Archives par mot-clé : peintre

Les 4 éléments dans l’art // Jeudi 21 septembre 2017 à 19h

Selon les philosophes grecs de l’antiquité Empédocle, Platon et  Aristote, La Terre, l’Eau, l’Air et le Feu sont les 4 éléments constitutifs de l’univers. Ils sont entrés « tels quels » dans le monde des arts visuels à partir du 19e siècle.

Avant cette période, on les retrouve seulement comme faisant partie du « décor » des différentes scènes religieuses ou profanes ou à travers des symboles qui leurs sont associés. Une seule exception : la peinture hollandaise du 17 e siècle, et notamment les représentations de paysages.

Au 19e siècle, la nature se fait l’écho des états d’âme de l’homme qui se retrouve tout petit devant l’immensité de l’univers, ou fragile devant une nature déchaînée. Naufrages (K.D.Friedrich « La mer de glace ou le naufrage de l’Espérance» ; Géricault « Le radeau de la Méduse »), incendies (Turner « Incendie du Parlement », orages entrent en scène avec le romantisme.

Vers le milieu du 19e siècle, Le paysage s’impose comme genre autonome, en se libérant de sa qualité de « décor ». Dans l’art, on peut retrouver les 4 éléments seuls ou combinés entre eux ou avec d’autres symboles. A chaque époque, l’un d’eux devient la source d’inspiration principale pour les artistes, en lien avec les sujets, le contexte, la fonction de l’art, le développement de la science et des connaissances.

A travers des œuvres phares de l’art, nous vous proposons de jeter un regard sur ces quatre éléments et de découvrir le rôle qu’on leur a attribué à chaque époque en fonction de la signification du message transmis.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 21 septembre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Maria Paleolog, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

COMPLET / Caravage et le caravagisme // jeudi 19 octobre 2017 à 19h

Michelangelo di Merisi dit Le Caravage s’inscrit comme LE peintre moderne qui va révolutionner à lui seul la peinture du XVIIe siècle. Par sa manière de représenter les épisodes religieux de façon plus populaire, par son souci de naturalisme et de réalisme, mais aussi grâce à sa technique du clair-obscur, il renouvelle avec brio la peinture religieuse.

Il est aussi l’initiateur d’un mouvement qui a profondément marqué l’histoire de l’art. Ses suiveurs sont nombreux. Toute l’Europe est concernée et chaque peintre qui s’essaye au caravagisme en fournit une interprétation personnelle. Tout en  approfondissant les techniques du maître lui-même, les « caravagesques » comme on les nomme, chercheront à insuffler dans leurs œuvres une nouvelle originalité.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 19 octobre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Charlotte Lasserre, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

VERMEER // jeudi 16 novembre 2017 à 19h

Le 17 e siècle, surnommé « l’âge d’or de la peinture hollandaise » a été pour la République hollandaise, non seulement une période de prospérité matérielle, mais aussi le siècle du grand essor artistique.

Delft, petite ville provinciale paisible rattachée à la maison d’Orange, est devenue aussi un centre artistique important, grâce à ses activités florissantes : manufactures de faïence, ateliers de tapisserie, brasseries. C’est ici qu’est né en 1632 Johannes Vermeer, fils d’un tisserand et commerçant d’art, et c’est ici qu’il va vivre et peindre durant sa brève vie.

La peinture de Vermeer suscite nombre de réflexions liées à la technique picturale très audacieuse pour son époque, à la perspective, au traitement de la lumière et surtout, au- delà des performances techniques, au message de ses « scènes de genres élégantes » ou des allégories qui restent encore à déchiffrer.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 16 novembre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Mairie de Caudéran, 130 avenue Louis Barthou, 33200 Bordeaux

Intervenante : Maria Paleolog, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Les artistes roumains en France // jeudi 30 novembre 2017 à 19h

Après des siècles d’art byzantin et post-byzantin, les pays roumains s’engagent au 19e siècle dans la voie de la modernité en regardant vers l’Ouest qui lui offrira les modèles pour ses nouvelles institutions, à l’exemple des Ecoles des Beaux-arts, fondées dans les deux capitales Iasi et Bucarest. Ces établissements émergents offrent alors la possibilité pour les jeunes artistes d’accéder aux études à Paris, Berlin, Munich ou Rome.

La France, et surtout Paris, devient une destination privilégiée pour ces étudiants et artistes, de par le rôle de pionnière dans le domaine des arts. Au 19e siècle et dans la première moitié du 20e siècle en effet, tous les nouveaux courants ou mouvements artistiques naissent à Paris.

Nombre d’artistes roumains, tels que Nicolae Grigorescu, Ioan Andreescu ou encore Theodor Pallady, viennent étudier ou parfaire leurs études dans les ateliers des artistes français renommés et entrent en contact avec ce qu’il y a de plus moderne à Paris. Comment vont –ils assimiler ces influences ?

Nous vous invitons à découvrir certains de ces artistes qui appartiennent à la Roumanie mais aussi à la France.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 30 novembre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Maria Paleolog, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Les peintures du grand théâtre de bordeaux // mardi 5 décembre 2017 à 19h

Le Grand-Théâtre de Bordeaux, inauguré en avril 1780, est considéré comme le chef-d’œuvre de l’architecte Victor Louis (1735-1800). Ce monument emblématique de la ville, dont la façade s’inspire du style des temples gréco-romains, abrite à l’intérieur une salle de spectacle à trois foyers entièrement décorée.

La coupole de la Grande Salle de Spectacle aux couleurs de la royauté reçoit au XVIIIe siècle la peinture de Jean-Baptiste Robin. Le thème retenu « Apollon et les muses agréent la dédicace d’un temple élévé par la ville de Bordeaux », est un hommage à la ville, à son histoire et à ses arts. Suite aux détériorations de la peinture originelle, le peintre François-Maurice Roganeau réalise en 1917 une fidèle reproduction, celle que nous admirons aujourd’hui.

Lors de la campagne de restauration du Grand-Théâtre (1854-1869), la salle des concerts recréée par l’architecte Charles Burguet, complète la grande salle de spectacle. Prix de Rome en 1850, William Bouguereau exécute en 1865 la peinture de forme ovale ornant le plafond. Celle-ci évoque Apollon entouré des dieux de l’Olympe et des muses. Pour cette pièce d’apparat, le peintre réalise également des écoinçons et médaillons.

Ainsi, cette conférence propose de parcourir les différents espaces de ce véritable « temple des arts » d’inspiration néo-classique. A travers l’histoire des chantiers de construction et de restauration, nous découvrirons le travail des grands peintres et décorateurs des XVIIIe et XIXe siècles qui ont façonné l’histoire du Grand-Théâtre de Bordeaux.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte   Mardi 5 décembre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Sarah Pelloquin, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

La prostitution dans l’oeil des peintres au XIXe siècle // jeudi 18 mai 2017 à 19h

C’est au XIXe siècle que la prostitution atteint en France une ampleur jusqu’alors inégalée. C’est aussi à la même période que les peintres modernes font leur apparition, oscillant entre impressionnisme, naturalisme, fauvisme ou expressionnisme. Autant de courant artistique et pourtant un sujet commun : celui de la femme charnelle, de la femme plaisir, de la prostituée offerte.

Ce n’est pas un hasard si l’on trouve tant de représentations de ces filles dites publiques. Elles sont omniprésentes dans l’art de ce siècle. Comme un catalogue anthropologique, des peintres tels qu’Edouard Manet ou Henri de Toulouse-Lautrec observent leurs physiques, leurs conditions de vie, leurs caractères, évoquant ainsi les dessous de la vie moderne.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 18 mai 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Charlotte Lasserre, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Goya à Bordeaux // Jeudi 3 novembre 2016 à 19h

C’est un géant de la peinture qui s’échoue à Bordeaux en 1824. Alors qu’il ne lui reste que quelques quatre années à vivre, Francisco de Goya (1746-1828) s’évertue à croquer les instants de la vie quotidienne bordelaise. Sur son œuvre, les avis divergent : peintre néo-classique ou moderne ? Goya reste néanmoins ce « monstre de peinture » qui fit la liaison entre 18ème et 19ème siècle.

Spectacles de tauromachie, scènes de chasse, scènes de genre montrant la population aristocratique espagnole s’ébrouant innocemment : qu’il s’agisse d’illustrer les curiosités d’une époque, comme une montgolfière dans un ciel azur.

Chez Goya, l’insolite, le monumental, l’universel sont les adjectifs d’une œuvre singulière. L’artiste décrit les atrocités de la guerre, avec un regard acéré toujours d’actualité, où il nous montre l’innocence frappée en son cœur dans l’universel « Tres de Mayo » de 1814, il nous présente les curiosités d’une pensée magique perturbée, telles que les scènes de Sabbat, de sorcellerie, ou des géants implacables sortis d’un âge obscur.

Qu’il s’agisse des montreurs de serpents Bordelais ou autres vieillards, Goya reste ce géant de la peinture qui nous interpelle avec une œuvre iconoclaste, si inaccessible et pourtant si proche de nous.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 3 novembre 2016 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Mairie de Caudéran, 130 avenue Louis Barthou, 33200 Bordeaux

Intervenant : Nicolas Bulf, artiste plasticien

Tarifs : 5€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Conférence : La peinture religieuse en Languedoc // Jeudi 24 septembre 2015 à 19h

Les guerres de religions de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle, opposant catholique et protestant, ont causé de nombreux dommages à travers tout le Languedoc. La plupart des édifices religieux ont été victimes de l’iconoclasme qui a tout détruit. D’importantes constructions ou rénovations sont mises en places par le clergé qui pour cela fait appel à de nombreux artistes. Participant donc à cette reconstruction, les peintres vont mettre en place des programmes décoratifs en s’imprégnant davantage des modèles de la Contre-réforme pour contrer le calvinisme encore présent. Tout en laissant de côté le maniérisme pour s’inscrire dans un style plus moderne, cette nouvelle manière se mêle à la fois de caravagisme, de classicisme, tout en y intégrant une iconographie et des modèles locaux.

Bourdon,_Sébastien_-_La_Chute_de_Simon_le_Magicien_-_1657Sébastien Bourdon, La chute de Simon le magicien, 1657, Montpellier, cathédrale Saint-Pierre

A travers la présentation d’œuvres et de quelques peintres languedociens (Samuel Boissière, Pierre Barral, Jean Chalette, Guy François, Nicolas Tournier, Sébastien Bourdon, Antoine Ranc…), cette conférence aura pour but de faire connaitre la richesse de cette peinture depuis peu redécouverte.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 24 septembre 2015 de 19h00 à 20h30

Lieu : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux

Intervenante : Charlotte Lasserre, historienne de l’art

Tarifs : 5 € pour les non adhérents // 3 € pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 06 82 18 73 46

Cours-découverte de l’histoire de l’art : Les femmes artistes – Niki de Saint Phalle // Mardi 13 janvier 2015 à 19h

Cours-découverte – Les femmes artistes : Niki de Saint Phalle, œuvres monumentales et féminisme

 

Mardi 13 janvier 2015 de 19h à 20h30 par Nicolas Bulf, artiste plasticien

A l’heure ou le Grand Palais offre une rétrospective du travail de Niki de Saint Phalle, il est intéressant d’étudier l’ensemble d’une œuvre qui offre de multiples perspectives sur la place de la femme dans une société patriarcale. Son art progresse ainsi de 1953 à 2002 sans cesser de revendiquer un féminisme rageur qui se pare souvent de couleurs vives et de formes séduisantes.

© Copyright 2012 CorbisCorporation

L’ensemble de son œuvre est immense, que ce soit les « tirs » illustrant une mise à mort symbolique de la peinture encouragée par Jasper Johns et Robert Rauschenberg, ou ses fameuses « nanas », silhouettes rondes de femmes anonymes, qui rappellent les rondeurs des vénus préhistoriques, et qui sont comme autant de femmes libérées de toute entraves et servilité. L’ensemble des travaux de Niki de Saint Phalle constitue une exploration du corps féminin et de sa représentation dans l’imaginaire collectif, à l’image de la gigantesque sculpture « Hon/elle » qui lui a permit d’accéder à une reconnaissance internationale. Son travail s’inspire des différents folklores dans lesquels elle puise son inspiration : la déesse mère de la fertilité nordique pour l’œuvre « hon/elle » commandée par le Musée d’Art Moderne de Stockholm, « le golem » pour le jardin d’enfant de Jérusalem ou encore « le jardin des tarots » en Italie où les œuvres sont directement inspirées des cartes de tarots divinatoires. L’ensemble de son travail est constitué d’œuvres monumentales qui sont comme autant de facettes d’un féminisme qui parfois se veut féroce.

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, place Saint-Christoly, 33 000 Bordeaux
Accès handicapé : oui

Tarif :
10€ – 8€ adhérents – gratuit pour les étudiants, scolaires et demandeurs d’emploi

Modalités de réservation :
email: toutartfaire@gmail.com
tel:     06-82-18-73-46

Suivre l’événement sur Facebook

Cours-découverte de l’histoire de l’art : Les femmes artistes – Berthe Morisot // Mardi 5 mai 2015 à 19h

Cours-découverte de l’histoire de l’art : Les femmes artistes – Berthe Morisot (14 janvier 1841 à Bourges – 2 mars 1895 à Paris)

 

Mardi 5 mai 2015 de 19h à 20h30 par Maria Paleolog, historienne de l’art

Berthe Morisot est une artiste peintre, un des membres fondateurs de l’impressionnisme, mouvement d’avant-garde né en France dans les années ‘70   du 19 e siècle. Elle quitte très vite l’atelier de son maître le peintre lyonnais Chocarne et l’enseignement académique pour se lancer dans la grande aventure de l’impressionnisme avec Claude Monet, Auguste Renoir, Alfred Sisley, Camille Pissarro, Edgar Degas. Elle participe à presque toutes les expositions organisées par ces « rebelles » qui avaient fondé d’abord le groupe d’avant-garde « Artistes Anonymes Associés transformé ultérieurement en une « Société anonyme des artistes peintres, sculpteurs et graveurs ».

Berthe Morisot avait découvert le plein air grâce à Camille Corot dont elle est l’élève de 1860 à 1862.

Malgré des influences de Corot, de Manet ou certains rapprochements de la peinture de Renoir elle trouve sa propre voie et un style qui exprime sa sensibilité. Son univers familier lui sert de source d’inspiration et des moments du bonheur conjugal abondent dans ses peintures. Ni les thèmes ni la facture ne sont pas conventionnels. Longtemps méconnue et non reconnue, Berthe Morisot jouit aujourd’hui d’une reconnaissance bien méritée.

Berthe_Morisot_002Berthe Morisot – Eugène Manet à l’Ile de Wight, 1875 (collection privée)
 

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, place Saint-Christoly, 33 000 Bordeaux
Accès handicapé : oui

Tarif :
10€ – 8€ adhérents – gratuit pour les étudiants, scolaires et demandeurs d’emploi

Modalités de réservation :
email: toutartfaire@gmail.com
tel:     06-82-18-73-46

Suivre l’événement sur Facebook