parois des églises étaient ornées de peintures, aux siècles suivants, les décors sont recouverts d’enduits ou remis au goût du jour. Les restaurations du XIXe siècle qui ont conduit à des réaménagements intérieurs et la fragilité des matériaux ne permettent pas une bonne conservation. Ainsi, une très faible part seulement nous est parvenue, ce qui en fait un témoignage d’autant plus précieux.

Ce patrimoine, légué par des peintres anonymes du Moyen Âge, est aujourd’hui peu à peu redécouvert, dégagé et restauré. Nous y trouvons une iconographie riche, principalement inspirée des récits bibliques, se rapprochant des peintures de manuscrit.

La lecture des décors peints médiévaux sur les voûtes et les parois des églises girondines nous conduit à visiter des sites ruraux et des églises majeures : Saint-Emilion, la Sauve-Majeure, Saint-Macaire… Les peintures de la fin Moyen Âge de la cathédrale Saint André de Bordeaux, qui ne s’offrent pas facilement aux yeux du visiteur, participent ici à l’histoire du lieu.

Lors de cette conférence, nous redécouvrirons ainsi notre patrimoine religieux à travers l’art de la peinture murale. La disparition totale ou partielle de la couche picturale ne nous permettant pas une analyse globale de l’ensemble peint, la présentation proposera, par une approche historique, technique et iconographique, de rendre visible ces œuvres si fragiles et d’une grande qualité.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte   Mardi 14 mars 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenant : Sarah Pelloquin, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Landes romanes : le décor sculpté de l’église abbatiale d’Arthous // Mardi 11 avril 2017 à 19h

Cette rencontre est l’occasion de découvrir le patrimoine régional du Sud-Ouest et de ses Monuments historiques classés.

L’église abbatiale Sainte-Marie d’Arthous, aujourd’hui siège du Centre Départemental des Landes, vit l’évolution de la communauté des Prémontrés pendant près de sept siècles. Avec son architecture romane d’une grande élégance, elle se caractérise aussi par l’abondance et la diversité de son décor sculpté. Sur le chevet de l’église, le regard du spectateur est attiré par des scènes énigmatiques où se côtoient des personnages et des compositions aussi diversifiées que singulières : figures bibliques et allégoriques, personnages aux attributs équivoques, scènes de dévorations animales, ou encore évocations d’une nature luxuriante et onirique. Tous ces éléments en apparence disparates se côtoient pour constituer un ensemble iconographique qui semble se dérouler à la manière d’un récit.

On s’interroge : quel est l’enseignement délivré par ces images ? Comment interpréter, « déchiffrer » ce décor remarquable, plus de sept siècles après sa production ? Quelles sont les relations entre les récits de la Chute originelle, les péchés capitaux, l’Ordre du Temple et les figures du Bestiaire ? Issue d’un travail de recherche de « terrain », cette conférence, menée sous la forme d’une véritable enquête, sera l’occasion de la (re)découverte de thématiques illustres et d’une initiation à l’iconographie chrétienne telle qu’elle est représentée à l’époque romane.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 11 avril 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Nadia Fouché, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Bordeaux à l’époque romane // mardi 11 octobre 2016 à 19h

Après les temps troublés du Xe siècle, la ville de Bordeaux connaît à l’époque romane une période de calme relatif et de prospérité économique : les conditions de vie s’améliorent et l’Eglise se réorganise. Grâce notamment à la présence de certains personnages célèbres et très importants de l’histoire médiévale, comme Aliénor d’Aquitaine ou Richard Cœur de Lion, de nombreux édifices religieux sont construits ou réhabilités à cette époque aussi bien dans la cité qu’aux alentours.

Malheureusement, peu de ces bâtiments sont encore debout. A Bordeaux, ils ont été reconstruits ou tout simplement démolis. Malgré leur disparition, quelques témoignages d’architecture et de sculpture parsemés dans toute la ville, en particulier l’église Sainte-Croix, le porche de l’église Saint-Seurin, ou encore les chapiteaux du cloître de la cathédrale (Musée d’Aquitaine), rendent compte de l’ampleur de ces constructions à l’époque romane et de leur appartenance à un mouvement artistique beaucoup plus vaste, d’échelle européenne.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte   Mardi 11 octobre 2016 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenant : Alexandre Paleologue, doctorant en histoire de l’art

Tarifs : 10€ pour les non adhérents // 8€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Bordeaux gothique et renaissant // mardi 15 novembre 2016 à 19h

Le passé médiéval est encore très présent dans le patrimoine bordelais. Les chantiers de la collégiale Saint-Seurin et de la cathédrale Saint-André lancent, au XIIIe siècle, l’épopée gothique. Aux XIVe et XVe siècles, les nombreuses églises de la ville sont reconstruites et embellies. Témoignent de la richesse de cette période la Grosse Cloche, la porte Cailhau, la chapelle Notre-Dame-de-la-Rose à Saint-Seurin, les portails sculptés de la cathédrale, la Flèche Saint-Michel et de nombreux autres trésors.

Malgré les crises de la fin du Moyen Âge (guerre de Cent ans, épidémies), l’activité constructrice reste importante à l’intérieur des remparts. Lorsque les formes de l’Antiquité pénètrent en France vers 1500, la ville a retrouvé sa prospérité. Les artefacts du XVIe siècle sont malheureusement rares mais de belles pièces sculptées (le jubé de la cathédrale, Sainte-Anne ou le portail nord de l’église Saint-Michel) nous permettent tout de même d’apprécier l’arrivée à Bordeaux de la première Renaissance française.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte   Mardi 15 novembre 2016 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenant : Samuel Drapeau, Doctorant en histoire de l’art

Tarifs : 10€ pour les non adhérents // 8€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Sortie annuelle : LE SUD-CHARENTE // Samedi 18 juin 2016

Aux frontières de la Saintonge et du Périgord, le Sud-Charente a conservé un patrimoine médiéval exceptionnel dans un paysage verdoyant et vallonné, de toute beauté ! Lors de cette journée nous vous proposons de découvrir la diversité de cet héritage artistique et historique en visitant une église souterraine unique en son genre, une chapelle des templiers avec ses peintures d’origine et deux monuments récemment restaurés, le château de Barbezieux et l’église fortifiée de Reignac. Cette journée sera non seulement l’occasion de se replonger dans l’histoire et la culture médiévales de notre région mais également d’échanger en toute convivialité avec certains des acteurs de la médiation et de la préservation du patrimoine, comme les bénévoles de l’association Reignac-Patrimoine qui nous accueillerons autour d’un pot de l’amitié.

NEWS LETTERsortie annuelle2016

PROGRAMME DE LA JOURNEE
– Visite de l’église souterraine Saint-Jean et de l’église Saint-Jacques à Aubeterre-sur-Dronne

– Repas à Aubeterre (un des Plus beaux villages de France)

– Visite de la chapelle templière de Cressac-Saint-Genis

– Visite du château de Barbezieux

– Visite de l’église fortifiée Saint-Pierre de Reignac /

– Verre de l’amitié avec l’association Reignac-Patrimoine

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Lieu de rendez-vous:  Départ 9h Place de la République à Bordeaux / Retour prévu vers 19h

Tarif unique : 50€/personne tout compris (trajet en bus, déjeuner, visites et entrée dans les monuments)

Inscription obligatoire par mail : contact@toutartfaire.com

Paiement par chèque ou en ligne

Cours-découverte : La réinvention de l’art roman au XIXe siècle // Mardi 17 novembre 2015 à 19h

La notion même d’art roman constitue une invention du XIXe siècle, ou au moins une réinvention, si l’on considère que cette appellation est pertinente pour désigner un temps de la création médiévale. Les hommes du XIe ou du XIIe siècle n’avaient pas conscience de participer à l’expression plus ou moins homogène d’un style. C’est la naissance même de l’histoire de l’art et de l’archéologie médiévales en tant que science qu’éclaire l’évocation de l’invention, dans les milieux savants des années 1810-1830, de la notion de style et la première définition de l’art roman, qui n’est pas anodine, et qui révèle autant l’état d’esprit et le cadre de pensée des érudits romantiques que la compréhension d’une réalité artistique médiévale.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte  Mardi 17 novembre 2015 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux

Intervenant : Christian Gensbeitel, mâitre de conférences en histoire de l’art médiéval à l’université Bordeaux Montaigne

Tarifs : 10 € pour les non adhérents // 8 € pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com

Retrouvez l’événement sur Facebook

Conférence : La nudité dévoilée dans la sculpture romane // Jeudi 12 mars 2015 à 19h

Conférence : La nudité dévoilée dans la sculpture romane

 

Jeudi 12 mars 2015 de 19h à 20h30 par Nadia Fouché, historienne de l’art

Entre le XIe et le XIIe siècles, la figure humaine fait son apparition sur le décor sculpté des églises romanes. À la fonction à la fois symbolique et éducative, dans un but de diffusion du dogme chrétien, le décor sculpté et peint se déploie ainsi progressivement sur les façades, les chevets et à l‘intérieur des édifices. Dans l’ancien duché d’Aquitaine, et en particulier sur le territoire de l’actuel Poitou-Saintonge, les sujets bibliques et les images de saints côtoient de singuliers personnages à la nudité ostensible : onanistes aux parties génitales difformes, acrobates lubriques ou encore scènes de coït manifestes prennent ainsi place sur les chapiteaux et les modillons de corniche.

Aussi, ces personnages, qu’ils soient isolés ou en couple, apparaissent alors comme autant de représentations inattendues et qui nous questionnent : en effet, quel est le sens de ces représentations et qu’est ce qui justifie leur présence au sein des édifices sacrés : sont-ils associés à la dénonciation de la Luxure, péché capital autant que l’avarice et l’ivrognerie ? Témoignent-ils d’un héritage et de pratiques païennes encore subsistantes au sein de la culture populaire médiévale ? Sur les façades connues de Melle, d’Aulnay et de Saintes, mais également sur le décor sculpté des églises romanes rurales plus méconnues, ces figures « obscènes » tiennent une place importante au sein du décor sculpté, jusqu’à en devenir, parfois, la thématique principale sur certains édifices.

DCF 1.0

Cette conférence aura ainsi pour objectif de découvrir une facette assez méconnue de la sculpture romane, en tentant d’expliquer les interactions culturelles, religieuses et artistiques qui coexistent à l’époque médiévale, leurs effets sur la production du décor sculpté, et enfin le rôle de celui-ci dans la diffusion du dogme chrétien dans le contexte de la réforme grégorienne.

À travers les nombreux exemples, nous verrons qu’il existe une véritable typologie des obscènes romans, chacun d’eux semblant être lié à un discours religieux autour de la pratique de la sexualité, de l’idée de chair, de la notion de péché et de marginalité. L’analyse stylistique de ces images, qui constituent à la fois des éléments d’architecture et des décors chargés de sens, viendra compléter cette étude afin de comprendre la genèse de leur apparition.

 

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux
Accès handicapé : oui

Tarif
5 € pour les non adhérents
3 € pour les adhérents
Gratuit pour scolaires, étudiants et demandeurs d’emploi

Modalités de réservation
email: toutartfaire@gmail.com
tel:     06-82-18-73-46

Suivre l’événement sur Facebook

Conférence : Les images marginales des manuscrits gothiques // Jeudi 16 avril 2015 à 19h

Conférence : Les images marginales des manuscrits gothiques

 

Jeudi 16 avril 2015 de 19h à 20h30 par Lucie Blanchard, historienne de l’art

Au cours du XIIIe siècle, la mise en page des manuscrits évolue : le texte devient moins dense et des motifs glissent des initiales vers la marge. Dès lors, un riche répertoire iconographique anime les bordures : musique, loisirs aristocratiques (chasse, jeux, amour courtois, tournois), rite chrétien, images tirées de la littérature comme le rusé goupil Renart, animaux, hommes difformes et hybrides. Les images marginales, ou marginalia, puisent leurs thèmes dans la culture médiévale.

Renart prêchant - Stowe 17Renart prêchant – © British Library, Stowe 17, Livre d’heures à l’usage de Maastricht, XIVe s., Liège, f° 84 (détail)

 

Dans cet univers excentré et excentrique, le désordre règne : gesticulations des hommes, parodies animales ou encore êtres défiant l’ordre de la création. Les images marginales ont pour thème central le corps de l’homme, reflet de l’ordre du monde, vecteur de salut mais aussi obstacle…

L’emplacement même de ces images est lourd de sens et renvoie à la conception médiévale du monde, réparti entre un centre et sa périphérie. Le centre, lieu de l’ordre (l’église, la ville, la Chrétienté,…) s’oppose en tout à la marge, lieu privilégié d’expression de l’étrangeté, de l’anormalité, de l’autre (la forêt, les frontières, le bout du monde,…). Le couple centre/périphérie renvoie à d’autres couples fondamentaux de la pensée chrétienne médiévale : âme/corps, ordre/désordre,… Seulement, cet équilibre est nécessaire.

Hybride faisant une grimace à une libellule - ps LuttrellHybride faisant une grimace à une libellule – © British Library, Additional 42130, Psautier Luttrell, XIVe s., Angleterre, f° 36v (détail)

 

Ces images se trouvent principalement dans les ouvrages destinés à la dévotion commandés par des laïcs, ce qui est loin d’être anodin.

Les marginalia appartiennent aux mentalités médiévales dans leur ensemble et servent, paradoxalement, un discours d’ordre.

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux
Accès handicapé : oui

Tarif
5 € pour les non adhérents
3 € pour les adhérents
Gratuit pour scolaires, étudiants et demandeurs d’emploi

Modalités de réservation
email: toutartfaire@gmail.com
tel:     06-82-18-73-46

Suivre l’événement sur Facebook

Visite guidée – L’église Sainte-Eulalie // Samedi 6 décembre 2014 à 15h00

Visite de l’église Sainte-Eulalie

 

Samedi 6 décembre 2014 à 15h00 par Allan Tissot, docteur en histoire moderne

Située face à l’hôpital Saint-André, entourée d’une place mais donnant sur un modeste parvis, l’église Sainte-Eulalie apparaît aujourd’hui comme un édifice secondaire de la ville de Bordeaux. Elle a pourtant récemment fait l’objet d’importants travaux de restauration, ainsi que d’un programme mérité de recension des œuvres d’art qu’elle abrite. Parmi les églises bordelaises, elle se singularise par un passé mémorable, apparaissant comme l’un des lieux sacrés les plus importants de la vie bordelaise sous l’Ancien Régime et jusqu’à la fin du XIXe siècle. Elle abritait notamment les plus riches reliques de la cité, celles d’Eulalie et de plusieurs autres saints martyrs des premiers siècles du christianisme. En conséquence, elle était au centre des plus belles cérémonies et processions qui animaient l’année liturgique de la capitale de l’Aquitaine. D’ailleurs, cette primauté spirituelle s’accompagne de quelques belles légendes, ainsi que de savoureuses anecdotes. Outre une belle architecture gothique, soulignée par de remarquables statues du Moyen Âge et embellie aux siècles suivants, ce sanctuaire abrite toujours un beau mobilier, provenant parfois de couvents voisins. Réalisées sur une longue période, s’étendant du XVe à la fin du XIX siècle, ces œuvres d’art, dont la diversité et la qualité, ainsi que leur bon état de conservation général, demeurent trop méconnues et témoignent de la vie spirituelle de l’époque. C’est ce passé prestigieux et les vestiges de cette splendeur que cette visite se propose de faire revivre.

Eglise Sainte-EulalieVue actuelle de l’église Sainte-Eulalie

 

Lieu de rendez-vous : Devant l’église Sainte-Eulalie, place Sainte-Eulalie, Bordeaux

Tarif :
5 € pour les non adhérents
3 € pour les adhérents
Gratuit pour scolaires, étudiants et demandeurs d’emploi

Modalités de réservation :
email: toutartfaire@gmail.com
tel: 06-82-18-73-46

 Suivre l’événement sur Facebook