Archives par mot-clé : Paris

L’iliade en images // jeudi 6 avril 2017 à 19H

« Chante déesse, du Pèlèiade Achille la colère désastreuse, qui de maux infinis accabla les           Achéens et précipita chez Hadès tant de fortes âmes de héros ». Homère, l’Iliade, chant 1.

Ainsi commence l’Iliade, l’épopée d’Homère qui relate la guerre qui opposa les royaumes grecs alliés à la ville de Troie. Pâris, prince de cette cité, avait enlevé Hélène, épouse du roi de Sparte Ménélas. Liés par un pacte, les rois de Grèce s’en allèrent avec leurs bateaux aider le malheureux époux à retrouver sa femme. C’était sans compter sur les murailles de Troie et sur la vaillance du prince Hector, qui défendirent la cité pendant dix ans. Dix ans de guerre pendant lesquels les Grecs ne revirent pas leur patrie. Les tensions montent, les disputes éclatent. L’Iliade commence sur la querelle qui oppose dans le camp grec Agamemnon, le roi des rois, à Achille, le héros grec par excellence.

Après sa mise à l’écrit aux alentours du viiie siècle av. J.‑C., l’Iliade n’a jamais cessé d’être lue, traduite, commentée et diffusée. Elle a par conséquent constitué une source d’inspiration majeure pour les artistes, que ce soit en sculpture, en peinture, enluminure, au théâtre ou plus récemment au cinéma. Nous relaterons donc les principaux épisodes de la guerre de Troie en nous appuyant sur des œuvres tirées de l’art de l’Antiquité à nos jours.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 6 avril 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Audrey Dubernet, doctorante en histoire de l’art antique

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

l’art nouveau en Poitou-Charentes // mardi 16 mai 2017 à 19h

Autour de 1900, les faïences de Parthenay, les affiches publicitaires d’Angoulême et de Royan, les étiquettes des bouteilles de cognac prouvent que la nouvelle esthétique à la mode a atteint le Poitou-Charentes assez vite et qu’elle a cherché à s’exprimer par tous les moyens possibles. Grâce à l’influence de certains commanditaires éclairés et d’artistes locaux, l’Art Nouveau pénètre dans toute la région, non seulement dans les grandes villes industrielles, mais également dans les stations balnéaires et les campagnes.  Les commanditaires n’ont jamais fait appel aux grands noms de l’architecture Art Nouveau de Nancy, Paris ou Bruxelles, mais ont préféré recourir à ceux qui exerçaient sur le plan local.

Même si l’Art Nouveau n’a pas révolutionné l’architecture régionale de l’époque, il a apporté un répertoire supplémentaire de formes architecturales et décoratives qui a rencontré un succès certain et qui a été utilisé pendant une période beaucoup plus longue que dans les grands foyers français de l’Art Nouveau. En effet, une grande partie de ces édifices de Poitou-Charentes a été construite après 1910 et certains même après la première guerre mondiale.

Le phénomène de l’Art Nouveau semble prendre en Poitou-Charentes, comme dans d’autres régions, une dimension nouvelle qui permet de repousser les limites chronologiques admises par les historiens de l’art, mais également de réviser à la hausse l’impact qu’il a pu avoir dans l’évolution de l’architecture et des arts décoratifs.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte   Mardi 16 mai 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenant : Alexandre Paleologue, Doctorant en Histoire de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Cours-découverte de l’histoire de l’art : Les femmes artistes – Niki de Saint Phalle // Mardi 13 janvier 2015 à 19h

Cours-découverte – Les femmes artistes : Niki de Saint Phalle, œuvres monumentales et féminisme

 

Mardi 13 janvier 2015 de 19h à 20h30 par Nicolas Bulf, artiste plasticien

A l’heure ou le Grand Palais offre une rétrospective du travail de Niki de Saint Phalle, il est intéressant d’étudier l’ensemble d’une œuvre qui offre de multiples perspectives sur la place de la femme dans une société patriarcale. Son art progresse ainsi de 1953 à 2002 sans cesser de revendiquer un féminisme rageur qui se pare souvent de couleurs vives et de formes séduisantes.

© Copyright 2012 CorbisCorporation

L’ensemble de son œuvre est immense, que ce soit les « tirs » illustrant une mise à mort symbolique de la peinture encouragée par Jasper Johns et Robert Rauschenberg, ou ses fameuses « nanas », silhouettes rondes de femmes anonymes, qui rappellent les rondeurs des vénus préhistoriques, et qui sont comme autant de femmes libérées de toute entraves et servilité. L’ensemble des travaux de Niki de Saint Phalle constitue une exploration du corps féminin et de sa représentation dans l’imaginaire collectif, à l’image de la gigantesque sculpture « Hon/elle » qui lui a permit d’accéder à une reconnaissance internationale. Son travail s’inspire des différents folklores dans lesquels elle puise son inspiration : la déesse mère de la fertilité nordique pour l’œuvre « hon/elle » commandée par le Musée d’Art Moderne de Stockholm, « le golem » pour le jardin d’enfant de Jérusalem ou encore « le jardin des tarots » en Italie où les œuvres sont directement inspirées des cartes de tarots divinatoires. L’ensemble de son travail est constitué d’œuvres monumentales qui sont comme autant de facettes d’un féminisme qui parfois se veut féroce.

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, place Saint-Christoly, 33 000 Bordeaux
Accès handicapé : oui

Tarif :
10€ – 8€ adhérents – gratuit pour les étudiants, scolaires et demandeurs d’emploi

Modalités de réservation :
email: toutartfaire@gmail.com
tel:     06-82-18-73-46

Suivre l’événement sur Facebook

« Petits musées, grands lieux de charme à Paris » / Préparation à la visite de l’Atelier de Constantin Brancusi / jeudi 22 mai 2014 de 19h à 20h30

Difficilement repérable, dans l’ombre du Centre Pompidou tout en faisant partie, se trouve un « petit musée » unique au monde.

Les sculptures et les outils de cet atelier qui a été en même temps  le cadre de vie de cet artiste témoignent d’une existence simple mais riche en idées et en réflexions sur l’art et la vie.

Par Maria Paleolog, historienne de l’art

Lieu : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly 33000 Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 06 82 18 73 46

Prix 5€ / 3€ adhérents / gratuit : scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi