Archives par mot-clé : sculpture

Programme TOUT ART FAIRE // Septembre – Décembre 2018

L’association Tout Art Faire a le plaisir de vous faire découvrir son nouveau programme culturel Septembre-Décembre 2018 !

Nous poursuivons l’année 2018 avec un programme placé sous le signe des couples d’artistes avec un cycle inédit de conférences ! Et bien évidemment de nombreux événements inédites vous attendent encore… On vous gâte et on compte sur votre présence toute l’année !

Camille Claudel et Auguste Rodin // Mardi 23 octobre 2018 à 19h

Rodin meurt en 1917. On le considère souvent comme un des pères de la sculpture moderne mais on peut penser, au vu des sujets et des envolées romantiques de ses sculptures, qu’il est aussi un représentant du Décadentisme ce mouvement artistique et littéraire qui couvre la fin du 19eme siècle. Rodin fut aussi cet artiste démiurge et puissant qui exécutait de nombreux travaux monumentaux.  En réalité il était entouré d’un grand nombre de petites mains, d’artistes ouvriers qui œuvraient pour lui et l’aidaient dans ses réalisations.

Camille Claudel, elle qui n’avait pas eu la chance d’accéder aux Beaux-arts, se retrouva ainsi une de ses praticiennes, élève, modèle et finalement maitresse du maitre qui lui écrivit moult lettres enflammées. À son égal et en comparaison de son pygmalion l’œuvre de Claudel développe un langage inédit, tortueux et charnel.

C’est la comparaison des deux artistes que nous développerons lors de cette conférence. Un vaste panorama de formes et d’esthétiques fin-de-siècle comme amer de cet amour contrarié.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte   Mardi 23 octobre 2018 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenant : Nicolas Bulf, artiste-plasticien

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations en ligne ici

Scandales érotiques de l’art // Lundi 29 octobre 2018 à 19h

Ce que l’on juge aujourd’hui être un « classique » de l’art  a pour beaucoup provoqué des critiques au moment de sa réalisation. Le cas de l’art qualifié d’érotisme est sans doute celui qui en a cumulé le plus.

Mais comment comprendre un scandale reposant sur le désir et la sexualité dans l’art ? Pour se faire, il faut déjà comprendre la société dans laquelle l’œuvre a vu le jour. Religion, tendance moraliste, idéalisation des corps, ou encore censure, il nous est parfois difficile de cerner à quel point l’art érotique peut engendrer de violentes critiques du temps de l’artiste.
Et pourtant les exemples sont nombreux et cela dans toutes les époques de l’histoire de l’art ! Titien, Manet, Courbet, et plus récemment Larry Clark, Orlan, ou encore McCarthy, ils n’ont de cesse de jouer avec ce thème trouble mettant en scène les corps et la sexualité sur fond de transgression et d’interdit.

A travers quelques exemples d’œuvres d’art célèbres et d’autres qui le sont beaucoup moins, cet afterwork dévoilera les origines de ces scandales.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork   Lundi 29 octobre  2018 de 19h à 20h

Lieu de rendez-vous : Mota Manutention, 13 rue de la Manutention, 1er étage, 33000 Bordeaux

Intervenante : Charlotte Lasserre, historienne de l’art

Gratuit

Réservations en ligne ici

L’image des buveurs dans l’art // Jeudi 8 novembre 2018 à 19h

Les scènes de beuverie existent dans l’art depuis l’antiquité. La Grèce et la Rome antique privilégient le vin et leurs banquets profanes ou religieux en sont bien arrosés.

À caractère rituel d’abord, elles deviennent pur plaisir des sens. Elles ne sont pas très bien vues surtout au XVIIe siècle quand le caractère moralisateur et caricatural de la scène de genre l’emporte sur le caractère narratif. Les excès de la boisson et leurs effets négatifs sur la vie quotidienne des gens constituent par exemple, le sujet des peintures de Jordaens aux Pays Bas. En Angleterre, les gravures de W. Hogarth au XVIIIe siècle illustrent les débordements nocturnes de ses contemporains.

Au XIXe siècle, une nouvelle boisson fait son apparition dans l’œuvre d’art : l’absinthe. Degas nous donne une image poignante des effets de cette boisson, en contraste avec les scènes joyeuses de bals, de cafés, des guinguettes que l’on retrouve dans la peinture impressionniste.

Avec l’expressionnisme le caractère dramatique devient encore plus fort et le caractère joyeux des « beuveries » tend à disparaître. Le triste personnage soul de la peinture de Chagall remplace les joyeux buveurs De Pieter de Hooch.

Cette conférence vous invite à découvrir la richesse d’un thème aussi vieux que le monde.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 8 novembre 2018 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenant : Maria Paleolog, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations en ligne ici

Nikki de Saint-Phalle et Jean Tinguely // Mardi 4 décembre 2018 à 19h

Lorsqu’ils se sont rencontrés, Niki de Saint Phalle (1930-2002) faisait principalement de la peinture et cherchait encore son style, tandis que Jean Tinguely (1925-1991) commençait à être connu au sein des nouveaux réalistes avec ses recherches sur l’art cinétique et ses constructions avec des matériaux de récupération. Tout de suite fascinés par l’art de l’autre, ils devinrent rapidement amis, puis amants, et créèrent ensemble peintures et sculptures.

Leur histoire d’amour fut compliquée : si elle rêve un temps d’exclusivité, elle finit par accepter qu’elle doive toujours le partager. Après avoir vécu ensemble et s’être mariés, la flamme finit par s’éteindre, mais jamais leur collaboration artistique. Depuis leur rencontre, ils ont travaillé ensemble à de grands projets comme la Fontaine Stravinsky sur le plateau de Beaubourg à Paris, le grand projet de Cyclope à Milly-la-forêt et le grand Jardin des tarots en Italie. Ils conservèrent tous deux leur style propre et il est difficile de mesurer à quel point ils se sont influencés. Auraient-ils réussi à devenir deux des plus importants artistes du XXe siècle s’ils n’avaient pas collaboré ?

Leur art passa toujours avant leurs différents amoureux et leurs autres partenaires. Ils réussirent ainsi à concevoir des œuvres gigantesques, telles que des sculptures dans lesquelles il est possible d’entrer et même de vivre. Dans un sens, leur collaboration continua même après la mort de Jean Tinguely avec l’ouverture d’un musée en son honneur à Bâle.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto cours découverte   Mardi 4 décembre 2018 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Adeline Bastien, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires ade la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations en ligne ici

Sculpture et BD // Jeudi 20 décembre 2018 à 19h

Art souvent méconnu et dénigré, la bande dessinée regorge pourtant d’ingéniosités artistiques. Les dessinateurs introduisent dans leurs histoires de nombreuses références et allusions aux autres arts.

Les sculptures sont nombreuses dans les bandes dessinées biographiques, historiques, d’humour ou encore d’aventures. Elles se trouvent principalement chez certains artistes comme Jacques Tardi, Chantal Montellier, François Schuiten, Catherine Meurisse ou Philippe Geluck. Les dessinateurs reproduisent des sculptures qui existent : il s’agit alors souvent de celles identifiables par un maximum de lecteurs : le Penseur d’Auguste Rodin, la Vénus de Milo ou la Victoire de Samothrace. Mais les auteurs inventent aussi de nouvelles œuvres, créées en lien avec leurs personnages, un monde futuriste ou magique.

Cette conférence permettra de voir à quel point la bande dessinée permet toutes les transgressions et comment elle réinvente avec brio l’art de la sculpture.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 20 décembre 2018 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Adeline Bastien, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations en ligne ici

COMPLET / Bordeaux médiéval // dimanche 15 octobre 2017 à 14h

Dans le cadre de la 1ère édition des Journées Nationales de l’Architecture, Tout Art Faire vous propose ses visites cultes !

Entre le XIIe et le XVe siècles, Bordeaux devient une puissante place commerciale et politique, grâce au négoce du vin et à sa position stratégique sur la Garonne. De grands prélats et d’importantes communautés religieuses embellissent les monuments de la cité et de ses environs, pour témoigner de leur prospérité et de leur piété.

Le rôle joué par les autorités civiles n’est pas à négliger. Tandis que les jurats et les bourgeois de la ville aspirent à plus d’autonomie, Anglais et Français se disputent sa gouvernance. Remparts et forteresses viennent progressivement protéger le centre économique de la ville, son port et son marché, où sont négociés et expédiés vins, céréales et tissus. Les témoins de cette richesse médiévale sont encore nombreux, dans l’architecture religieuse et civile, dans la sculpture et dans l’urbanisme. Ces témoignages nous livrent une histoire multiséculaire des Bordelais d’un autre temps.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

 Dimanche 15 octobre 2017 à 14h – Balade à pied

Lieu de rendez-vous : devant le portail de la basilique Saint-Michel, 33800 Bordeaux

Intervenant : Samuel Drapeau, docteur en histoire de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

COMPLET / L’art charnel d’ORLAN // lundi 6 novembre 2017 à 19h

Dès les années 60, ORLAN est une artiste qui choque. Défenseuse de la cause féministe notamment, elle élargit son travail en s’opposant à toutes les pressions qu’engendre une société telle que la nôtre : politiques religieuses, sociales, etc.

Se servant de son propre corps comme terrain d’expérimentation pour ses œuvres, elle bouscule avec humour les conventions.  De la photographie à la sculpture, en passant par la performance et même par les nouvelles technologies comme la 3D et les techniques médicales, elle joue avec sa propre personne, se construisant ainsi une nouvelle identité loin des codes alors préétablis. En découle L’art charnel, manifeste artistique qu’elle écrit et publie pour officialiser son approche.

Grâce à cette conférence, nous verrons les diverses approches qu’a menées ORLAN durant sa carrière pour dépasser les tabous de notre monde.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto afterwork   Lundi 6 novembre  2017 de 19h à 20h

Lieu de rendez-vous : Mota coworking, 89 rue de la Croix Blanche, 33000 Bordeaux

Intervenante : Charlotte Lasserre, historienne de l’art

Gratuit

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

COMPLET / Bordeaux Renaissance // Samedi 18 novembre 2017 à 15h

Cette visite est désormais complète !

1495, André d’Espinay, cardinal-archevêque de Bordeaux, rentre d’Italie où il accompagnait le roi Charles VIII dans ses campagnes militaires. Pourtant, il faudra attendre encore deux décennies avant que le goût « à l’antique » ne commence à supplanter l’esthétique gothique encore à la mode à Bordeaux comme dans le reste du royaume.

Les restaurations et embellissements selon le nouvel art de la « Renaissance » touchent en premier la cathédrale Saint-André et les églises paroissiales comme Saint-Michel, avant d’investir les maisons et les équipements publics. Les réalisations qui adoptent le goût pour les formes de l’Antiquité sont financées par les chanoines de la cathédrale et de Saint-Seurin et par les grands notables de la ville, qui se sont mués alors en mécènes fortunés et empreints de l’Humanisme naissant.

Le nouveau style venu d’Italie touche l’architecture, la sculpture, la peinture, les vitraux, l’art funéraire et l’orfèvrerie. Les artistes maîtrisant les italianismes se nomment Boachon, Gallopin, Rochereau ou Bourgoing. Si certains s’installent durablement dans la capitale de la Guyenne, aucun n’est vraiment originaire de la région. Ceci témoigne de l’attractivité retrouvée de la ville de Bordeaux après l’épisode de la guerre de Cent ans. À la Renaissance, elle retrouve peu à peu une place importante sur l’échiquier européen. Cette grande période artistique de l’histoire de l’art n’a laissé que peu de traces dans la ville. C’est sans doute la conséquence des destructions opérées au cours des siècles suivants, avec les grands travaux d’urbanisme des XVIIIe et XIXe siècles. Cependant, avec un œil attentif, il est possible d’observer encore aujourd’hui quelques témoignages majestueux de la Renaissance à Bordeaux.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

 Samedi 18 novembre à 15h – balade à pied

Lieu de rendez-vous : Devant le parvis nord de la cathédrale Saint-André, Place Pey-Berland, 33000 Bordeaux

Intervenant : Samuel Drapeau, Docteur en histoire de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52.

COMPLET / Le péché au Moyen âge // jeudi 23 novembre 2017 à 19h

Cette conférence est désormais complète !!

À l’époque médiévale, les représentations des péchés et de l’Enfer sont légion et investissent de nombreux supports : peinture, sculpture, tapisserie, enluminure,… De la chute des anges rebelles aux tortures infernales se dessine le vaste thème du mal.

Démons et vices participent d’un même discours : celui de la tentation et de ses conséquences. Si toutes les cultures ont conçu un au-delà, le thème du jugement des actes se développe véritablement avec le christianisme. C’est la déchéance humaine et son instrument, le corps de l’homme, qui concentre tous les aspects de la faute. Soumis à une moralisation intensive, le chrétien médiéval se doit d’agir avec mesure et vertu afin d’éviter les châtiments prévus après le Jugement dernier.

Le péché est d’abord un excès qui peut engendrer un péché capital, comme l’orgueil ou la luxure. En outre, l’homme se doit d’être très vigilant : gare aux démons qui peuvent revêtir de nombreuses formes pour séduire et inciter au vice ! « Mon nom est légion car nous sommes nombreux » dit un esprit impur à Marc (5, 9).

La production artistique donne corps au combat du bien et du mal, frappant le regard et la mémoire de ceux qui croisent ces images. Le péché constitue une source inépuisable pour les imagiers médiévaux qui font grand usage de la laideur pour représenter la transgression et les créatures démoniaques. Les monstres pullulent sur les Enfers romans et les représentations du récit de l’Apocalypse, tout comme la difformité habite les hommes pécheurs.

Au travers des exemples de Lucifer, des péchés capitaux, de l’Apocalypse et de l’Enfer, cette conférence se propose d’aborder la représentation du péché dans l’art médiéval.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

picto conférence  Jeudi 23 novembre 2017 de 19h à 20h30

Lieu de rendez-vous : Athénée Père Joseph Wresinski, Place Saint-Christoly, 33000 Bordeaux

Intervenante : Lucie Blanchard, historienne de l’art

Tarifs : 6€ pour les non adhérents // 3€ pour les adhérents

Gratuit pour scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi et titulaires de la Carte Jeunes Bordeaux

Réservations : contact@toutartfaire.com / tel. 07.68.48.91.52

Gueules de l’Enfer, Apocalypse, 14e s. © Londres, British Library, Add. 17333, f° 43