Archives par mot-clé : mis-en-avant

Visites d’été / Bordeaux Mystique

Une petite visite à la rencontre d’événements fortuits tels que la naissance d’une secte, l’intérêt pour l’hypnose, un atelier d’artiste  et de petites choses cachées du patrimoine bordelais, en centre ville.

Au cours d’une marche d’été, dans le centre ville de Bordeaux, nous verrons comment a pu éclore la secte des Mesminiques ; nous verrons également le bâtiment dans lequel un célèbre hypnotiseur officia à la fin du 19e siècle et aussi l’endroit  où certaines Recluses furent emmurées vivantes au temps du Moyen Âge dans le quartier Gambetta.

Les rues sont parsemées de détails typiquement bordelais : fontaine pour chien, atlantes-triton et caryatides, grattoirs pour les bottes crottées, statue de Goya en bronze… De célèbres monuments néoclassiques comme le Grand Théâtre ou moins connus comme la salle capitulaire de la cour Mably et le très discret ancien Muséum de Bordeaux seront évoqués au détour de la promenade. Une promenade placée sous le signe du mystère et des choses curieuses et notables du quartier des Quinconces et de Gambetta.

Une bonne forme physique est recommandée car nous marcherons ! Pensez à prendre de l’eau et de quoi vous protéger du soleil !

Masque obligatoire, visites limitées à 15 personnes

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Samedi 4 juillet 2020 de 15h à 16h30 et 17h à 18h30

Lieu de rendez-vous : Monument aux Girondins, place des Quinconces, Bordeaux

Intervenant : Nicolas Bulf, guide conférencier et artiste plasticien

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Masque obligatoire, visites limitées à 15 personnes

Réservations en ligne ici pour la visite de 15h

Réservations en ligne ici pour la visite de 17h

Visites d’été / Bordeaux médiéval

Derrière les façades bordelaises typiques du XVIIIe siècle, difficile d’imaginer le Bordeaux médiéval ! Au travers des quartiers de Saint-Pierre et de Saint-Michel, cette visite vous propose de retrouver l’histoire pluricentenaire de la belle endormie. Le parcours permettra, en outre, de traverser certaines rues et places qui ont forgé le visage actuel de Bordeaux et qui rappellent le souvenir de ses commerçants.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Samedi 11 juillet 2020 à 15h et 17h

Lieu de rendez-vous : Parvis de la Grosse Cloche, côté cours Victor Hugo

Intervenante : Lucie Blanchard, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Masque obligatoire, visites limitées à 8 personnes

Réservations en ligne ici pour la visite de 15h

Réservations en ligne ici pour la visite de 17h

Visites d’été / Bordeaux néoclassique

L’art néoclassique se situe dans un mouvement de retour à l’Antiquité, initié dans les années 1750 par les écrits des archéologues et amateurs d’art dont le théoricien Johann Joachim Winckelmann, fervent représentant de ce mouvement. Les artistes prônaient un retour aux sources de l’art, qu’ils plaçaient dans les époques antiques grecques et romaines.

Le mouvement succède au classicisme (fin du XVIe – début du XVIIe siècle), dont il est l’héritier, et à l’architecture baroque (aussi nommée classique française – XVIIe siècle) et le rococo (XVIIIe siècle), qui trouvent également un écho à Bordeaux, ville dont l’architecture et la sculpture ont toujours suivi les tendances. La volonté de ses adeptes est d’avoir recours à des formes plus grecques qu’italiennes et de se démarquer de l’architecture des rois de France, en particulier Louis XIV et Louis XV.

Parfois implanté directement à la place d’œuvres classico-baroques, comme la Fontaine des Trois-Grâces sur la place de la Bourse, l’art néo-classique s’illustre aussi sur les façades des hôtels particuliers, notamment Cours du Chapeau-Rouge et sur les allées de Tourny, et trouve à Bordeaux sa plus belle expression dans l’œuvre de Victor Louis, le Grand Théâtre, et dans la place des Quinconces.

La visite sera l’occasion de découvrir ou redécouvrir ses sculptures et bâtiments, leur histoire et avec elle, celle de Bordeaux.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Samedi 18 juillet 2020, 15h et 17h

Lieu de rendez-vous : Place Jean Jaurès, 33000 Bordeaux

Intervenante : Marietta Dromain, docteure en archéologie

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Masque obligatoire, visites limitées à 8 personnes

Réservations en ligne ici pour la visite de 15h

Réservations en ligne ici pour la visite de 17h

Le romantisme en sculpture l Jeudi 12 mars 2020 à 19h

Le romantisme, courant artistique du début du XIXe siècle, ne gagna le domaine de la sculpture qu’à partir de 1831. Les artistes romantiques proposèrent une sensibilité nouvelle dans leurs créations en s’éloignant de la référence antique qui était au centre de la création depuis plusieurs siècles. Cest un courant qui simpose par opposition au style néo-classique qui apparut à la fin du 18e siècle. Moins figée que la sculpture néo-classique, la sculpture romantique comprend souvent des traces matérielles de la main de lartiste et une approche plus réaliste dans la représentation des tourments de l’âme humaine. Alors que la sculpture néo-classique était construite selon des normes précises, lordre et la mesure, inspirées de la sculpture antique, la sculpture romantique est plus sensible, avec des courbes, des lignes plus souples et une importance grandissante pour les émotions.

Le nom de ce courant pourrait indiquer un intérêt pour la tendresse et lamour partagé, mais il nen est rien. Les artistiques romantiques s’intéressent davantage à l’amour non partagé, à la souffrance, au deuil, au danger de la nature déchainée ainsi qu’à des thèmes plus mystérieux comme le fantastique, le rêve ou la résurrection. Ils sinspirent souvent dhistoires littéraires dont certaines ont été écrites au Moyen Âge car cette période est redécouverte au XIXe siècle et créée chez certains artistes une réelle fascination. En abordant des thèmes liés à la douleur, au désespoir ou à la violence, les sculpteurs témoignent dune approche plus sensible pour émouvoir le public.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence Jeudi 12 mars 2020 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Accès salle :

Intervenante : Adeline Bastien, médiatrice culturelle

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservation en ligne ici

Reporté – L’exposition universelle de Londres de 1851 | Mardi 17 mars 2020 à 19h

Le XIXe siècle, siècle des expositions, est aussi le siècle des Expositions universelles, manifestations monstres mettant en scène le progrès en marche tout en forgeant, sur fond de rivalités entre les nations, tout un système de représentations. Cette conférence se propose de revenir sur la première d’entre elles, celle de Londres, en 1851, sur ses modalités comme sur ses enjeux.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  mardi 17 mars 2020 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenant : Laurent Houssais, professeur d’histoire de l’art à l’université Michel de Montaigne

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservation en ligne ici

Reporté – La collection d’art brut de Jean Dubuffet | Lundi 23 mars à 19h

Dès la fin du XIXe siècle, la volonté des artistes de rompre avec la tradition académique a conduit les créateurs à élargir le spectre de leurs références. Pour Jean Dubuffet, certaines expressions paraissaient ouvrir de nouvelles perspectives : l’art populaire des campagnes, les dessins d’enfants, l’art des fous internés en hôpitaux, l’écriture automatique de certains médiums ou encore les graffitis sur les murs de Paris. Ainsi, Jean Dubuffet a réuni et collecté pendant de nombreuses années ce qui deviendra sa fameuse collection d’art brut. Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, il s’intéressera aux créations de marginaux, autodidactes pour la plupart, et dont l’inventivité s’exprime en dehors d’une trop « asphyxiante culture ». Après de nombreux voyages, dont la Suisse, il découvre Wolfli, Aloise, Muller ou encore Gaston Chaissac, parmi les noms les plus connus de l’art brut. En 1948, il fonde la compagnie de l’art brut et de ce fait devient en quelque sorte le porte-parole des sans-voix du milieu culturel et le théoricien d’un art qui n’avait pas vocation à être de l’art. Sa fameuse collection de l’art brut trouvera sa place définitive à Lausanne en 1976. Dès lors de nombreuses institutions suivront le mouvement dont celle du musée de la Halle Saint-Pierre à Paris ou encore celui du Musée de la Création Franche de Bègles. C’est à une découverte des noms les plus singuliers de cet art en « dehors des clous » que cet afterwork vous invite.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork   Lundi 23 mars 2020 de 19h à 20h

Lieu de rendez-vous : Zinc Pierre, 4 rue du Mulet, 33 000 Bordeaux

Intervenant : Nicolas Bulf, artiste plasticien et guide conférencier

Gratuit

Réservation en ligne ici

Reporté – L’art du nu | Jeudi 26 mars 2020 à 18h30

Découvrez l’histoire de l’art du Nu au travers de chefs-d’œuvres mais aussi d’œuvres moins célèbres. Le Nu, devenu un style à part entière, a connu des tâtonnements, des censures mais aussi des moments de gloire.

L’art antique, celui du Moyen Âge, la Renaissance ou l’art contemporain ont abordé cet art de manière différente et ont chacun marqué à leur manière ce style par leurs idées, croyances et visions de l’homme et du monde.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 26 mars 2020 de 18h30 à 20h

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Elody Poisson, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservation en ligne bientôt disponible

Reporté – Visiter Royan durant les Années 1930 | Lundi 30 mars 2020 à 19h

Cet afterwork est organisé dans le cadre de la programmation des « cafés du patrimoine » de la bibliothèque Mériadeck.

À l’aide du fonds patrimonial de la bibliothèque de Mériadeck, et particulièrement du guide Royan et ses environs, édité par Victor Billaud entre 1888 et 1939, ce café patrimoine proposera un parcours dans le temps et larchitecture dune ville aujourdhui disparue : le Royan des années 1930 ! Avant la destruction de la ville sous les bombes alliées en 1945, la cité balnéaire de la côte de Beauté présente un tout autre visage : le plus grand casino de France y côtoie de somptueuses villas, la plage que lon longe en tramway laisse deviner des baigneuses en combinaison de bains et une pratique du sport et de la nage de plus en plus répandue. Les corps et les esprits se libèrent, Royan connaît son âge d’or.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork   Lundi 30 mars 2020  de 19h à 20h

Lieu de rendez-vous : Bibliothèque Municipale Mériadeck,  85 cours du Maréchal Juin, 33000 Bordeaux
Accueil de 18h à 19h dans le hall puis conférence à 19h dans l’auditorium

Intervenant : Mathieu Marsan, médiateur culturel

Gratuit

Réservation en ligne

Reporté – Jeff Koons | Mardi 31 mars 2020 à 19h

Jeff Koons est-il en train de devenir cet artiste iconique quelque part entre Warhol et Duchamp? Place à laquelle il aspire sans doute. La plupart de ses propositions créent de micro-scandales dans le monde feutré de l’Art contemporain ainsi que chez le grand public qui lui reproche parfois ses provocations alors que l’ensemble de la modernité s’est, en partie, construite sur la provocation. Nous présenterons pour cette conférence les œuvres les plus emblématiques : le « Puppy » situé à l’entrée du Guggenheim de Bilbao, le homard « Lobster » présenté à Versailles, deux œuvres parmi les plus politiquement correctes de l’artiste. D’autres travaux plus controversés seront abordés : ses photos érotiques en compagnie de son épouse la Cicciolina ou ces fameuses fleurs de tulipes offertes à la ville de Paris. Jeff Koons est bien ce représentant d’un Kitsch total et outrancier et son œuvre est à la croisée du ready-made, du Pop art et du Surréalisme. C’est un Jeff Koons au sommet de sa notoriété post-moderne que nous découvrirons lors de cette conférence.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Mardi 31 mars 2020 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenant : Nicolas Bulf, artiste plasticien et guide conférencier

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservation en ligne