Archives par mot-clé : peinture

Rock and roll et musique pop dans le pop art // jeudi 9 novembre 2017 à 19h

La billetterie en ligne est clôturée…
Mais des billets seront en vente ce soir sur place !

La peinture a rarement représenté la Musique: quelques portraits de musiciens, des natures mortes avec des instruments à vent ou à cordes, ou enfin l’allégorie. Le Pop Art, en revanche, qui se constitue comme l’art d’une jeunesse qui se nourrit de sa propre culture et qui balaye les héritages savants du vieux monde, s’illustrera par la place qu’il accorde dans ses oeuvres aux idoles populaires du cinéma, du sport mais aussi du rock n’roll et de la pop music. D’Elvis Presley aux Beatles, les tableaux de Peter Blake, Andy Warhol, R. Hamilton, Pauline Boty ou Ray Johnson déclinent, chacun à sa manière, les portraits des idoles de la musique des années 60, créant même parfois l’évènement en composant des pochettes de disques dont certaines sont désormais des icônes de l’art de cette période.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 9 novembre 2017 de 19h à 21h

Lieu de rendez-vous : Maison cantonale, 20 rue de Châteauneuf, 33100 Bordeaux

Intervenant : Marc Saboya, maître de conférence

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Informations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

*aucun remboursement ne sera possible en cas d’annulation de votre part

Les 4 éléments dans l’art // Jeudi 21 septembre 2017 à 19h

Selon les philosophes grecs de l’antiquité Empédocle, Platon et  Aristote, La Terre, l’Eau, l’Air et le Feu sont les 4 éléments constitutifs de l’univers. Ils sont entrés « tels quels » dans le monde des arts visuels à partir du 19e siècle.

Avant cette période, on les retrouve seulement comme faisant partie du « décor » des différentes scènes religieuses ou profanes ou à travers des symboles qui leurs sont associés. Une seule exception : la peinture hollandaise du 17 e siècle, et notamment les représentations de paysages.

Au 19e siècle, la nature se fait l’écho des états d’âme de l’homme qui se retrouve tout petit devant l’immensité de l’univers, ou fragile devant une nature déchaînée. Naufrages (K.D.Friedrich « La mer de glace ou le naufrage de l’Espérance» ; Géricault « Le radeau de la Méduse »), incendies (Turner « Incendie du Parlement », orages entrent en scène avec le romantisme.

Vers le milieu du 19e siècle, Le paysage s’impose comme genre autonome, en se libérant de sa qualité de « décor ». Dans l’art, on peut retrouver les 4 éléments seuls ou combinés entre eux ou avec d’autres symboles. A chaque époque, l’un d’eux devient la source d’inspiration principale pour les artistes, en lien avec les sujets, le contexte, la fonction de l’art, le développement de la science et des connaissances.

A travers des œuvres phares de l’art, nous vous proposons de jeter un regard sur ces quatre éléments et de découvrir le rôle qu’on leur a attribué à chaque époque en fonction de la signification du message transmis.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 21 septembre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Maria Paleolog, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

COMPLET / Francis Bacon // lundi 9 octobre 2017 à 19h

Parfait représentant de l’École de Londres, groupe réunissant les peintres londoniens après la seconde guerre mondiale, la peinture de Bacon traduit une fascination pour le morbide, notamment à travers une exploration de la chair et des sensations du corps. Grand admirateur de Vélasquez, il réinterprétera « le portrait du pape Innocent X » du maître espagnol : il sera pour Bacon ce que fut « le Cri » pour Munch, c’est-à-dire un résumé sanglant de ses propres craintes et interrogations.

Précurseur d’un certain existentialisme, il traitera sous différentes formes picturales le sujet de la condition animale et humaine dans une série de tableaux des années 50. Ses oeuvres suivantes témoigneront de ses interrogations liées à la sexualité, au morbide, à la souffrance physique et finalement à la mort. Artiste du sublime, dont l’œuvre fait l’objet d’un rejet autant que d’une grande fascination par ses contemporains, Francis Bacon demeure un peintre majeur de la seconde moitié du XXème siècle.  

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork   Lundi 9 octobre 2017 de 19h à 20h

Lieu de rendez-vous : Paul’s Place, 76 rue Notre-Dame, 33000 Bordeaux

Intervenant : Nicolas Bulf, artiste plasticien

Gratuit

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

COMPLET / Caravage et le caravagisme // jeudi 19 octobre 2017 à 19h

Michelangelo di Merisi dit Le Caravage s’inscrit comme LE peintre moderne qui va révolutionner à lui seul la peinture du XVIIe siècle. Par sa manière de représenter les épisodes religieux de façon plus populaire, par son souci de naturalisme et de réalisme, mais aussi grâce à sa technique du clair-obscur, il renouvelle avec brio la peinture religieuse.

Il est aussi l’initiateur d’un mouvement qui a profondément marqué l’histoire de l’art. Ses suiveurs sont nombreux. Toute l’Europe est concernée et chaque peintre qui s’essaye au caravagisme en fournit une interprétation personnelle. Tout en  approfondissant les techniques du maître lui-même, les « caravagesques » comme on les nomme, chercheront à insuffler dans leurs œuvres une nouvelle originalité.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 19 octobre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Charlotte Lasserre, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

VERMEER // jeudi 16 novembre 2017 à 19h

Le 17 e siècle, surnommé « l’âge d’or de la peinture hollandaise » a été pour la République hollandaise, non seulement une période de prospérité matérielle, mais aussi le siècle du grand essor artistique.

Delft, petite ville provinciale paisible rattachée à la maison d’Orange, est devenue aussi un centre artistique important, grâce à ses activités florissantes : manufactures de faïence, ateliers de tapisserie, brasseries. C’est ici qu’est né en 1632 Johannes Vermeer, fils d’un tisserand et commerçant d’art, et c’est ici qu’il va vivre et peindre durant sa brève vie.

La peinture de Vermeer suscite nombre de réflexions liées à la technique picturale très audacieuse pour son époque, à la perspective, au traitement de la lumière et surtout, au- delà des performances techniques, au message de ses « scènes de genres élégantes » ou des allégories qui restent encore à déchiffrer.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 16 novembre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Mairie de Caudéran, 130 avenue Louis Barthou, 33200 Bordeaux

Intervenante : Maria Paleolog, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

COMPLET / Bordeaux Renaissance // Samedi 18 novembre 2017 à 15h

Cette visite est désormais complète !

1495, André d’Espinay, cardinal-archevêque de Bordeaux, rentre d’Italie où il accompagnait le roi Charles VIII dans ses campagnes militaires. Pourtant, il faudra attendre encore deux décennies avant que le goût « à l’antique » ne commence à supplanter l’esthétique gothique encore à la mode à Bordeaux comme dans le reste du royaume.

Les restaurations et embellissements selon le nouvel art de la « Renaissance » touchent en premier la cathédrale Saint-André et les églises paroissiales comme Saint-Michel, avant d’investir les maisons et les équipements publics. Les réalisations qui adoptent le goût pour les formes de l’Antiquité sont financées par les chanoines de la cathédrale et de Saint-Seurin et par les grands notables de la ville, qui se sont mués alors en mécènes fortunés et empreints de l’Humanisme naissant.

Le nouveau style venu d’Italie touche l’architecture, la sculpture, la peinture, les vitraux, l’art funéraire et l’orfèvrerie. Les artistes maîtrisant les italianismes se nomment Boachon, Gallopin, Rochereau ou Bourgoing. Si certains s’installent durablement dans la capitale de la Guyenne, aucun n’est vraiment originaire de la région. Ceci témoigne de l’attractivité retrouvée de la ville de Bordeaux après l’épisode de la guerre de Cent ans. À la Renaissance, elle retrouve peu à peu une place importante sur l’échiquier européen. Cette grande période artistique de l’histoire de l’art n’a laissé que peu de traces dans la ville. C’est sans doute la conséquence des destructions opérées au cours des siècles suivants, avec les grands travaux d’urbanisme des XVIIIe et XIXe siècles. Cependant, avec un œil attentif, il est possible d’observer encore aujourd’hui quelques témoignages majestueux de la Renaissance à Bordeaux.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

 Samedi 18 novembre à 15h – balade à pied

Lieu de rendez-vous : Devant le parvis nord de la cathédrale Saint-André, Place Pey-Berland, 33000 Bordeaux

Intervenant : Samuel Drapeau, Docteur en histoire de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52.

Le péché au Moyen âge // jeudi 23 novembre 2017 à 19h

À l’époque médiévale, les représentations des péchés et de l’Enfer sont légion et investissent de nombreux supports : peinture, sculpture, tapisserie, enluminure,… De la chute des anges rebelles aux tortures infernales se dessine le vaste thème du mal.

Démons et vices participent d’un même discours : celui de la tentation et de ses conséquences. Si toutes les cultures ont conçu un au-delà, le thème du jugement des actes se développe véritablement avec le christianisme. C’est la déchéance humaine et son instrument, le corps de l’homme, qui concentre tous les aspects de la faute. Soumis à une moralisation intensive, le chrétien médiéval se doit d’agir avec mesure et vertu afin d’éviter les châtiments prévus après le Jugement dernier.

Le péché est d’abord un excès qui peut engendrer un péché capital, comme l’orgueil ou la luxure. En outre, l’homme se doit d’être très vigilant : gare aux démons qui peuvent revêtir de nombreuses formes pour séduire et inciter au vice ! « Mon nom est légion car nous sommes nombreux » dit un esprit impur à Marc (5, 9).

La production artistique donne corps au combat du bien et du mal, frappant le regard et la mémoire de ceux qui croisent ces images. Le péché constitue une source inépuisable pour les imagiers médiévaux qui font grand usage de la laideur pour représenter la transgression et les créatures démoniaques. Les monstres pullulent sur les Enfers romans et les représentations du récit de l’Apocalypse, tout comme la difformité habite les hommes pécheurs.

Au travers des exemples de Lucifer, des péchés capitaux, de l’Apocalypse et de l’Enfer, cette conférence se propose d’aborder la représentation du péché dans l’art médiéval.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 23 novembre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Lucie Blanchard, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Gueules de l’Enfer, Apocalypse, 14e s. © Londres, British Library, Add. 17333, f° 43

Les artistes roumains en France // jeudi 30 novembre 2017 à 19h

Après des siècles d’art byzantin et post-byzantin, les pays roumains s’engagent au 19e siècle dans la voie de la modernité en regardant vers l’Ouest qui lui offrira les modèles pour ses nouvelles institutions, à l’exemple des Ecoles des Beaux-arts, fondées dans les deux capitales Iasi et Bucarest. Ces établissements émergents offrent alors la possibilité pour les jeunes artistes d’accéder aux études à Paris, Berlin, Munich ou Rome.

La France, et surtout Paris, devient une destination privilégiée pour ces étudiants et artistes, de par le rôle de pionnière dans le domaine des arts. Au 19e siècle et dans la première moitié du 20e siècle en effet, tous les nouveaux courants ou mouvements artistiques naissent à Paris.

Nombre d’artistes roumains, tels que Nicolae Grigorescu, Ioan Andreescu ou encore Theodor Pallady, viennent étudier ou parfaire leurs études dans les ateliers des artistes français renommés et entrent en contact avec ce qu’il y a de plus moderne à Paris. Comment vont –ils assimiler ces influences ?

Nous vous invitons à découvrir certains de ces artistes qui appartiennent à la Roumanie mais aussi à la France.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 30 novembre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Maria Paleolog, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Les peintures du grand théâtre de bordeaux // mardi 5 décembre 2017 à 19h

Le Grand-Théâtre de Bordeaux, inauguré en avril 1780, est considéré comme le chef-d’œuvre de l’architecte Victor Louis (1735-1800). Ce monument emblématique de la ville, dont la façade s’inspire du style des temples gréco-romains, abrite à l’intérieur une salle de spectacle à trois foyers entièrement décorée.

La coupole de la Grande Salle de Spectacle aux couleurs de la royauté reçoit au XVIIIe siècle la peinture de Jean-Baptiste Robin. Le thème retenu « Apollon et les muses agréent la dédicace d’un temple élévé par la ville de Bordeaux », est un hommage à la ville, à son histoire et à ses arts. Suite aux détériorations de la peinture originelle, le peintre François-Maurice Roganeau réalise en 1917 une fidèle reproduction, celle que nous admirons aujourd’hui.

Lors de la campagne de restauration du Grand-Théâtre (1854-1869), la salle des concerts recréée par l’architecte Charles Burguet, complète la grande salle de spectacle. Prix de Rome en 1850, William Bouguereau exécute en 1865 la peinture de forme ovale ornant le plafond. Celle-ci évoque Apollon entouré des dieux de l’Olympe et des muses. Pour cette pièce d’apparat, le peintre réalise également des écoinçons et médaillons.

Ainsi, cette conférence propose de parcourir les différents espaces de ce véritable « temple des arts » d’inspiration néo-classique. A travers l’histoire des chantiers de construction et de restauration, nous découvrirons le travail des grands peintres et décorateurs des XVIIIe et XIXe siècles qui ont façonné l’histoire du Grand-Théâtre de Bordeaux.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte   Mardi 5 décembre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Sarah Pelloquin, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Salvador Dali // Lundi 13 février à 19h

Né en 1904 à Figueras, Dali restera attaché à son Espagne natale durant toute sa vie. Son travail artistique s’épanouira à Paris où il fréquentera assidûment le groupe surréaliste composé d’André Breton, de Max Ernst, de Paul Éluard et de Tristan Tzara. Il prendra comme épouse la sulfureuse Gala. Il présentera aussi son travail de peintre aux Etats-Unis où il deviendra rapidement une sorte d’icône qui influencera toute la génération des peintres de l’après-guerre. S’inscrivant comme l’un des précurseurs du happening,  Dali réalisera également des décors de films, notamment pour le cinéma de Louis Buñuel.

Qu’il soit conférencier délirant à la Sorbonne, peintre de cornes de rhinocéros au zoo de Vincennes, ou encore qu’il nous vante les qualités du chocolat Lanvin dans une publicité délirante, Dali reste le génial inventeur et précurseur d’images aux multiples identités et polysémies, autant attaché dans la culture populaire aux montres molles qu’au Christ « nucléaire » comme en lévitation à Saint-Jean-de-la-Croix.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork   Lundi 13 février 2017 à 19h

Lieu de rendez-vous : Le Castan, 2 Quai de la Douane, 33000 Bordeaux

Intervenant : Nicolas Bulf, artiste plasticien

Gratuit

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52