Archives par mot-clé : mis-en-avant

Jeff Koons | Mardi 6 octobre 2020 à 19h

Jeff Koons est-il en train de devenir cet artiste iconique quelque part entre Warhol et Duchamp ? Place à laquelle il aspire sans doute. La plupart de ses propositions créent de micro-scandales dans le monde feutré de l’Art contemporain ainsi que chez le grand public qui lui reproche parfois ses provocations alors que l’ensemble de la modernité est, en parti, construite sur la provocation. Nous présenterons pour cette conférence les œuvres les plus emblématiques : le « Puppy » situé à l’entrée du Guggenheim de Bilbao, le homard « Lobster » présenté à Versailles, deux œuvres parmi les plus politiquement correctes de l’artiste. D’autres travaux plus controversés seront abordés : ses photos érotiques en compagnie de son épouse la Cicciolina ou ses fameuses fleurs de tulipes offertes à la ville de Paris. Jeff Koons est bien ce représentant d’un Kitch total et outrancier, et son œuvre est à la croisée du ready-made, du Pop art et du Surréalisme. C’est un Jeff Koons au sommet de sa notoriété post-moderne que nous découvrirons lors de cette conférence.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence Mardi 6 octobre 2020 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenant : Nicolas Bulf, artiste plasticien et guide conférencier

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Masque obligatoire

Réservation en ligne

La fabrication du manuscrit au Moyen Âge | Lundi 28 septembre 2020 à 19h

Cet afterwork est organisé dans le cadre de la programmation des « cafés du patrimoine » de la bibliothèque Mériadeck.

Au tournant du Moyen Âge, le livre manuscrit (codex) vient remplacer le rouleau antique (volumen), engendrant la naissance d’un nouveau mode de lecture et d’une nouvelle conception de l’écrit.

Le livre est issu d’un long processus de fabrication, employant divers matériaux et techniques artisanales qui justifient son coût onéreux. Entre le nettoyage des peaux destinées à devenir parchemin et la reliure finale, une série de manipulations précises et ordonnées encadrent la confection du manuscrit. L’étape la plus longue, la copie, peut devenir un travail pénible !

D’abord réalisé dans les scriptoria monastiques, le livre, apanage des puissants et parfois objet sacré, devient une production laïque à la fin du Moyen Âge, voyant l’avènement de grands artistes. Au sein de ces productions et évolutions se traduisent celles de la société et des mentalités médiévales.

Cette conférence vous propose de découvrir les étapes de fabrication du manuscrit au travers de témoignages et recettes monastiques, illustrés d’exemples tirés de manuscrits médiévaux.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Lundi 28 septembre 2020 de 19h à 20h

Lieu de rendez-vous : Bibliothèque Municipale Mériadeck,  85 cours du Maréchal Juin, 33000 Bordeaux
Accueil de 18h à 19h dans le hall puis conférence à 19h dans l’auditorium

Intervenante : Lucie Blanchard, historienne de l’art

Gratuit

Réservation en ligne

Entre Judaïque et Fondaudège, panorama resserré de la production architecturale de l’agence Salier Courtois Lajus Sadirac (1955-1966) | Dimanche 4 octobre à 15h

En 1955, les architectes bordelais Yves Salier et Adrien Courtois, accompagnés du dessinateur Michel Sadirac, créent une première agence à Bordeaux, rue de Lyon, à laquelle se joint en 1964 Pierre Lajus pour devenir l’Atelier d’architecture Salier Courtois Lajus Sadirac (1964-1969). Les premières projets de cette jeune équipe d’architectes sont alors des maisons individuelles de résidences principales situées à Bordeaux et son agglomération ou des villas de vacances construites autour du bassin d’Arcachon, commandes essentiellement issues de son réseau amical et familial. Pour répondre à ce programme, les architectes s’inspirent des images des maisons américaines qu’ils découvrent dans les revues, notamment celles conçues par Marcel Breuer ou Richard Neutra à qui ils empruntent la puissance des lignes des toitures terrasses et des poutres débordantes, la lecture franche des volumes assemblés, la fluidité des plans et le dialogue permanent des espaces avec le paysage. Peu à peu, les commandes de l’agence s’élargissent vers la construction d’immeubles de bureaux, de logements collectifs ou d’édifices religieux dont quelques exemples sont encore visibles dans le quartier Fondaudège. Sa production est régulièrement diffusée dans les pages de la presse spécialisée dès 1959 et l’agence reçoit en 1966 le grand prix du Centre d’Etudes Architecturales aux côtés des agences parisiennes de l’Atelier Urbanisme et Architecture et de l’Atelier de Montrouge.

Le parcours proposé invite donc, au travers de quelques unes des réalisations emblématiques de cette agence durant ses dix premières années de production, de découvrir les qualités et l’originalité de sa pratique pour comprendre en quoi cette agence a marqué l’histoire de l’architecture bordelaise et française.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Visite à vélo

Dimanche 4 octobre 2020 de 15h à 17h

Lieu de rendez-vous : 3 rue de Lyon, Bordeaux

Intervenant : Christelle Floret, docteure en histoire de l’art contemporain

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Masque obligatoire

Réservations en ligne

La rue Fondaudège | Samedi 10 octobre à 15h

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Samedi 10 octobre 2020 de 15h à 17h

Lieu de rendez-vous : Devant la fontaine, Place Charles Gruet, Bordeaux

Intervenant : Alexandre Paléologue, guide-conférencier

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Masque obligatoire

Réservations en ligne

Le vandalisme : disparition ou évolution du patrimoine | Mardi 13 octobre à 19h

Cette conférence est organisée en partenariat avec les Archives de Bordeaux métropole

C’est un mot qui n’est apparu qu’au XVIIIe siècle dans une « Introduction à l’étude des monuments antiques ». Et ce fut l’abbé Grégoire qui l’utilisa en premier en 1794 : « Je crée le mot pour tuer la chose » dans un discours où il dénonce la destruction.  Mais son origine est plus ancienne, et dans l’antiquité il désignait des barbares : les Vandales.

Sa définition parait claire : « Celui qui hait en barbare les sciences et la civilisation et qui détruit les monuments des arts ».

Et c’est bien ainsi qu’on l’utilise. Or nous verrons que le vandalisme peut avoir de nombreuses raisons, autres que la simple destruction.

En effet, il peut être beaucoup plus subtil, pas toujours aussi barbare qu’il peut paraitre, et cacher des raisons diverses et variées.

Lorsque l’on parle de vandalisme, on peut ainsi penser à la Révolution et aux événements qui lui font suite, qui sont célèbre pour les destructions qu’ils ont engendré mais beaucoup moins à celles opérées par des restaurateurs ou des urbanistes !

            Ainsi nous nous intéresserons aux actes de vandalisme, ainsi que leurs raisons, qui ont frappés Bordeaux et qui nous ont fait perdre une partie de notre patrimoine et ce grâce notamment aux documents conservés aux Archives de Bordeaux Métropole.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence

Mardi 13 octobre 2020 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : salle de conférence des Archives de Bordeaux Métropole, Parvis des archives, rue de la Rotonde, 33100 Bordeaux

Intervenante : Elody Poisson, historienne de l’art

Gratuit

Masque obligatoire

Réservation ici

Les jardins bordelais au XIXe siècle | Mardi 20 octobre à 19h

Cette conférence est organisée en partenariat avec les Archives de Bordeaux métropole

La ville de Bordeaux connaît à partir du 18e siècle un développement urbanistique exceptionnel. « L’embellissement » voulu par les intendants a été parachevé par les jardins créés au siècle suivant. Œuvres d’art éphémères, ces jardins ne sont plus ce qu’ils étaient au moment de leur création. La végétation a changé en grande partie, les goûts ont changé, les ajouts contemporains ont modifié leur apparence. Ces jardins ont été pour la plupart « réhabilités ». Les documents de grande valeur conservés dans les Archives Bordeaux Métropole retracent la création de ces jardins et reflètent aussi le goût de l’époque, le rôle des personnalités de la ville dans leur réalisation ainsi que leur l’importance dans la vie des habitants.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence Mardi 20 octobre 2020 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : salle de conférence des Archives de Bordeaux Métropole, Parvis des archives, rue de la Rotonde, 33100 Bordeaux

Intervenante : Maria Paleolog, historienne de l’art

Gratuit

Réservation ici