Archives par mot-clé : Roumanie

Les artistes roumains en France // jeudi 30 novembre 2017 à 19h

Après des siècles d’art byzantin et post-byzantin, les pays roumains s’engagent au 19e siècle dans la voie de la modernité en regardant vers l’Ouest qui lui offrira les modèles pour ses nouvelles institutions, à l’exemple des Ecoles des Beaux-arts, fondées dans les deux capitales Iasi et Bucarest. Ces établissements émergents offrent alors la possibilité pour les jeunes artistes d’accéder aux études à Paris, Berlin, Munich ou Rome.

La France, et surtout Paris, devient une destination privilégiée pour ces étudiants et artistes, de par le rôle de pionnière dans le domaine des arts. Au 19e siècle et dans la première moitié du 20e siècle en effet, tous les nouveaux courants ou mouvements artistiques naissent à Paris.

Nombre d’artistes roumains, tels que Nicolae Grigorescu, Ioan Andreescu ou encore Theodor Pallady, viennent étudier ou parfaire leurs études dans les ateliers des artistes français renommés et entrent en contact avec ce qu’il y a de plus moderne à Paris. Comment vont –ils assimiler ces influences ?

Nous vous invitons à découvrir certains de ces artistes qui appartiennent à la Roumanie mais aussi à la France.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 30 novembre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Maria Paleolog, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Les châteaux de Roumanie // Jeudi 1er décembre à 19h

Les châteaux de Roumanie témoignent de l’histoire mouvementée de ce pays où guerres, révolutions, changements de régime ont laissé leur empreinte. Beaucoup de ces châteaux sont tombés en ruines, d’autres ont été utilisés par le régime communiste, qui a chassé leurs propriétaires, comme sièges de l’administration des communes ou en hôpitaux psychiatriques. Dans les cas les plus heureux, ils sont devenus des musées tels que le château Peles à Sinaia ou le château des Corvins à Hunedoara.

En plus de de l’évocation de l’histoire nationale, ces châteaux nous racontent les récits des vies, non moins agitées, de leurs occupants. Des légendes, des histoires de fantômes ou de vampires leurs sont associées. Héros de roman et de films de fiction, Dracula aurait ainsi siégé dans un château de Transylvanie, que nous allons découvrir ensemble.

Du point de vue architectural, les châteaux de Roumanie illustrent tous les styles qui se sont succédés sur son territoire, depuis l’époque gothique (château des Corvins à Hunedoara) jusqu’au XIXe siècle, illustré par le néoclassicisme du château royal de Savârsin ou le néogothique du château Sturdza de Miclauseni, en passant par la Renaissance et le Baroque. Le début du XXe siècle sera illustré par des édifices de style néo-roumain dont le château du prince Cantacuzino de Busteni fournit un des plus beaux exemples.

flag_of_romania-svgConférence programmée à l’occasion de fête nationale de Roumanie

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 1er décembre 2016 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux

Intervenante : Maria Paleolog, historienne de l’art

Tarifs : 5€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Les vestiges antiques de Roumanie // Jeudi 21 avril 2016 à 19h

Les vestiges antiques sur le territoire de la Roumanie sont très nombreux mais pratiquement inconnus par le large public. Ils appartiennent à plusieurs époques. Les plus anciens sont les cités grecques, dues à la première importante colonisation au VII–VIe siècles av. J.C sur les bords de la Mer Noire (connue à l’époque sous le nom de Pontus Euxinus). Elles se trouvent dans la région de la Dobroudja, bastion avancé de la culture et civilisation grecque, latine par la suite.

Dans son avancée vers le nord-est, l’Empire romain a conquis au premier siècle après J.C une bonne partie du territoire des Daces, les ancêtres des Roumains, qui avaient développé leur propre civilisation dans cette partie de l’Europe du sud-est. L’état dace était un royaume fondé en 82 av. J.C par Burebista, avec  une capitale – Sarmizegetusa – et plusieurs forteresses dont on conserve seulement  les ruines dans les montagnes d’Orastie au centre du pays. Ces forteresses daces ont été déclarées patrimoine mondial UNESCO en 1998. Les critères qui justifient cette inscription sont nombreux mais retenons seulement : « L’ensemble dace des monts d’Orastie est un repère exceptionnel dans l’imaginaire collectif lié à l’histoire romaine, puis latine du peuple roumain ».

Une fois la Dacie conquise, les Romains ont imposé leurs propres structures comme partout dans les territoires occupés. Le patrimoine de la Roumanie s’est enrichi ainsi de beaucoup de formes de la civilisation romaine que l’on retrouve in situ, mais aussi en grande quantité dans les musées d’histoire et d’archéologie. Daces, Grecs et Romains ont donc laissé des vestiges d’une grande richesse qui témoignent d’une histoire tumultueuse mais non moins intéressante de la Roumanie.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 21 avril 2016 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux

Intervenante : Maria Paleolog, historienne de l’art

Tarifs : 5€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Conférence : L’art roumain sous la dictature de Ceausescu // Jeudi 3 décembre 2015 à 19h

De retour d’un voyage en Chine le 6 juillet 1971, Nicolae Ceausescu, le président de la Roumanie, expose devant le Comité exécutif du Parti communiste les principes de sa nouvelle politique culturelle. Surnommés plus tard “les thèses de juillet”, ces principes devaient faire de l’art et de la culture de véritables auxiliaires de la politique et allaient imposer aux créateurs un programme contrôlé de près par des institutions crées à cette effet. Les bases d’une vraie dictature voyaient le jour! Comment les artistes ont-ils réagi? Nous allons vous présenter les principales directions des arts plastiques sous la dictature entre 1971 et 1989.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 3 décembre 2015 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, Bordeaux

Intervenante : Maria Paleolog, historienne de l’art

Tarifs : 5€ pour les non adhérents // 3 € pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com

Retrouvez l’événement sur Facebook

« Petits musées, grands lieux de charme à Paris » / Préparation à la visite de l’Atelier de Constantin Brancusi / jeudi 22 mai 2014 de 19h à 20h30

Difficilement repérable, dans l’ombre du Centre Pompidou tout en faisant partie, se trouve un « petit musée » unique au monde.

Les sculptures et les outils de cet atelier qui a été en même temps  le cadre de vie de cet artiste témoignent d’une existence simple mais riche en idées et en réflexions sur l’art et la vie.

Par Maria Paleolog, historienne de l’art

Lieu : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly 33000 Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 06 82 18 73 46

Prix 5€ / 3€ adhérents / gratuit : scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi

Découverte de l’art roumain, IV : l’art baroque

19 février et 23 février 2013 : l’art baroque en Roumanie, par Maria Paleolog

Monastère de Horezu

Si en Transylvanie le baroque est un art d’emprunt, implanté par l’Eglise catholique après l’annexion de la région à l’Empire austro-hongrois, les éléments de ce style se sont greffés aussi sur l’art des deux autres provinces roumaines, la Valachie et la Moldavie, en donnant naissance à des formes artistiques originales. Ainsi est né par exemple le baroque « brancovan », synthèse des éléments traditionnels, du baroque occidental et de l’Orient. L’art décoratif a été particulièrement influencé par le baroque occidental.

Date et horaires : le mardi 19 février à 19h00 à l’Athénée Père Joseph Wresinski et le samedi 23 février à 11h00,  salle des Serrages, 72 rue Emile Fourcand

Accès handicapé : oui

Tarifs : 10 € non-adhérent, 7 € adhérent

Modalités de réservation/ Renseignements : contact@toufartfaire.com

06.82.18.73.46

Réservation obligatoire : (limité à 20 pers)

Découverte de l’art roumain, V : l’art moderne et contemporain

19 et 23 mars 2013 :  L’art moderne et contemporain en Roumanie, par Maria Paleolog

La colonne de l'infini, Brancusi

La Roumanie en tant que nation moderne est née au XIXe siècle et l’influence de l’Occident a commencé à cette époque à être de plus en plus importante dans l’art roumain. Les artistes roumains s’installent à Paris ou se forment à Paris, à Berlin, à Munich et Vienne. Grigorescu a été à Barbizon, Brancusi est venu à Paris à pieds …et il y est resté… Leur influence fut immense, celle de Grigorescu en Roumanie, celle de Brancusi dans le monde entier.

Date et horaires : mardi 19 mars à 19h00, à l »Athénée Père Joseph Wresinski et samedi 23 mars à 11h00, salle des Serrages, 72 rue Émile Fourcand.

Accès handicapé : oui

Tarifs : 10 € non-adhérent, 7 € adhérent

Modalités de réservation/ Renseignements : contact@toufartfaire.com

06.82.18.73.46

Réservation obligatoire : (limité à 20 pers)

Découverte de l’art roumain, II : L’art du Moyen-âge en Transylvanie

22 et 26 janvier 2013 : L’art  du Moyen-âge en Transylvanie : entre occident et orient


Découverte de l’art roumain, par Maria Paleolog

La Transylvanie, province roumaine qui attire beaucoup de visiteurs, grâce à la beauté et la variété de ses  paysages, a pu développer des formes artistiques qui tiennent à la fois de l’Occident, qui a laissé une forte marque  mais aussi de l’Orient. La rencontre des deux cultures a engendré des créations originales que vous découvrirez dans ce cours, parmi lesquelles les célèbres églises fortifiées, classées au patrimoine mondial de l’Humanité.

Date et horaires : mardi 22 janvier à 19h00 à l’Athénée Père Joseph Wresinski et samedi 26 janvier à 11h00 à la salle des Serrages, 72 rue Émile Fourcand

Accès handicapé : oui

Tarifs : 10 € non-adhérent, 7 € adhérent

Modalités de réservation/ Renseignements : contact@toufartfaire.com

06.82.18.73.46

Découverte de l’art roumain, III : la peinture extérieure en Bucovine

5 février et 9 février :  la peinture extérieure en Bucovine, patrimoine mondial de l’humanité, par Maria Paleolog

Monastère de Voronet

« Les églises peintes à l’extérieur de Bucovine mériteraient être mis à l’abri sous une cloche en cristal  » écrivait un historien d’art français ébloui par la beauté des fresques qui décoraient les murs des églises. Un programme iconographique unique, riche et cohérent,  des couleurs chatoyantes, malgré le temps passé et les intempéries. Les fresques du XVIe siècle sont toujours là à nous raconter une histoire à la fois religieuse et humaine, un moment de l’histoire médiévale des Roumains.

Date et horaires : mardi 5 février à 19h00 à l’Athénée Père Joseph Wresinski et le samedi 9 février à 11h00, salles des Serrages, 72 rue Émile Fourcand

Accès handicapé : oui

Tarifs : 10 € non-adhérent, 7 € adhérent

Modalités de réservation/ Renseignements : contact@toufartfaire.com

06.82.18.73.46

Réservation obligatoire (limité à 20 pers)

Découverte de l’art roumain, I : l’Antiquité

8 et 12 janvier 2013 : Citadelles daces et cités grecques et romaines (Sarmizegetusa, Histria, Adamclissi, Tomis, Callatis)

Initiation à l’art roumain, par maria Paleolog

Ovide, poète latin, auteur entre autres du fameux « Art d’aimer » a été exilé au bord du Pont Euxin (la Mer Noire) et il est mort sur l’île qui porte son nom, près  de la ville de Tomis  (actuelle Constanta). Ici se trouvent les ruines de la villa qu’il aurait habitée. Des vestiges antiques nombreux, dans cette région mais aussi sur tout le territoire de la Roumanie, témoignent de l’existence d’un état Dace, de la présence des Romains en tant que conquérants de la Dacie, ainsi que d’une colonisation grecque plus ancienne au bord de la Mer Noire.

Date et horaires : mardi 8 janvier à 18h30 à l’Athénée Municipal et samedi 12 janvier à 11h00, salle des Serrages, 72 rue Emile Fourcand

Accès handicapé : oui

Tarifs : 10 € non-adhérent, 7 € adhérent

Modalités de réservation/ Renseignements : contact@toufartfaire.com

Réservation obligatoire (limité à 20 personnes)